Présaison CSP 2018/19

Un grand n'import'Heikoi !

Illustration

Limoges s'est une nouvelle fois vautré de tout son long devant ce qu'il reste de son public, offrant un spectacle assez catastrophique, dépassant avec toutes les peines du monde la barre des 50 points (!). Analyse.

Par où heikommencer ?

Limoges s'enlise dans une série de bouses, ça, c'est factuel, et au moins on est tous Heiko... euh, OK.
En gros, en ce qui heikoncerne le match : le CSP s'est fait marcher dessus d'entrée – c'est décidément une habitude, et ça confirme un problème mental – ne marquant qu'UN malheureux panier en 8 minutes !! C'est le moment choisi par Heiko Schaffartzik pour sortir de sa boîte, sauvant ce qui pouvait encore l'être (15 points à 5/6 à la mi-temps).
Grâce à lui, Limoges est donc mirheikouleusement resté dans la partie, jusqu'à (s)aborder le money time en enquillant les airballs, en se dribblant sur les pieds, en faisant des passes aux VIP en loge supporters des travées hautes... laissant l'ASVEL rentrer dans le 69 la tête à l'endroit.
Remarquez, ça suffit à certains pour continuer à chantonner jusqu'au bout et même après le match. J'Heikomprends pas toujours tout !

Culpepper : où est vraiment le problème ?

Le problème de Randy Culpepper, ça n'est pas qu'il soit en tribune, c'est... qu'il soit à Limoges.
Comment peut-on croire, en voyant cette équipe, que la solution pourrait se trouver entre les mains – si spectaculaires soient-elles – d'un US égoïste qui n'a rien fait pour s'intégrer dans le groupe ?
Soyons sérieux... le mal est tout autre : cet effectif qui a réalisé ci et là quelques (trop rares) coups d'éclats est juste déséquilibré.

Et si c'était plus profond ?

Voilà des années qu'on se demande comment un club comme le CSP peut se passer d'un directeur sportif... Aujourd'hui plus que jamais, ce manque est criant.
Fred Forte a-t-il tout simplement ce talent de recruteur, poste qu'il s'auto-attribue depuis des années ? La réponse est NON.
Le coach a bien trop peu de latitude pour construire SON équipe. Si Jean-Marc Dupraz s'en tapait allègrement le coquillage, Philippe Hervé est en revanche venu en Haute-Vienne avec de vraies idées et n'a pas eu les moyens de les mettre en œuvre. Le résultat ? Nous l'avons tous vu ce soir.

On lit qu'il faut virer Hervé, virer Gatens, virer Daniels, virer Wojcie, virer Payne, virer Westermann... et ensuite quoi ? Bientôt Heiko ?!
Par pitié, laissons le capitaine à la barre, et laissons la barre au capitaine !
Un effectif déséquilibré ne répondra pas mieux sous les ordres de... euh, de qui d'ailleurs ? De Bergeaud ??

En attendant une restructuration du club, c'est un réajustement de l'équipe qui s'impose, ne serait-ce que pour accéder aux play-offs. En bref, naviguer à vue et ajuster à court terme (ça on sait faire, demandez à Pooh Jeter) en attendant de construire sur le long terme (ça on sait pas, demandez à Bertomeu).

Au boulot !

  • Autour du match
  • Commentaires (112)