Playoffs 2019

Holy wood !

Illustration

Un canadair : voilà ce qu'il aurait fallu aux palois pour éteindre le feu de forêt prénommé DaShaun qui a décidé de plier le match tout seul en plein money time 75-66 ! Une victoire symbolique qui fait du bien dans tous les domaines : au classement, au moral, pour les supporters et qui fait que Limoges mène 51 victoires à 49 (et 1 nul) dans le décompte des clasicos. Analyse.

Le film du match

QT1 Un début de match séduisant

Tout le monde répond présent du côté CSP et sans donner l'impression de forcer outre mesure, Limoges tient la dragée haute aux béarnais. 25-19 dans une grosse ambiance. Les cerclistes semblent avoir pris la mesure des enjeux de cette rencontre.

Illustration


QT2 Garbage time en avance

C'est d'habitude au QT3 que les équipes baissent d'intensité pour mieux remettre les gaz dans le money-time. Là, Pau a calé un 14-3 au CSP pour repasser devant puis a perdu sa belle adresse alors que Limoges s'est empalé action après action sur la défense béarnaise. Avec 6LF laissés en route, les difficultés de Limoges s'intensifient et la 1ere mi-temps se termine laborieusement sur le score de 31 à 35.

Illustration


QT3 : Un GROS quart-temps

Limoges fait le break. Bien aidé par les mauvais choix palois, le CSP reprend le commandement de ce match emmené par un Prepelic très en verve et doit maintenant tenir et confirmer sur la dernière période. 56-46 : dix unités à gérer.

Illustration


QT4 : Holy wood !

Alors que Limoges avait du mal à contenir le retour des béarnais, DaShaun Wood a enquillé trois paniers à 3pts de suite pour remettre le CSP sur les rails de la victoire. Cooper et les siens enchainant les mauvais choix et les bévues, le CSP reste en vie pour les playoffs. Et Pau devra lutter pour conserver l'avantage du terrain en playoffs... mais qu'elle fait du bien celle là !

Bilan comptable

Limoges équilibre encore une fois son bilan 15v-15d et met la pression sur Le Portel, l'ASVEL et même Gravelines tenus de l'emporter pour ne pas se voir rattrapés par le CSP. Or, Le Portel et Gravelines s'affrontent, malheur donc au vaincu qui verra Limoges à sa hauteur alors que l'ASVEL ne devra pas se laisser surprendre dans les Mauges où Philippe Hervé et son groupe auront à coeur de rester à l'abri de la zone rouge.

On a aimé

Dans le désordre :
- Battre Pau !
- Wood en véritable Robin des Bois qui décoche la flèche de la victoire contre l'ignoble prince palois, héroïque en attaque, pénible en défense sur un des candidats au titre de MVP du championnat.
- Zerbo qui fait un bon match (8pts 3rbds et quelques taquets qui font plaisir).
- Prepelic qui fait des points et provoque des fautes à tout va.
- Buford en mode "régulier" qui plante quand il est ouvert.
- Wojcie qui ne reçoit aucun ballon même ouvert mais qui fait quand même le sale boulot (5rbds 1 passe).
- Jones solide en défense et précieux au rebond surtout en attaque où pas grand monde ne lui fait peur.
- Captain Camara qui montre le chemin, qui score et qui DOIT être prolongé par le staff ! Il est l'âme de cette équipe.
- Jim Bilba qui s'agace pour la première fois en 3 ans (et presque de sa vie) et qui prend enfin la dimension d'un head coach (devant les caméras en tout cas).
- ENTENDRE Beaublanc ! Ca commençait à manquer...
- voir Cooper passer (un peu) à côté de son match.
- Battre Pau ! (on l'a déjà dit ?)
- Voir du basket.
- L'arbitrage.
- La victoire importante des espoirs en toute sérénité (77-52) dans un Beaublanc déjà bien garni à 15h30.

On n'a pas aimé

- Randle qui boude et qui joue tout seul. Gros gâchis.
- Dule qui arrive à briser l'enthousiasme de joueurs comme Randle et qui ne fait pas jouer cette équipe "à la yougo", les joueurs se débrouillent donc un peu à leur sauce sans vraiment de grosses bases collectives.
- Fair (c'est un peu injuste mais la frustration domine) qui n'exploite pas assez son jump et ses qualités athlétiques hors normes. Son rendement devrait être bien supérieur.
- Le gros match de Duport en testeur de banc. Zéro minute.
- Le gros match de Fauché... ce projet jeune il claque !
- les séquences montagnes russes et cette incapacité maladive du CSP à gérer une avance.
- Voir autant de sièges vides dans Beaublanc devant les caméras (l'orange ressort bien) - pourtant avec notre politique commerciale au taquet ça devrait déborder au moindre match contre une N2 non ?!
- Le réalisateur de SFR SPORT 2... pas au top sur les ralentis et le calage des séquences.
- Prepelic qui oublie trop souvent de défendre et préfère réclamer un passage en force imaginaire à la place.
- Ne pas avoir vu le CSP jouer comme ça à l'aller et contre des équipes plus faibles.

  • Autour du match
  • Commentaires (69)