Le CSP avec un immense Massinburg gagne son Paris

Le CSP a battu largement Paris (93-76) en intensifiant sa défense au troisième quart-temps (32-9), après avoir souffert en première mi-temps. Puis a déroulé en fin de partie.
Analyse.

Cette victoire collective a été notamment possible grâce à un exceptionnel CJ Massinburg (32 points ; 41 d'évaluation ; 9 rebonds ; 9 passes décisives). Monstrueux.

Les parisiens ont montré de belles individualités, dont le jeune Begarin déjà très prometteur. Déception avec O'Quinn qui baisse pavillon en deuxième mi-temps.
Une pensée pour Blakes avec sa blessure au genou après avoir montré de belles choses lui qui avait déjoué sa première mi-temps.

Le CSP, dans le contexte COVID impactant les effectifs des deux équipes (sans Harper testé positif), reçoit Paris pour le premier match de l'année 2022.
Bénéficiant d'une excellente dynamique en décembre, le CSP était en quête ce soir d'une nouvelle victoire face à un promu ambitieux même si l'objectif pour Paris est le maintien.

Le club parisien, création de la ligue et des ambitions de David Khan et d'Eric Scharwtz, est l'émanation de clubs parisiens dont la section basket du ministère des finances. Ayant vu jouer cette équipe cette année, je ne savais pas à quoi m'attendre ce soir, en raison d'un jeu collectif peu abouti. Axel Toupane n'est pas sur la feuille de match.

LE MATCH : le CSP assomme les parisiens au troisième quart-temps (93-76)

Premier quart-temps : le CSP mène de 4 points dans un match serré (25-21)

Les cerclistes démarrent avec Crusol, Massinburg, N'Doye, Invernizzi et Paumier.
Après un début de match difficile,le CSP réagit alors que Paris a du mal à se replier défensivement. Paumier permet de rester au contact (11-1). Begarin permet aux parisiens de mener de cinq points (16-11). Hugo en réussite permet de recoller aux parisiens (14-16). Crusol, Spencer et Massinburg permettent au CSP de passer devant Paris. Paris limite la casse grâce à Begarin.

Deuxième quart-temps : Le CSP est accroché par Paris (42-44 )

Les deux équipes sont au coude à coude. Paumier sur deux actions successives permettent au CSP de mener de trois points (41-37). Massinburg se met en valeur. L'équipe déjoue offensivement en fin de quart-temps, notamment Blakes qui a du mal à se trouver sur le terrain.
En dépit des grosses prestations de Paumier et de Massinburg, Beaublanc s'attend à une seconde mi-temps difficile.

Troisième quart-temps : Le CSP terrasse Paris (74-53)

Le match bascule. Blakes donne le ton par un tir à trois points en permettant de revenir à un point. Massinburg est en réussite tout en fournissant un gros volume de jeu. Blakes se met en évidence en attaque comme en défense. Invernizzi apporte lui aussi son écot.Les parisiens subissent la pression défensive limougeaude permettant aux cerclistes des shoots ouverts. En fin de quart-temps, Blakes se blesse au genou.
Le match s'est joué lors de ce quart-temps où les cerclistes ont intensifié leur défense individuelle et joué juste en attaque, ce qui a provoqué une coupure de courant chez les parisiens où la plupart ont sombré et notamment O'Quinn.Pas la perfection mais on n'en était pas loin.

Dernier quart-temps : Le CSP gère son avance (93-76 )

Begarin répond à Massinburg et permet aux parisiens de revenir à moins de vingt points. Le même Begarin et la réussite des tirs primés vont éviter le naufrage aux parisiens.

Pas grand chose à écrire sur ce dernier quart-temps où le CSP a plutôt bien géré la fin de match même si l'intensité défensive a baissé et le jeu posé s'est délité laissant place aux actions individuelles des talents limougeauds.

