Playoffs 2019

En panne à Nanterre

Illustration

Après un début de rencontre prometteur, Limoges s'est effondré à cheval sur le 3e et le 4e QT en encaissant plusieurs violentes séquences de 10-0 pour terminer à 10 longueurs de nanterriens plus en confiance que jamais. Les bons matches de Camara (16,7,2) ou de Randle (18,3,4) n'ont pas suffi face à l'activité de Warren et Riley (23 et 24 d'éval). Analyse.

Le film du match

La main chaude

Comme la semaine passée face à Pau, le CSP démarre sur des standards de scoring très hauts. 28pts au QT1, 23 au QT2 soit une base de 100+pts (total qui n'a pas été accumulé depuis des mois par Limoges). Mais comme d'habitude cette boulimie soutenue par une adresse flatteuse n'a pas tenu sur la longueur. Il faut dire que personne ne semblait passer à travers son match en première mi-temps. Buford mettait des shoots compliqués en fade-away, Prepelic décochait de loin et provoquait moult fautes comme à son habitude et capitaine Camara pilonnait le jeune Lessort moins à l'aise dans le combat physique que dans les joutes aériennes. Zerbo a eu une activité très importante pas forcément quantifiée dans les stats mais il a été essentiel pour imposer la densité physique limougeaude à l'intérieur.

La panne sèche

Après la pause, Limoges n'a plus su répondre aux nouvelles dispositions tactiques mises en place par la troupe de Donnadieu. Certes l'intensité défensive constatée en début de rencontre était toujours là mais les nanterriens perdaient moins de balles, montraient plus de patience et trouvaient des situations de shoot plus sérieuses. Si papa Riley avait tenu la baraque face à la tempête limougeaude, c'est Warren qui a sonné la révolte pour les locaux, bien suivi par Butterfield et Schaffartzik. Limoges qui n'avait presque pas perdu de balles jusque là a porté son total à 17 et concédé pas moins de 13 rebonds offensifs à un adversaire qui n'hésitait pas à exploiter autant de secondes chances. Les gros trous d'air restés sans réponse ont placé le CSP en position de courir après le score, ce qu'il ne sait pas faire Wood restant désespérément à 0 point (comme la semaine passée avant son coup de chaud derrière l'arc qui n'a pas eu lieu samedi). Notons le nouveau DNP de Duport, un contrat qui aura été signé en pure perte.

Bilan

Comme nous l'avions pressenti, s'incliner sur le parquet de Nanterre n'est ni une surprise ni une honte. Cette équipe développe un beau basket, patient, varié et efficace. La mauvaise nouvelle de la soirée vient plutôt des concurrents directs au 8e spot Gravelines et Le Portel qui se sont tous les deux imposés. L'ASVEL qui compte déjà une victoire d'avance sur le CSP affronte la SIG ce soir et si d'aventure elle s'imposait, les minces espoirs de post-saison s'amenuiseraient avant même le match "capital" mardi à Beaublanc face à ces mêmes villeurbannais.

Non, véritablement, l'essentiel a peu de chance de se passer sur le terrain mais bel et bien en coulisses dans les négociations autour de l'Eurocup et la FIBA Europe Cup. Limoges peut espérer être engagé dans l'une comme dans l'autre. La première plus sur un plan business que sportif, la seconde si la LNB renouvelle ses 4 engagés. Une 8e place en ProA validerait de façon certaine un billet en "FEC" mais honnêtement la tâche paraît très compliquée et désormais le CSP n'est plus seul maître de son destin.

Fin de série pour les ESPOIRS

Les espoirs du CSP de participer aux playoffs ne sont pas les seuls à avoir souffert à Nanterre. L'équipe espoir a mis fin à sa série de 9 victoires pour s'incliner 70-62. Privés de Merveille Munanga les ouailles de coach Mary ont accusé le coup dans leur course folle à la seconde place du classement. Désormais solides 3e leur participation au trophée du futur est quasi-validée. Bravo aux jeunes pousses et qu'ils reprennent leur marche en avant dès mardi à Beaublanc.

  • Autour du match
  • Commentaires (24)