Playoffs 2019

Et fait ch... ilb ! 71-74

Illustration

Dans un match haletant où Limoges laisse filer la décision dans les dernières secondes, Chalon sauve sa peau de justesse dans la fournaise de Beaublanc. Si la prestation est encourageante au diapason des stats de KMac (14pts 3pds 16ev) ou de l'inoxydable Brockman (10pts 17rbds 18ev) les motifs d'inquiétude sont plutôt du côté de Gomis qui donne péniblement 11min, de Gipson (le superman du pauvre... entendez qui rate le tir clutch) dont on n'avait décidément pas besoin, et de Plaisted qui livre un nouveau non-match (1pt 1rb en 8min). Rendez-vous vendredi à Poitiers et sur SPORT+ pour un match capital en vue du maintien... malheur au perdant !

Le contexte

Dans ce match « joker » sur lequel peu de monde comptait réellement côté limougeaud, la pression était moindre après l'importantissime victoire acquise face à Nancy.
Le vrai match à gagner se jouera effectivement vendredi soir, du côté de Poitiers et devant les caméras de Sport+, face à un autre candidat au maintien que le cercle pourra laisser 3 victoires plus loin... et voir la fin de saison un peu plus sereinement le cas échéant !
Malgré tout, Beaublanc s'est encore une fois bien rempli pour jouer son rôle de sixième homme.

Le match

Avec un 5 inattendu (Gipson, Gomis, Boungou Colo, Brockman, et surtout... Vasco Evtimov!), ce CSP là a très vite pris une belle allure. La relation intérieur/extérieur emmenée par le duo Gomis/Evtimov a surpris plus d'un Chalonnais.
Malgré quelques oublis en défense et des paniers faciles laissés de côté, Limoges se laisse le droit d'espérer une partie serrée, les yeux dans les yeux avec l'Elan jusqu'au bout. Schilb, parfaitement neutralisé par les chiens de garde limougeauds, s'en retrouve transparent et pèse très peu sur le jeu en début de partie, contrairement à Williams, très bon dans la raquette.

Accusant très rapidement 9 points de retard, le deuxième quart-temps s'annonce plus compliqué pour la troupe limousine. Gipson y va alors de sa briquette désormais habituelle, effleurant à peine le cercle et faisant regretter le temps de jeu réduit de JoGo, diminué par une douleur dorsale.
Heureusement, McAlarney remet sa cape de SuperKMac pour ramener Limoges dans les clous. Alors que l'ambiance monte sans modération, le lutin de Notre-Dame est tout près d'embraser définitivement les lieux sur un missile en contre-attaque qui aurait mérité meilleur sort. Aboudou se charge d'alimenter la braise en contestant une décision, et c'est bien Limoges qui, à la pause, mène la danse (39-37) !

Continuant sur leur bonne lancée, les verts reviennent avec des intentions qui se concrétisent avec un jeu plaisant et varié . Mais à +9, Blake Schilb est pris d'un sursaut d'orgueil qui le pousse à ramener son équipe à bout de bras. Malin, roublard, adroit à 3pts, l'ex MVP de ProA est l'auteur d'un excellent passage dans ce 3e QT : grâce à son réveil, l'équipe de Greg Beugnot (qui a par ailleurs échappé de peu à la technique ce soir) reprend la main à 10 minutes du terme de ce match passionnant... 53-54.

La fin de match s'annonce stressante. Aucune des deux équipes ne semble vouloir prendre le risque d'asséner le coup du KO à son adversaire, et il aura fallu attendre les 90 dernières secondes (68-68 à ce moment là) pour que tout se décante avec le début de la guerre des temps-morts.
Malheureusement, Teddy Gipson, présenté comme un clutch player (et donc censé avoir le sang-froid nécessaire pour tuer un match dans ces circonstances), a eu à plusieurs reprises le ballon de la gagne, sans jamais en faire bon usage.
Schilb, a contrario, ne craque pas sous la pression de Beaublanc pour sceller le sort du match sur la ligne des lancers. A 71-74, les Chalonnais peuvent se féliciter d'avoir réussi un joli coup à l'extérieur.

