Playoffs 2019

Défaite au Havre : 85 à 79

Illustration

Pour la première fois de la saison, le CSP jouait un match de ProA après un gros déplacement d'Euroligue. Et nous l'avons tous bien vu : ce fut très dur... trop dur. Explication...

1er quart : c'est pas simple !

On ne présente plus le 5 de départ désormais classique du CSP. C'est ce 5 qui doit montrer l'agressivité et l'envie dès le départ. Si Boungou Colo plante la première banderille, la suite sera beaucoup plus dur. Boungou Colo s'enfonce dans un jeu en force et un mano à mano s'installe entre les 2 équipes dès le départ. Quelques tirs ouverts qui rentrent, des ballons qui tombent dans les mains du CSP et le CSP creuse un petit écart de 5 points. Malgré tout, on ne reconnaît pas l'équipe du début de saison qui se battait et surtout imposait une domination physique impressionnante sur ses adversaires. Cette impression allait se confirmer au fur et à mesure de ce quart temps que le CSP terminait pourtant en tête 17 – 20.

2nd quart temps : que c'est mouuuuuuuuuuu !

Oui, cet adjectif résume à lui seul ce quart temps.
Mou, ce qui a entrainé des fautes sur des défenses en retard et un STB Le Havre déjà aux lancers après 3mn30 de jeu.
Mou comme l'absence au rebond du CSP dans ce quart temps.
Mou comme Baptista qui, s'il arrive à 4 rebonds à la mi temps, attrape notamment 2 ballons au moins tombés dans ses mains.
Mou comme Plaisted qui se fait voler un ballon dans les mains ou qui regarde un ballon par terre.
Et cette mollesse entraine : une adresse en berne voire même proche du néant.
Par chance, côté Havrais, c'est guère mieux et on évite de prendre un gros gros éclat. Le CSP reste derrière mais sans trop couler. Et c'est Boungou Colo qui sonne la révolte et joue son jeu, sans forcer dans ce quart temps et sans refuser des tirs ouverts qui malheureusement ne rentrent pas tous (cf. ses 2 tirs à 3 points ratés en l'espace de 5s de jeu).
Leo le soulignera à la mi-temps, "on est endormi". C'est le moins que l'on puisse dire mais c'est un moindre mal, le CSP n'est qu'à 2 longueurs à la mi-temps.

3ème quart temps : Y'a quelqu'un poste 5 ?

Zerbo absent en ce début de quart, c'est Fantomas Baptista qui se colla poste 5. Et on va dire que son air ball sur son tir favori ne l'a pas forcément mis en confiance et ne lui a pas forcément donné l'envie de se battre plus. Et du coup, les intérieurs havrais par leurs fixations, leurs présences aux rebonds ont éteint complètement le jeu intérieur limougeaud, voire le jeu tout court.
Petite précision, à la 26ème minute de jeu, King et Greer étaient à 22 et 23 minutes de jeu pour un maximum de 11 pour Baptista - Plaisted - Zerbo (et 22 pour Moerman).
Les extérieurs du STB prenant feu, c'est Le Havre qui s'envole (51 à 41 puis 58 à 48) tandis que ce sont les extérieurs du CSP qui, tant bien que mal, essaye de ramener le CSP au contact alors que, cette fois, c'est Plaisted qui rate des tirs à 1,45m du cercle (les 45cm étant là pour essayer d'apporter un peu de distance au tir sous le cercle).
Finalement, le CSP lâche complètement prise, aucune réaction, 11 joueurs amorphes, les tirs rebondissent sur l'arceau sans jamais rentrer … bref un désastre collectif, individuel et ceux contre 5 joueurs qui ont une réussite hallucinante !
Le match était donc perdu à la 30ème minute : 67 à 49 !
J'entends d'ici les réactions de tous ceux regardant le match sur Sport Plus ou sur FBL. Alors, je vous rassure, tout va bien. JMD n'a pas épuisé tous ses temps morts (1 seul), il pense que l'on peut revenir … ou alors il se fout de nous !

4ème quart temps : combien va-t-on prendre ?

Pourquoi cette question : car quand dès la 15ème seconde, un joueur, n'ayant pas tiré un seul 3 points de la saison avec un record de points à 2 en pro A score à 8 mètres, on se dit que ca va être 10 minutes très très longues. Pourtant, Adrien par 2 tirs à 3 points et Nobel entretiennent l'espoir.
Petite info importante : on parle de ces 2 joueurs, mais Westermann et Smith étaient aussi sur le terrain. Le poste 5 ? Fréjus, seul pivot qui, sans apporter trop de point, apporte une énergie et une présence en défense et on sait que, quand la défense va …
Et le miracle que l'on n'attendait plus se produit, Le Havre se fatigue et sa réussite baisse alors que le CSP se remet à jouer collectif et trouve le cercle. L'écart diminue, chute et …. le CSP revient à égalité à 73 partout (au passage, JMD avait donc raison de garder ses temps morts bien que je pense qu'une grosse mise au point aurait été nécessaire avant). Mais, comme souvent, l'énergie déployée pour revenir, un ou deux coups de sifflets étranges ont eu raison du CSP. Le CSP a conclu la rencontre par quelques mauvais choix individuels (fatigue, volonté de sauver la patrie alors que la remontée avait été collective) symbole de ce match.
Le CSP s'incline finalement 85 à 79.

