Playoffs 2019

Grosse victoire sur la route des 24h du Mans (60-86)

Illustration

Grosse victoire de Limoges qui s'est adjugé le scalp du Mans (60-86), une nouvelle fois avec la manière après avoir écarté Nanterre. 2 grosses perfs cette semaine, qui placent Limoges en tête de la ProA aux côtés de la JSF ! JR Reynolds a survolé le match avec un énorme 6/8 à 3 points et 36 d'éval... La classe ! Analyse. (bonus : le gif animé d'Eïto humilié par Reynolds )

Un début de match lent, poussif et sans adresse...

Comme souvent cette saison, les Limougeauds ont eu toutes les peines du monde à faire chauffer les semelles de leurs baskets... Fort heureusement, le MSB n'aura jamais su vraiment en profiter cet après-midi, ne créant jamais d'écart (seulement 6-2 après 6 minutes de jeu...) alors que rien ne rentrait côté CSP (1/11 de loin en première mi-temps).

Les hommes de JD Jackson ont malgré tout fait la course en tête pendant les vingt premières minutes, grâce à une défense très rugueuse qui a annihilé Green et Acker, tous les deux loin de leur niveau du début de semaine. Le rythme du match, très lent, ne permettait effectivement pas à notre charnière arrière de se mettre en valeur.
Les temps-morts de Jean-Marc Dupraz aidant, Limoges cherchait des solutions pour contourner le piège sarthois, ou au moins le maitriser avant de passer à l'offensive.

Accompagnés par une fanfare qui nous aura fait montre de son exceptionnel répertoire (vous aurez reconnu Santiano, Les Lacs du Connemara... et bien d'autres succès musicaux qui nous rappellent combien on aime la chanson française ! hum hum), les joueurs limousins ont réussi à faire le dos rond, comme ils l'ont déjà fait cette année, pour rentrer aux vestiaires à seulement 2 points de leurs hôtes (35-33).

Reynolds, le déclencheur d'un festival

Dans un match toujours aussi serré, un homme (ou un super héros ?) a su se démarquer en prenant les choses en main. JR Reynolds, dôté de mains en or et de nerfs d'acier, a fait plier Le Mans une première fois. Sous son impulsion, le CSP démarre enfin son option "rouleau compresseur" entrevue face à Nanterre et termine le troisième acte de ce match sur une grosse série. Avec la réussite qui manquait quelques minutes auparavant, un collectif huilé a alors pu se mettre en place pour prendre les commandes du match... et du championnat !

Le quatrième quart ne sera plus qu'une formalité. Entamé avec 12 points d'avance, il se terminera en festival avec 26 unités d'écart. Avec l'entrée des espoirs (Curier, Rigot, Estienne), ce match passe rapidement de "hold-up" (27e minute) à "démonstration" (30e), puis même à "belle branlée" (40e) quand Valentin Estienne se charge de marquer de 12 mètres au buzzer (1 ballon, 1 shoot, 3 d'éval... bien joué, tu vas pouvoir payer ton coup !) pour porter le score à 86-60.

L'homme du match

Avant de clore, on ne peut pas s'empêcher de revenir sur la prestation de haut-vol signée JR Reynolds. Je pense vous faire plaisir en vous rappelant le vent dont Eïto (tiens, tiens..!) se souviendra toute sa vie. Réception du ballon dans le corner, feinte de shoot, regard amusé derrière l'épaule sur le mec arrivé à 200 à l'heure pour tenter le contre et qui termine dans les tribunes, petit ajustement, shoot, ficelle : le résumé de 3 secondes de grand basket, par JR.
Au-delà de cette action qui mériterait bien son petit gif animé pour rester un peu plus dans la postérité (edit : en fait, je l'ai fait ! ça me démangeait trop ^^) , notre US a tout fait aux Manceaux. On ne comptera plus les hanches cassées et les mines déconfites dans les rues mancelles ce soir... A 8/11 au shoot (6/8 à 3pts), 5 passes décisives, 5 fautes provoquées, il a été sans conteste le grand artisan de cette belle victoire (36 d'éval !).

Illustration
Illustration


Limoges n'est plus un petit poucet

Toujours invaincus à l'extérieur, les Limougeauds font donc une vraie belle opération au classement, en battant le leader et son dauphin en seulement quelques jours.
Une place de leader que doit d'ailleurs désormais partager Nanterre avec notre belle équipe, qui confirme qu'un collectif existe cette saison - et il est important de le souligner, tant ça n'arrive pas tous les ans ! Car cette victoire est évidemment collective, et la performance de Reynolds ne doit rien enlever à celles de Boungou-Colo, Edwards ou Moerman. Au final, saluons un 110 d'éval collective qui ne doit rien au hasard.
Mickey et sa semaine de Disneyland Cup se rapprochent encore un peu, et en battant des équipes de ce calibre, Limoges est décidément un beau challenger pour cette ProA.

  • Autour du match
  • Commentaires (44)