Playoffs 2019

20 min de minimes, 20 min de playground !

Illustration

Quelle débâcle face à Cholet Basket ! Tout le CSP se gargarise de ne plus souffrir de la chape de plomb de Giannakis mais on a vu ce soir un étalage de croqueurs en liberté totale, plus foufous les uns que les autres ! Seuls Moerman et Edwards se coltinent le travail de l'ombre et fournissent les extérieurs en nouvelles chances d'envoyer un saucisson ou de jouer le 1 contre 3 ! Analyse.

Après avoir gâché la fête à Antibes, le CSP parvient à gâcher une seconde fête mais cette fois c'était celle de Beaublanc. Les fidèles avaient rempli la cathédrale après 5 mois de disette en compétition officielle et même un mardi soir, tout le peuple limousin avait soif de basket !

Run young men, run !

Or il n'y avait qu'une seule couverture ce soir (et pas défensive croyez-moi !) et chacun a voulu la tirer à soi ! Après quelques paniers qui ont permis aux supporters de chauffer leurs mains, les limougeauds, n'ont pas pensé que la défense serait quelque chose d'utile ce soir et on a vu deux équipes enchainer des contre-attaques ! Oui deux équipes car CB a trouvé cette récréation fort agréable mais avec nettement plus de réussite. Pendant que les blancs et verts galéraient à tenter des passes de 15m Cholet constituait patiemment un petit pécule de points qu'il allait se garder au chaud 15-23 QT1, l'écart oscillant entre 5 et 10 unités pour arriver à la pause sur le score de 39-45 avec un Cox intenable (25pts 29 d'éval au final).

Du 3vs3 à 5

On ne sait pas trop ce que Sousa et Dupraz ont pu dire à leurs troupes aux vestiaires mais toujours est-il que le jeu de minimes fait de dribbles, de passes folles et de contre-attaques de part et d'autre a stoppé net pour un style nettement plus NBA. Non pas que notre bonne vieille ProA soit devenue le nid douillet de monstres physiques capables d'acrobaties incroyables, mais plutôt la version "on monte la balle, on s'écarte tous et le porteur joue le 1 contre 1". Certes moins rythmé, mais tout aussi chiant à regarder et encore une fois fort apprécié des choletais qui n'oubliaient pas de conserver le leadership au tableau de marque concluant le QT3 avec 11 pts 55-66. Complètement en panne à 3pts (3/23 !!!) le CSP s'enfonçait alors dans une torpeur qui parvint à faire sonner creux Beaublanc devant les caméras de Canal+ Sport ! Creusant un sillon de 15pts d'écart, les joueurs des Mauges se sont toutefois fait une petite frayeur en voyant un CSP euphorique revenir à 6 longueurs dans les dernières minutes mais la gestion maladroite (et sans réussite) des dernières possessions a permis aux rouges et blancs de s'imposer sans trembler 85 à 76.

Quels enseignements ?

Les bagagistes de Bellegarde peuvent se préparer à porter les valises d'Alex Oriakhi, une nouvelle fois sous-utilisé et clairement largué dans le rythme du jeu. Un joli morceau de viande mais un QI basket bien trop limité pour un CSP impatient. JM Dupraz n'a clairement pas confiance dans son futur-ex rookie US lui préférant la lenteur de Zerbo.

Les meneurs n'ont clairement pas imposé leur autorité lorsque l'équipe s'emballait... Loin de là : ils ont largement contribué à cette précipitation sans jamais temporiser. Green a l'excuse de la jeunesse mais Acker et Reynolds (qui a monté plusieurs ballons) auraient pu mettre leur expérience au service de cette équipe. Les ballons ont de plus volé dans tous les sens, avec plus ou moins d'inspiration (tout de même 6 passes pour Green). Si des shoots ouverts sont difficiles à reprocher, certaines acrobaties n'avaient pas leur place dans un match ou on courait après le score.

A l'intérieur, comme noté plus haut, Edwards et Moerman ont joué des épaules mais ils ont également beaucoup raté. Non pas que la tâche était facile car la défense choletaise n'était pas là pour prendre des photos, mais c'est souvent après avoir fait le plus gros effort et passé un adversaire que la finition n'était pas au rendez-vous. Fréjus Zerbo a fait du Zerbo, de la bonne volonté mais de la naïveté dans l'engagement qui l'a encore une fois amené à se faire prendre au piège, bilan 2 fautes et seulement 3rbds en 11 min... avec un physique pareil c'est rageant ! Nobel avait à coeur de bien faire... un peu trop ?! Encore une fois une copie flatteuse de 16pts mais au prix d'un vilain 4/9 et surtout grâce à 8LF / 10. Pourquoi le ranger chez les intérieurs ? Car les limougeauds ont usé et abusé de Nobel au poste bas, pas forcément en mismatch (càd avec un avantage de taille) Nobel, pourtant un pur 3, est fréquemment venu se frotter sous le cercle... laors que Moerman arrosait à 6m75 (1/6).

Et maintenant ?

Alors que penser de cette défaite ? L'équipe s'était certainement mis une grosse pression pour une première à domicile et la large victoire à Antibes n'a fait que faire enfler les attentes. Les plus chauvins nous voyaient déjà en Euroleague tandis que certains avaient déjà vu dans l'orgie offensive antiboise une certaine fragilité en cas de panne d'adresse. Les derniers avaient raison. Coach Dupraz va donc avoir une double tâche dans les semaines à venir : intégrer son nouvel intérieur (probablement déjà choisi) et discipliner les pistoleros de son effectif. Si nous nous régalerons de leurs exploits dans les bons jours, nous serions ravis de les voir capables de travailler plus sobrement les jours "sans". On a déjà donné avec Banks alors par pitié le CSP ne fera plus crédit surtout après cette arnaque à la CB.

  • Autour du match
  • Commentaires (49)