Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Faire Bonn figure

Illustration

Khan on n'a pas une Bonn équipe, il suffit d'acheter une de celles qui marchent le mieux en Europe (au hasard le vainqueur de la BCL) pour résoudre tous ses soucis d'un coup... et devinez quoi ?! C'est exactement ce que les proprios de la franchise parisienne (qui jouit toujours des droits sportifs de Hyères-Toulon) ont fait : 6 joueurs + le coach de l'équipe allemande et saupoudrez le tout de Nadir Hifi et vous obtenez... une panzer division en Bonn et due forme ! Présentation.

Blitzkrieg

3-0... et pas n'importe comment : +17 vs Dijon, +16 vs St Quentin et +41 (!) vs Le Mans tel est le bilan comptable du Paris Basketball (désormais surnommé Paris BasketBonn par le petit monde du basket français) en ce début de saison. Clairement, les Monaco et ASVEL qui se voyaient survoler le championnat vont avoir à gérer un trublion bercé au schnaps ! Dans ce contexte technico-économique loin des prétentions limougeaude, la réception du club de la kapitale aura surtout pour but de ne pas prendre la foudre ! La rigueur allemande appliquée par nos visiteurs à soigneusement découper toute opposition ne nous laisse guère espérer un péché de suffisance (à l'image de Monaco qui a dû s'arracher pour battre le promu St Quentin de deux petites unités). Das team von coach Tuomas IISALO n'est pas là pour vendre des cravates et Limoges devra s'employer pour espérer bien figurer ce samedi.

L'effectif

Les meneurs :

Nadir Hifi : arrive du Portel où il a tout explosé. Très fort sur le 1 contre 1, très adroit de loin, bon passeur, et pas manchot quand il faut piquer un ballon ou deux. Même avec une belle concurrence, ce qu'il n'avait pas la saison dernière, il est toujours dans ses standards au niveau statistiques. Un joueur qui pourrait intégrer l'équipe de france d'ici les JO.

T.J. Shorts : arrive de Bonn comme la moitié de l'équipe. Vainqueur et MVP de la Basketball Champions League en 2023, il a suivi son coach. Il a les clés du camion, il vaut 21pts par match autant vous dire que c'est un vrai attaquant. Un peu le même profil que Nadir. Donc sur le poste 1 Paris est très bien équipé. Souligné comme "le plus gros transfert de l'été" par la journaliste FIBA Chloé Westelynck qui s'y connait en pépites (elle était déjà fan de Phil Scrubb à l'époque où beaucoup n'avait pas saisi son intérêt sur un parquet).

Les arrières :

Sebastian Herrera : arrive de Bonn. Poste 2 très adroit de loin, un peu enfermé dans le shoot à 3pts, mais ultra efficace. Il peu aussi défendre très fort.

Tyson Ward : arrive de Bonn. Ultra athlétique, très adroit de loin, très bon dans la finition sur le jeu rapide. Un profil à la Yann Bonato pour les anciens. Il sait tout faire, il le fait bien et avec une grosse efficacité.

Collin Malcolm : encore un qui arrive de Bonn. Lui son profil est plus 4 que 3. mais comme Paris a un jeu très basé sur l'attaque, il est aussi utilisé sur le poste d'ailier. Pas adroit de loin, pas fou aux LF, il va donner en défense mais surtout sur le jeu rapide.

Gauthier Denis : a été formé au Havre. Il a connu Paris en Pro B. C'est le dépositaire de l'esprit du club (lol). Joueur polyvalent, il peut shooter de loin, provoquer des fautes. Il va falloir qu'il trouve sa place dans ce collectif made in Germany.

Les intérieurs :

Mikael Jantunen : Finlandais, adroit de loin, poste 4 moderne. 2m04 avec une belle envergure. Il voit très bien le jeu et il est malin. Deux interceptions par match : il a les mains qui traînent.

Michael Kessens : arrive de Bonn. Vu en espoirs à Cholet il y a 10ans. Il a roulé sa bosse depuis. Poste 5 avec un tir de loin. Il a de bonnes mains pour remettre dedans sur rebonds offensifs. Il est aussi très bon passeur.

Leon Kratzer : poste 5 profil bûcheron. Et oui il en faut un dans une équipe. Lui il va faire le travail de l'ombre. Poser de gros écrans, prendre des rebonds, et mettre les points qui se livreront à lui.

Enzo Shahrvin : arrivé de Pau, il est blessé. Longtemps sur les tablettes du CSP, il a finalement cédé aux dollars du Paris BasketBonn. Plein d'énergie, ce jeune intérieur a en partie permis au club du mordor de ne pas sombrer totalement l'an passé.

Bandja Sy : arrivé de Boulogne, il a compris que le club de survivrait pas à Wemby. Le pape de l'équipe 33 ans, expérimenté. Un poste 4 qui va vite (un peu moins quand même aujourd'hui) balle en main. Peut shooter de loin. Il est surtout un gros défenseur.

Analyse :

Si on se penche sur l'équipe dans sa globalité, pas de grosses stars à l'horizon, hormis Shorts, ni CV de folie, mais des joueurs venant du même club avec le coach. Paris a en quelque sorte acheté l'effectif (coach compris) de Bonn qui a été champion de BCL la saison dernière, donc le collectif est en place. A ce groupe, on rajoute Hifi, belle pépite du championnat de France. Effectif équilibré. Hiérarchie bien installée. La traction arrière est offensivement le moteur de l'équipe... David Khan va bien finir par arriver à attirer un public, les hipsters auront leurs highlights et Paris va pouvoir intégrer l'EuroLeague à terme. C'est beau le fric basket !

Le CSP va passer une soirée difficile, et si nos gars ne font pas le travail en défense, la soirée pourrait s'avérer longue. Bonn pratique une défense tout terrain et cela pendant quasiment 40 minutes. Les rotations sont faite toutes les 3min pour que les joueurs sur le terrain se donnent à 100%. Le Mans a subi une telle intensité qu'ils ont perdu 22 ballons et au final ils en ont pris 40. Sur toutes les balles perdues, Paris a marqué. Attention à ne pas être en léthargie, une première mi-temps comme à Levallois serait sanctionnée lourdement. Il faudra du répondant, pour que la soirée soit belle, mais on entend déjà poindre les "Anstett démission" même en cas de défaite honorable. C'est beau de ne pas voir plus loin que le bout de son nez la passion du basket !

  • Autour du match
  • Commentaires (22)