Le CSP ne doit pas nourrir de regrets à l'issue de cette défaite à la fois amère et encourageante. L'équipe a montré un visage bien plus abouti que face à Nanterre ou Nancy, et se maintiendra sans aucun doute en gardant ce niveau de jeu.

On a aimé

Applaudir notre équipe, même à la fin d'un match perdu.
Les gars se sont battus, ont montré un visage plaisant, et sont passés près de ce qu'on aurait volontiers qualifié d'exploit en début de soirée. Avec cet état d'esprit, le public sera derrière eux jusqu'au bout pour le maintien !

Voir Vasco débuter le match, et s'avérer plutôt précieux !
Le duel fratricide Vasco/Ilian aura donc eu lieu. Si le Chalonnais aura gagné le duel collectif, il s'est pour autant montré décevant (1/7 à 3pts, sa spécialité).
De son côté, Vasco a (comme à chaque fois que je l'ai vu jouer) montré de bonnes dispositions, ouvrant la palette des possibilités pour des joueurs comme Gomis ou McAlarney...Ce soir, il a d'ailleurs montré plus de choses que Trent Plaisted qui a malheureusement confirmé sa méforme du moment (0 d'éval en 9 minutes)...

Une équipe de Chalon très pro, sérieuse
Sans jamais chambrer, nos adversaires ont su faire le dos rond quand il le fallait, et se réveiller avec dignité pour se sortir du piège haut-viennois... Bravo à eux !

La paire Kmac / Brockman, toujours au diapason
Les stats sont parlantes pour ces joueurs qui ne nous déçoivent presque jamais : McAlarney a fait parler la poudre (14pts, 3/5 de loin), tandis que Brockman a encore été... brockmanesque avec la bagatelle de 17 rebonds.

On n'a pas aimé

Jo Gomis diminué par sa blessure, n'a pu disputer qu'une dizaine de minutes ce soir.
L'apport de l'ancien international français a manqué aux limougeauds dans les moments difficiles. Avec déjà Tsamis sur le flanc, le CSP n'aura pas apporté suffisamment de danger en pénétration.

Teddy Gipson n'est définitivement pas une pêche miraculeuse...
Joueur le plus utilisé (29 minutes) après Jon Brockman (34 minutes), l'ancien Palois n'a pas eu les épaules pour relancer Limoges dans le money time... Trop souvent à contre-temps (refusant de façon incompréhensible des shoots ouverts à 3 points alors qu'il tente parfois des shoots impossibles en déséquilibre...), il a tremblé au moment d'égaliser à 18 secondes de ce qui aurait pu devenir une prolongation.

Une fois n'est pas coutume, les arbitres n'ont pas su se faire oublier et n'ont pas brillé par leur excellence.
Une antisportive pour le moins sévère sifflée à l'encontre de Traore, de « subtils » changements de décisions (c'est déjà ça d'admettre ses erreurs, me direz-vous...), de multiples compensations... Bref, encore trop d'erreurs pour un match de ProA !

Et maintenant ?

Maintenant, il ne faut pas se tromper d'objectif : comme je l'ai déjà précisé en début d'article, le match à ne pas manquer se jouera face au PB86. En gagnant là-bas, les Limougeauds mettraient Poitiers à 3 longueurs et s'offriraient un petit matelas de sécurité qui pourrait éviter de mauvaises surprises en fin de saison.

Encore une fois, le CSP ne doit donc pas rougir de cette défaite, le match s'est joué à un cheveu de Schilb (et Dieu sait comme c'est court !) et le travail fourni tout au long de la saison payera, j'en suis sûr. Allez Limoges, tes supporters sont là !

  • Autour du match
  • Commentaires (33)