Les constatations et les questions


- Certains diront que Nobel a un peu forcé au début et a raté des tirs. Oui, c'est vrai mais il a montré une hargne et une envie qui ont permis à Limoges de ne pas sombrer totalement. Il n'a refusé aucun tir ouvert et si l'adresse n'était pas là, l'envie oui et c'est un minimum et d'autres devraient s'en inspirer.

- Comment expliquer qu'avec le score final, Westermann, Boungou Colo, Moerman et Zerbo sont dans le positif si l'on regarde l'écart fait (entre +12 et +17) alors que Ramel, Ousmane, JPB, Trent , Southerland et Smith sont eux entre -10 et -18 ? Y'a-t-il une telle différence de niveau ou d'envie entre ces joueurs ?

- Comment ont fait les 10 joueurs (oui 10 pas 11 et 12) en 1993 pour réussir à tenir Euroleague et championnat alors que nos 12 joueurs semblent déjà HS en début de match après un seul match d'Euroleague ?

- Pourquoi le CSP a attendu la 33ème minute pour vraiment se battre et tout donner.

- Pourquoi Smith n'a pas plus de système à lui ? Ses paniers peuvent amener la folie nécessaire pour jouer ce genre de match.

- Le CSP ou plutôt Westermann Smith Boungou Colo Moerman et Zerbo n'ont pas baissé les bras et se sont battus, un peu tard certes mais se sont battus. Pour les autres, c'est beaucoup plus mitigé (hormis Amagou qui n'est pas revenu sur le terrain suite à la grosse remontée du CSP)

- Le CSP est toujours en tête du championnat mais perdre au Havre (avec tout le respect que l'on doit à ce club) au vu des effectifs n'est pas normal, Euroleague ou pas. Et cette défaite va peser lourd en fin de saison, très lourd.

- Il est bien évidemment possible d'avoir un jour sans niveau adresse mais la hargne et l'agressivité doivent être permanente quand on joue au basket. Ce soir, le CSP n'a joué qu'avec un seul pivot, Zerbo, les autres étant hors jeu niveau envie.


Et maintenant ?


- Zagreb se profile à la maison et on peut être sur que le CSP va montrer un autre visage car l'Euroleague sera là, Beaublanc sera derrière. Pour quel résultat ? On verra ça vendredi.

- Il faut réfléchir un maximum sur la gestion des joueurs et même sur l'effectif du CSP. Si on n'est pas à dire qu'il faut couper tel ou tel joueur après une défaite, ce soir, le match nous a montré plusieurs joueurs. Hormis, Zerbo, on a eu Casper Plaisted et Fantomas Baptista en défense au poste 5. Moerman et Boungou Colo ne vont pas pouvoir tenir plus de 30 minutes à chaque match. Sauf que derrière, il n'y a rien : le CSP prend l'eau quand Camara, Curry, Casper ou Fantomas sont sur le terrain (on laissera le bénéfice du doute à Southerland après son périple Portland Paris Limoges Paris Tel Aviv Le Havre)

- Si les joueurs dormaient sur le terrain, le trio des coachs limougeauds a pesé sur le match. Comment peut-on prendre si lentement les temps morts en première mi temps alors que l'équipe ne montre aucune envie ? Comment ne peut-on pas trouver de solution à la doublette King Greer alors que ce sont eux qui font le chantier avec Cox(leur meneur étant maladroit et leur ailier faible) ? Aucune système ou alors une petite zone press par ci, une 2-1-2 ou 2-3 par là. Et sinon, on fait quoi ?

- Comment gérer le calendrier qui s'annonce ? Si le CSP est incapable de gagner au Havre après un déplacement euroleague, combien va-t-on prendre à Strasbourg, Nanterre et en recevant Dijon ? Faut-il déjà faire un choix entre l'Euroleague et le championnat car si le championnat est serré, les défaites vont couter cher.

- Finalement, cette première défaite qui coincide avec le début de l'Euroleague fait déjà beaucoup se questionner (enfin coté Beaublanc.com et on espère aussi coté rue Haute Vienne). Forté avait annoncé que ceux qui aiderait à faire gagner des matchs en championnat joueront en Euroligue. Du coup, on peut déjà annoncer que le CSP se présentera à 6 joueurs vendredi contre Zagreb !

  • Autour du match
  • Commentaires (64)