L'ANALYSE

Ce match s'est joué en trois actes :
- une première mi-temps où il a été accroché par les parisiens qui, à défaut d'avoir un collectif, possèdent des individualités qui savent faire parler la poudre. Une défense difficile à installer, de la maladresse par séquences et Jerry Blakes qui a du mal à jouer juste ;

- scènes de mise à sac où les cerclistes ont intensifié leur défense individuelle, joué juste en attaque placée avec des solistes de grande qualité (Massinburg, Invernizzii) mais aussi avec les ballons donnés à l'intérieur (Paumier, Spencer et N'Doye) sans oublier Cruzol en gestionnaire du jeu et Blakes qui se révèle par des tirs primés précieux.Les lignes de passe ont été parfaitement coupés, ce qui a permis de beaux tirs en jeu de transition ;

- bonne gestion au dernier quart-temps où l'équipe a évité le retour de Paris dont le seul atout était la réussite des tirs primés.

Cette victoire a été acquise avec la manière sans la présence de Lang et Harper..

Remerciements à Crawford Palmer qui fait "bonne chair avec peu d'argent" en ayant recruté des pépites et de vrais bons joueurs. C'est aussi ça le talent. Les résultats sont là.

Sur le plan comptable, cette victoire permet aux cerclistes d'intégrer le haut du classement en prenant la cinquième place.

Enfin, Beaublanc, même avec une jauge de 2000 personnes a été magique et a soutenu son équipe tout au long de la partie.

L'éQUIPE

Coaching de Massimo
C'est le mandrake de la balle orange. Il a donné au CSP un style de jeu identifiable et efficace. L'équipe joue juste et bien avec un coach qui sait parfaitement conjuguer défense et attaque contrôlée. Il évite par ses schémas de jeu de tomber dans les travers vus ce soir chez les parisiens, soit le "catch and shoot" à outrance.

Les bases arrières :
Crusol, Beyhurst, Timothé Crusol a mené sans génie mais avec sérieux et pugnacité l'équipe pendant trente quatre minutes. En manque de réussite, il a suivi ses shoots et a effectué un gros boulot en défense.
Ludovic Beyhurst a joué avec justesse pendant les sept minutes passées sur le parquet.

Massinburg, Blakes : Massinburg a été énorme par sa polyvalence. Ce joueur sait tout faire. Il shoote, passe, bien placé au rebond. Tout a été dit sur lui ce soir.
Triste soirée pour Blakes. Sa blessure au genou semble sérieuse. Terrible; Il avait réussi deux beaux tirs primés et de belles séquences défensives.

Les ailiers-forts :
Invernizzi et N'Doye Du très lourd pour Hugo qui a réalisé un gros match. Il a été énorme de justesse, de réussite aux tirs (4/6) à trois points avec 5 rebonds, 5 passes décisives et un 100% aux lancers-francs. Titanesque lui aussi.
Assane N'Doye a été très présent ce soir. Efficace en défense, il a été en réussite en tir même s'il en fait un peu trop parfois.

Les pivots :
Paumier a été avec CJ et Hugo; l'autre big man du soir qui a terrassé l'usurpateur de la soirée, O'Quinn, (présenté par Bein comme le parrain du soir, tu parles Charles). En 24 minutes, 12 points pour 14 d'évaluation. Du travail propre. Toujours de beaux mouvements tout en doigté. Bien secondé par Spencer qui confirme sa montée en puissance depuis le début de saison et Pinkins, moins brouillon que d'habitude, en réussite aux tirs.

CHIFFRES à L'APPUI

- Evaluation de l'équipe : 111/73

- Massinburg : 41 d'évaluation. 32 points. 9 rebonds. 9 passes décisives. 3 interceptions.

- Invernizzi : pour rester dans l'excellence. 16 points. 5 rebonds. 5 passes décisives. 3 interceptions.

- 3ème quart-temps : 32-9 Quintessence du jeu proposé par le CSP en ce moment

PROCHAIN MATCH EN ALSACE CONTRE LA SIG

Les cerclistes se rendront dans l'Est avant la réception des béarnais à Beaublanc devant une jauge tout aussi réduite. Les strasbourgeois ont été battus hier soir contre Chalôns-Reims.

Difficile d'émettre un pronostic, d'autant plus que le facteur x des joueurs avec ou sans COVID rend celui-ci extrêmement difficile à réaliser. Au vu de la force collective montrée ce soir et des multiples talents de cette équipe, il est légitime d'envisager une fin positive à cette future rencontre.

  • Autour du match
  • Commentaires (58)