Playoffs 2019

Ce n'était pas un match à Mykal !

Illustration

Le CSP s'impose dans le match 2 à Beaublanc,. Après une première période douteuse, il a ressorti sa zone-press qui a bien compliqué la tâche de Campbell et consorts. 71-63 avec un Moerman XXL 21pts 11rbds et un Nobel agressif qui met le couvercle au bon moment. Mikal Riley n'a pas répété son show à l'infini et la JDA plie avant de recevoir deux fois dans son antre invaincu. Analyse

QT1 : Le couteau entre les dents, la queue entre les jambes

Défaits au terme d'un match 1 très mal engagé mais disputé jusqu'au bout, les limougeauds avaient à cœur d'attaquer cet épisode 2 d'une toute autre manière et c'est par un 7-0 que les verts et blancs sonnaient la charge face à une JDA prise à la gorge. La surprise ne dura pas pour Harris et Riley qui éteignirent le premier incendie depuis les 6m75. Malgré une grosse implication défensive limougeaude (en passant encore sous les picks ce qui est hallucinant quand on voit ce que ça donne) les bourguignons enfilaient les perles (Riley 15pts) et après un temps mort en mode clash de rappeurs entre Dupraz et Edwards (voir plus bas pour les détails) la JDA se rassurait en remportant le QT1 26-20.

QT2 : On a retrouvé Mr Hyde !

Le second quart ne rassura personne, si Moerman n'a jamais cessé son chantier au rebond et ses élans d'énergie, les autres retombèrent dans les travers bien connus de ce CSP quand il est dans le dur. Pas de circulation de balle, des dribbles intempestifs et stériles avec une bonne dose de shoots pas très heureux qui laissèrent une nouvelle fois Dijon empocher la période 15 à 12 portant le score total à 32-41… Moins sévère que lors du match 1 où Limoges pointait à -20 mais tout de même sérieusement raté par rapport aux espoirs et aux attentes des uns et des autres.

QT3 : La révolte

Après 21min30 de cafouillages, JMD se rappela que sa zone-press avait sacrément gêné la JDA deux jours plus tôt permettant un retour certes vain mais spectaculaire. Et devinez quoi ? Ca a remarché ! TJ Campbell jusque là si impressionnant d'adresse s'est englué en dribble dans les prises à deux cerclistes, Harris et Riley ont enfin daigné rater quelques tirs et le CSP a infligé un douloureux 20-6 à des visiteurs qui voyaient un scénario connu se répéter. A noter, un apport crucial de Gomis dans la gestion et dans la défense et une présence importante de Zerbo bien au delà des chiffres (6pts 2rbds) alors que Petro a une nouvelle fois manqué d'agressivité vers le cercle.

QT4 : La zone-press purée !

Et oui, "purée" comme on disait en 1982 ! En ne lâchant pas le morceau en défense, ralentissant chaque progression dijonnaise qui ne parvenait plus à se développer avec seulement 10 secondes exploitables en zone offensive, Limoges a empêché la JDA de reprendre confiance. Le pourcentage à 3pts des noirs et blancs restant famélique, la décision ne fut pas longue à se dessiner et si Harris tenta par une flèche bien sentie d'éteindre l'incendie qui avait gagné la Jeanne d'Arc, Reynolds lui répondit bien soutenu par NBC et Moerman très agressifs en défense et véloces à la relance. La messe fut dite alors quaprès un dunk de NBC, Adrien sur une nouvelle contre-attaque se fit découper par Harris. Antisportive (enfin ! M. Maestre et ses collègues en ayant oublié quelques unes...) suite au temps-mort pris par JL Borg, les bourguignons lâchèrent l'affaire (pour l'anecdote, Campbell se fit même sortir par son coach à 50sec du buzzer car il continuait à s'engluer en dribble dans la zone-press). Le CSP lave donc l'affront du match 1 sur le score de 71 à 63 en se donnant la mission d'aller gagner au moins une fois à Dijon.

