Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Indigestion de Riga-Toni !

Dans un match qui était tout à fait à leur portée face à un adversaire plein de failles, les limougeauds ont littéralement déjoué 71-51. Incapables de concrétiser dessous alors que le ballon était descendu, multipliant les pertes de balles et offrant des LF supplémentaires sur les tirs lettons... les cerclistes ont méticuleusement creusé leur tombe laissant Riga prendre confiance et se créer un goal-average qui sera peut-être fatal à sa saison européenne. Analyse .

Une défaite pas rigalote du tout

Limoges décroche en fin de première mi-temps(28-38)

Les cerclistes loin de leur terre, se présentent sur le parquet avec Jones, Lang, Hawkins, Rodriguez et Yeguete.
Les limougeauds au contact malgré un manque d'adresse (11-14)
Les premières actions sont inquiétantes. Rodriguez ( zéro sur trois), Jones et Hawkins sont en non réussite. Nicolas met les premiers points limougeauds (2-6). La maladresse se poursuit sous le cercle. Seul Hawkins avec deux paniers successifs nous rassure (7-12). L'intensité défensive compense à ce moment là le manque d'adresse. L'attaque est catastrophique (7-14). Jones en réussissant un tir clutch à la dernière seconde permet de revenir à trois points.

Le CSP à 10 points de Riga après une panne de courant à plus de deux minutes de la mi-temps (28-38)
Toujours en manque d'adresse, les cerclistes s'illustrent en début de ce quart-temps. Pick and roll entre Jones et Schilling. Alley oop de Graves (20-20). Un mano a mano entre Limoges et les lettons jusqu'à trois minutes de la fin. Et puis grosse panne des cerclistes jusqu'à compter 10 points de retard à la mi-temps.

Le CSP lâche une seconde fois pour terminer à 20 points des lettons (51-71)


La chute au troisième quart-temps (41-59)
Deux minutes trente sans qu'aucun panier ne soit marqué. Rodriguez avec un panier près du cercle donne l'illusion que le CSP est de retour (30-40). Govens est toujours aussi laborieux. Un troisième entre-deux montre que les cerclistes ne lâchent pas. Hawkins ramène Limoges à moins huit (38-46). Même scénario qu'au deuxième quart-temps. Les trois dernières minutes sont un calvaire pour nos couleurs. Riga artille, donnant 18 points d'avance aux baltes.

Enfin abdication au dernier quart-temps (51-71)
Que dire de ce dernier quart-temps. Pas grand chose si ce n'est que le match s'est arrêté. Festival de maladresses des deux côtés. 10 points marqués pour le CSP ; 12 pour Riga. Il faut attendre quelques minutes pour voir Rodriguez réussir un tir (45-59). Une situation caractéristique de la carence limougeaude : quatre tirs ratés intérieurs et extérieurs lors d'une même séquence offensive à 5 minutes cinquante (Rodriguez, Govens...).Garbage time : une succession de tirs ratés avec un jeu qui se désagrège totalement. Ouf ! la rencontre se termine enfin.

Pour la champions league, laisse Lettons !

C'est cuit. Trois défaites en trois matchs. L'aventure européenne va vraisemblablement s'arrêter là. Une défaite encourageante contre Manresa, une rageante face à Benfica et une désespérée ce soir face à l'adversaire le plus faible du groupe.

Que s'est t-il passé ? Une faillite collective, essentiellement sur le plan offensif. L'échéance a été retardée tant que l'équipe a fait le boulot en défense. Enfin, le CSP a effectué trois dernières minutes catastrophiques au deuxième et au troisième quart-temps donnant 18 points d'avance.L'incompréhension se situe à ces deux moments clés du match qui rendent tout retour quasi impossible.
Seul Hawkins a été intéressant et à un degré moindre Graves et Jones. Lors d'un temps-mort, Massimo a essayé de trouver une solution qu'il avait du mal à expliciter, s'y reprenant à deux fois.
La faillite étant collective, pas d'inventaire à la Prévert sur les non performances de chacun. Sinon, un focus laser sur Govens qui par son comportement sur le terrain, (je remonte la balle, je dribble encore et encore, et je shoote la tête dans le guidon) en a énervé plus d'un.

Question de confiance ; pas de réussite aux tirs notamment sur les shoots ouverts et ceci dès le début de la rencontre. Je pense notamment à Desi Rodriguez, d'une totale maladresse. Premier match raté pour notre ailier-fort.
Des chiffres l'illustrent : 3 sur 18 à trois points soit 16,7 % aux tirs primés ; 14 sur 23 aux lancers-francs. 16 sur 16 pour Riga en confiance. Alors que la bataille du rebond a été équilibrée.

Pas de révolte au dernier quart-temps. De la résignation. Des shoots ouverts ratés ; un body language édifiant . Des regards perdus. A chaque attaque, on attendait de notre côté Grouchy, alors qu'on voyait arriver Blücher.
A oublier très vite dès ce week-end.

Samedi, l'emporter face à un promu aux aBlois !


Si le trait est grossi à dessein, il est évident qu'après avoir réussi un remarquable début de championnat, Blois subit le contrecoup de ses prestations "surprises".
Aux cerclistes de sortir la tête de l'eau, d'empocher le quatrième succès d'affilée en championnat et de rejoindre l'adversaire du jour au nombre de points.

  • Autour du match
  • Commentaires (54)