Playoffs 2019

Carnaval du CSP à Gravelines : 67-55, énorme !

A la suite de la défaite contre la SIG, tout le monde craignait ce déplacement dans le Nord, tout le monde avait peur d'un écart énorme en faveur du BCM.
Tout le monde ? Non ! Une équipe n'avait peur de rien, ni du BCM, ni de ce long road trip : le CSP. Les joueurs du BCM, eux, ne craignaient pas non plus le CSP. Au final, le CSP le réalisa. Quoi ? L'exploit ! Analyse !

Le cinq majeur du jour :

Gomis, Tsamis, Boungo Colo, Bavcic, Walker : un 5 avec un vrai pivot (enfin un joueur jouant normalement au poste 5), Bavcic à son vrai poste et Boungo Colo à l'aile.
Et comme on le voit depuis le début de la saison, le match partit sur des bases serrées et surtout avec une intensité défensive importante (Bavcic ratant à peu près tous ses shoots pour ne rien changer dans sa réussite actuelle). Au bout de 5mn de jeu, le score était de 8-6 pour le CSP jusqu'à un premier blocage du CSP qui vit Gravelines prendre de l'avance (14-8) et bientot 14-10 avec l'entrée de Wanamaker.
Comme contre Strasbourg, le CSP partait doucement et remit un presque nouveau 5 avec KMac à la place de Tsamis, Mipoka à la place de Bavcic, Desroses à la place de Boungo Colo puis Zerbo à la place de Walker.
Et là .... un changement radical de situation.
Jugez plutôt : le CSP repassa devant 18 à 17 à la fin du premier quart

"Meme pas cap" :


Comme lundi lors du dernier quart temps avec Strasbourg, Gravelines a vécu un black out total de nombreuses minutes. Sauf que durant ce laps de temps, le CSP, lui, continua à scorer. Zerbo en défense, Wanamaker en parfait chef d'orchestre scoreur et ses collègues s'en donnèrent à coeur joie ... En 8 minutes de jeu durant ce 2ème quart, le BCM encaissa un 15 à 0 (oui oui 15 à 0, on l'écrit de nouveau pour le plaisir des yeux).
Vasco se permit même de faire ses premiers pas limougeauds pour marquer 3 points et ressortir immédiatement et le CSP mena à la mi temps 38 à 20 (oui oui 20 pour le BCM, on se refait plaisir), 44 d'évaluation à 7. Du jamais vu au BCM et rarement vu en championnat de France.
Si le CSP défendait bien, le BCM déjouait complètement et ne comprenait pas ce qui lui arrivait, ayant sans doute sous estimé son adversaire qui lui en faisait voir de toutes les couleurs. On se doutait bien que la 2ème mi temps ne serait pas pareil mais ces 20 premières minutes prouvaient que le CSP pouvait faire mal à de supposées grosses écuries.

Illustration

Remise en route.

Et comme prévu, Gravelines revient pour remettre de l'ordre dans son jeu et au score. Il revinrent donc rapidement à 12 points (28 à 40) mais c'était sans compter la rage de Limoges (et particulièrement le quatuor Zerbo, KMac qui même à 0 d'évaluation attire des défenseurs, Wanamaker - monsieur 100%- et Desroses bien épaulé par Mipoka et Tsamis). Si l'intensité mise sur le parquet était dans l'évaluation, ces 6 là auraient explosé les compteurs.
Tant et si bien que le CSP fit comme si de rien n'était et continua à dérouler tranquillement son jeu et refit un écart 55 à 35 à la fin du 3ème quart temps. Soit un 3ème quart temps gagné et surtout une mentalité sans faille ce qui devait ravir Giannakis au plus haut point.

30 ou 40 minutes ?

A l'entame de ce quart temps, on se posait tous la question suivante : le CSP allait-il tenir le rythme meme si aucun joueur n'avait dépassé les 20 minutes de jeu ? Gravelines allait-il livrer un final de folie ?
En attendant le final, le CSP reprit ce quart comme il l'avait fait contre Strasbourg à savoir sans trouver la cible. Bavcic retourna donc sur le banc avec une jolie évaluation de -1 en 8 minutes de jeu (il fallait bien une note négative dans le match). Mais comme Gravelines n'y arrivait toujours pas avec 3 petits points marqués en 3mn30, le CSP avait toujours 17 points d'avance à la 34ème minute. Incroyable !
Sauf que le CSP continuait son arret buffet et le BCM revenait doucement mais surement 55 à 41 à 5mn de la fin du match. Et dans ce cas, qui vient à l'aide pour le CSP : monsieur 100% du soir, monsieur révélation des matchs de présaison alias Brad Wanamaker qui plante un nouveau 3 points pour essayer de dire au BCM : "Non non non, vous n'y arriverez pas ce soir" (traduction de l'anglais entendu sur le terrain !)
A 3mn de la fin, alors que le BCM était toujours à 15 points, Frejus avait atteint ses 16 minutes de jeu et qui dit 16 minutes de jeu pour Fréjus dit .... problème de faute (4).
Et là l'impensable se produisit : Ty Walker revint sur le terrain et non Vasco Evtimov qui avait pourtant aligné 4 minutes et 4 d'évaluation. Pourquoi ce choix de Giannakis ?
Tout simplement pour me faire taire parce que KMac servait parfaitement Walker dessous pour 2 points. Rien ce soir ne pourrait arreter le CSP, rien rien rien.

L'exploit

Pour finir, vous mettez les 3 manieurs de ballons ensemble (KMac, Jo Gomis et Wanamaker) et l'exploit se concrétise.
Victoire 67 à 55.
Si Wanamaker est le meilleur marqueur et a la meilleure évaluation ce soir, c'est le collectif qu'on retiendra, la mentalité de cette équipe qui ne lâche jamais, qui joue tout à fond (et la profondeur de banc a son importance et le coaching également).
Une très belle soirée. Il ne reste plus à espérer que le public de Beaublanc puisse lui aussi goûter à la victoire prochainement même si désormais le CSP, tombeur du BCM à Gravelines, sera attendu dans toutes les salles.

Mais que c'est bon, que c'est bon !

  • Autour du match
  • Commentaires (65)