Bilan individuel

Gomis : Quelques erreurs mais qu'il est précieux ce meneur vétéran !
Acker : 5pds ce serait un beau bilan si la seule chose qui l'obnubile n'était pas son zéro pointé au scoring… et toujours ce sale caractère.
Petro : 6pts… tous en reculant et un 2m13 qui ne lève pas les bras en défense… qui a dit soft ?
Green : intéressant dans l'agressivité défensive mais que de dribbles inutiles et que de shoots trop ambitieux ! Quand ça rentre on crie au génie, mais il faut que ça rentre pour ça !
Zerbo : 6pts à 75% 2 rebonds mais de la présence et de l'intimidation. On vous l'a déjà dit, nous on aime beaucoup Fréjus et on croit en lui. Un bon match de playoffs pour lui.
NBC : 17pts 1rb et zéro passe… Clairement pas notre match préféré en termes comptables mais une attitude volontaire et du travail en défense avec de belles interceptions. Ne s'est pas engueulé avec JMD… on le souligne parce qu'avant il aurait pu…
Moerman : Monsieur MVP ce soir encore ! 21pts 11rbds un nouveau match de mammouth et de la présence partout ! Il se donne, il souffre, il se relève… Beaublanc a un nouveau captain courage !
Reynolds : A boire et à manger mais un bon match avec quelques actions clutch comme ce 3pts au QT4, bien loin, bien compliqué mais qui fait tellement de bien ! Bonne implication défensive.
JKE : Important dans le duel des intérieurs de petite taille, avec 4pts 5rbds et 3pds il ne fait clairement pas un match de titan mais ne reste pas les bras croisés. On aimerait plus de rebonds en particulier et moins de blabla mais ça…

"You talkin' to me?!"

Chose promise, chose due, petit retour sur l'épisode du temps-mort que les commentateurs ont fait passer pour un "Dupraz pique ses troupes pour les remotiver"… auquel nous opposerons un gros "LOL" quand on connaît le contexte des égos dans ce groupe depuis le début de la saison. En gros, alors que le coach (vous savez le gars payé pour DIRIGER) donne des consignes, les joueurs (ceux payés pour EXECUTER) le coupaient et surtout celui qui ne se donnait pas assez ou pas assez dans le respect des consignes… j'ai nommé JK Edwards, qui a eu droit à un superbe "Shut up". Normalement, les choses auraient dues être claires mais l'intérieur s'est permis d'envoyer chier son entraîneur lui "conseillant" de coacher et de ne pas s'occuper de qui parle. Ahlala… on lui mettrait bien une giffle à cet insolent s'il n'était pas aussi balaise ! Toujours est-il que JMD risque de passer chez Hanouna une nouvelle fois et pas forcément pour son accent anglais ! Le président tranchera-t-il la question (une petite sortie médiatique avec une amende à la clé pour le joueur histoire de légitimer le technicien) ou laissera-t-il la situation se décanter "seule" ?
Pour le fun, on ajoutera qu'Acker qui est sorti vexé de son match fanny a lui aussi eu le bon goût d'avoir une altercation avec son coach avant même de regagner le tunnel…
Si ces joueurs nous ramènent un titre ce sera un petit miracle, mais une chose est sure on ne les pleurera pas tant ils ne brillent pas par leur aura et leur comportement de starlettes. On a envie d'envoyer un gros message de sympathie à un grand monsieur qui vit au milieu de cette meute et qui LUI a la classe, la vraie : M. Joseph GOMIS qui continue à s'interposer et tente de ramener le calme au milieu de ces wesh-wesh. Courage Jo !

Que va-t-il se passer à Dijon ?

Le défi est clair : après le faux-pas à Beaublanc lundi soir Limoges devra violer la pucelle d'Orléans à Dijon (pour les nuls en Histoire-Géo… ben rien ! Fallait écouter à l'école !) elle qui a réussi à cloturer l'exercice 2013-14 vierge sur son terrain. Une seule victoire suffira à renvoyer tout le monde à Beaublanc pour un match 5 étouffant mais nul doute que les 5500 supporters ne demandent qu'à jouer le 6ème homme une nouvelle fois pour propulser le CSP en finale de ProA… 14 ans après. Bon, si on pouvait taper Dijon deux fois dans sa salle et boucler ce tour en 4 matches on prendrait aussi mais une autre possibilité technico-tactique pourrait aussi consister à assurer un succès dès le match 3 pour mieux laisser filer le 4 en reposant les joueurs en vue d'un match 5 décisif à la maison… Un peu calculateur mais ça mérite réflexion non ?!...

  • Autour du match
  • Commentaires (48)