Présaison CSP 2018/19

Un derby pour se relancer !

Victoire impérative ce samedi après-midi en terre voisine ! Le Palio sera plein à craquer, mais pas unanimement acquis à la cause des locaux... Le BBD, avant-dernier de ProA, doit absolument être une victime expiatoire pour un CSP en quête de confiance. Présentation.

L'effectif

Meneurs

Arnaud Kerckhof : Dominant en Pro B, il n'y arrive pas au niveau au dessus. Hyper maladroit depuis le début de saison, (14% à 2pts et 0% à 3pts). Il vit un exercice cauchemardesque. En plus, blessé et absent 2 matches, il doit attendre la fin de l'année 2017 avec impatience.

Trenton Meacham est de retour en France. Après avoir quitté l'ASVEL, il avait émis le souhait de souffler auprès de sa famille. Mais la passion du basket l'a rattrapé, et il vient de signer au BBD avec l'avantage de ne jouer qu'un match par semaine. Il avait des contacts avec d'autres clubs français, mais il ne voulait pas jouer l'Europe. Ce meneur est un organisateur hors pair, s'il garde un peu trop le ballon en main il s'avère adroit quand il a le temps de tirer proprement. Un peu soft en défense et pas franchement un esprit de "winner". Il avait fait un bon premier match à Monaco surtout au scoring, il a été plus passeur dans la victoire de Boulazac contre Le Portel.

Extérieurs

Giovan Oniangue : poste 3 ultra physique, formé au feu Paris-Levallois. Il a connu une grosse blessure au début de la saison dernière et n'était revenu qu'au printemps, Levallois ne l'a pas gardé, et on comprend pourquoi. Il a perdu ses capacités de défense et de dureté. Je ne parle même pas de la réussite au shoot qui est catastrophique depuis son retour. Un pari de la part de Boulazac, est ce qu'il sera payant sur la saison ? On peut en douter au vu de ces quelques semaines.

Jerome Sanchez : Formé dans le Rhône, ce beau bébé est un joueur référencé au niveau d'en dessous. Son tir de loin a toujours été suspect, il est plus dans la percussion et le jeu rapide. Son physique lui permet de défendre sur des adversaires lourds. Il participe avec ardeur au rebond des deux côtés du terrain. Un vrai bon coéquipier.

Karvel Anderson : ATTENTION "serial shooteur". Il vient de faire un match à 37pts dont 10/14 à 3pts ! Déjà, ça classe un homme. Il n'était pas très content de lui contre Monaco, alors il a demandé de faire ouvrir la salle du BBD à 7H du matin pour aller shooter. Ça vous donne un peu le niveau d'éthique de travail que possède ce monsieur. Très connu en Belgique où il a réalisé quelques beaux cartons, coach Bergeaud a eu le nez fin de le faire venir. L'arme offensive absolue pour Boulazac.

Stephan Gauthier : Né à Bergerac, formé au BBD, jeune shooteur, défenseur référencé en ProB. Il avait fait une bonne fin de saison en playoffs avec sa volonté et son cœur. Il n'a pas encore un gros temps de jeu, mais son coach lui garde sa confiance.

Alexandre Aygalenq : Né à Agen, il est passé par la NM3 de Boulazac, puis il est parti en Espoirs à Chalon sur Saône pour revenir à son club de cœur la saison dernière. Lui aussi possède un shoot de loin, mais sa jeunesse fait que ses tirs n'ont pas la fiabilité attendue en ProA. Une rotation pour le coach.

Intérieurs

Aurélien Salmon : Ancien Limougeaud (2010 à 2012), il possède un vrai bras de loin, pas très à l'aise dans le jeu intérieur et dos au panier. Lui c'est vraiment un "faux 4", il est là pour jouer sur le pick and pop et tirer à 3pts. Ses poses d'écran sont souvent décisives, et il sait jouer sur ce jeu à deux.

Brandon Ubel : lui aussi est référencé en Belgique. 2m08, donc grand pour un poste 4, il aime le jeu physique de la peinture, aller se battre au rebond et poser de gros écrans pour son shooteur labellisé. Attention, il est aussi capable de mettre dedans de loin.

Darnell Jackson : Drafté par Miami Heat (2ème Tour - 52ème Choix) - 2008-10 : Cleveland Cavaliers (NBA) puis aux Sacramento Kings (NBA), il est parti en Ukraine à Donetsk ou il fut champion. Après un petit tour en Chine pour faire le plein de dollars, il a parcouru le monde entre Philippines, Turquie, Vénézuela, République Dominicaine, Pologne, et... Dordogne. Il possède de bonnes mains, un tir longue distance très fiable.

Eloy Vargas : 2m11 - et oui, Boulazac possède un joueur de plus de 2m10. Poste 5 référencé en République Dominicaine. Ce championnat n'est pas classé "top niveau", mais il a quand même été appelé à Fuenlabrada en Espagne. International Dominicain, il possède un bon jeu dos au panier, ne shoote jamais de loin. Il aime faire les claquettes qui vont bien. Il est la rotation de Jackson.

Le duel

Plus qu'un duel, l'opposition de deux défenses en souffrance. Limoges prend 80pts par match et Boulazac 88pts. On peut voir que les équipes qui fonctionnent et caracolent en tête du championnat prennent moins de 70pts par match. Coach Milling était référencé comme un entraineur défensif, mais son équipe est loin des standards attendus. Réaction attendue de ce côté là !

L'analyse

Limoges doit comprendre que le "tout offensif", ça ne fonctionne pas quand on a comme objectif de jouer les playoffs. Une fois n'est pas coutume, on a de grosses difficultés sur les pick-and-rolls en tête de raquette. Nos intérieurs n'arrivent pas à tenir le duel le temps que le meneur ou l'extérieur reprenne son joueur. On perd aussi souvent les 1 contre 1 et les aides (hors prise à 2 poste bas) sont inexistantes (alors qu'elles ont été une grande force du CSP lors de certains matches en début de saison). A part Zerbo qui aide, certes, mais avec de grosses fautes...
Alors oui, notre attaque est performante (grâce à l'adresse extérieure), mais sur attaque placée, c'est très compliqué.

Vous l'aurez tous compris, la meilleure façon de gagner cette rencontre - et les suivantes - c'est de DÉFENDRE, et pas que sur certaines séquences. Il faut fermer la raquette, gagner les duels et surtout maîtriser son rebond pour garder ce que cette équipe de Limoges fait le mieux : jouer en transition !

PS : A nos "amis" périgourdins qui s'étaient enflammés et nous avaient traité d'un peu tout sur les réseaux sociaux car nous avions osé dire en présaison que cette équipe de Boulazac paraissait bien légère (et s'est bien renforcé depuis) et qu'elle allait trouver la saison très longue... après 8 journées : 17e/18 2V-6D, alors certes le CSP est loin du podium (on voit déjà venir les supers réparties) mais force est de constater qu'on avait simplement raison et un regard objectif. Voilà, bisou.

  • Autour du match
  • Commentaires (19)