Présaison CSP 2018/19

Ne pas faire les quiches !

Illustration

Les choses sérieuses commencent et avec la bonne performance de Nancy contre Nanterre (seul upset des 1/4), Limoges a la chance de récupérer l'avantage du terrain. Les demi-finales sont au meilleur des 5 matchs (2 matchs à Limoges, suivis de 2 à Nancy et si besoin le 5e à Beaublanc). On se souvient tous des demi-finales de la saison dernière : contre Dijon, l'avantage du terrain avait été déterminant. Cette année, c'est un SLUC amoindri mais tout aussi dangereux qui s'avance à Beaublanc. À noter, toutes les rencontres seront télévisées (Sport+ ou Canal+ Sport). Présentation.

REVUE D'EFFECTIF

On vous l'a déjà dit, en l'absence de Flo Pietrus et Benjamin Sene, Nancy c'est 5 joueurs, tous étrangers. La maladie de la ProA résumée en une équipe : pas assez de moyens pour s'offrir de gros joueurs français (un seul en l'occurrence) et des étrangers pas au top niveau européen... Tout le contraire de Limoges, SUR LE PAPIER. Pas de chance, on joue sur le PARQUET ! Le CSP devra donc prouver que la théorie est conforme à la pratique en 5 expérimentations (enfin on espère tous en 3 !).

Illustration

Les meneurs

Keydren Clark se retrouve seul à ce poste avec la blessure de Benjamin Sene. Il joue donc les 40min et c'est tant mieux pour nous. C'est un meneur de petite taille (1m80) très rapide balle en main, pas maladroit de loin. Mais sa qualité première est la fixation-passe, ses pénétrations sont efficaces, et il a une propension à bien défendre. Reste que défendre fort et attaquer avec agressivité pendant 40min, c'est très difficile à réaliser... et encore plus sur une série de 5 matches !

Les extérieurs

Vaughn Duggins est un poste 2 de très grande qualité. Sa détente lui permet de finir souvent dans le cercle, mais aussi d'être productif au rebond. Son shoot longue distance n'est pas à prendre à la légère et son agressivité vers le cercle non plus. Un très bon joueur pour la ProA et surtout, il est très bon quand il joue beaucoup. Il a marqué les dernières rencontres par sa capacité à scorer.

Sergii Gladyr est le shooteur maison. Encore une pépite dénichée par coach Donnadieu à Nanterre. Du haut de son mètre 96, il peut se permettre de shooter sur la tête de bon nombre de joueurs de notre championnat. Quand il est en feu il est vraiment difficile à arrêter, les shoots à 10m ne lui font pas peur du tout, les soucis de rotations défensives du CSP seront donc sanctionnés de loin s'ils persistent. Il faut arriver à le faire douter et surtout à le faire défendre pour l'épuiser. Sinon, il sera sans aucun doute le facteur X de son équipe.

Karim Souchu joue peu pour ne pas dire pas. Ses stats s'en ressentent mais tous les connaisseurs savent qu'il peut mettre des paniers importants à l'angle 0 quand on le laisse shooter (hein Choulet ?!). Il sait défendre même si ce n'est pas sa principale qualité. Il est là pour faire souffler les cadres étrangers.

Valentin Bigote joue encore moins que Karim. Il est difficile de savoir si ce joueur a le niveau ProA ou pas. C'est un shooteur longue distance, mais s'il rate son premier tir il termine la partie sur le banc. Donc pas facile pour lui d'avoir la confiance du coach.

Les intérieurs

Florent Pietrus sera normalement absent - au moins pour les 2 premiers matchs - quoi qu'en dise son coach. Blessé à la cheville, il ne devrait pas être rétabli et ne veut évidemment pas prendre de risques par rapport à l'Euro 2015, cet été en France. Cette situation nous arrange fortement car le meilleur défenseur de ProA 2015 est pénible à jouer. Il connait un tas de façons de faire dégoupiller son adversaire direct. Vincent Collet dit de lui qu'il vaut mieux l'avoir avec soi que contre soi, et il a certainement raison. Ne parlons pas de son traitement par les hommes en gris parce qu'on pourrait s'agacer, mais rappelons simplement qu'ils sont désignés par la FFBB... qui doit BEAUCOUP à Flo Pietrus pour son investissement en EdF.

Randal Falker est en mode playoffs depuis les quarts. On a l'impression qu'il a retrouvé l'envie de jouer, et comme il est capable de donner 40min à fond en sortant un double double à chaque fois, c'est l'arme défensive et offensive à suivre avec attention. C'est un faux 5 mais pas vraiment un 4 non plus. Il est surtout malin, toujours bien placé au rebond, son jeu dos au panier est parfait même contre des joueurs plus grands que lui. Par contre il est catastrophique au lancer-franc. Peut être un "Hack-a-Randal" * serait-il une bonne idée (* technique utilisée en NBA consistant en fin de match à faire systématiquement faute sur un joueur très faible aux LF - Shaq autrefois, DeAndre Jordan récemment, par exemple - pour tenter de récupérer la possession en peu de temps sans avoir pris plus d'un point).

Le nouveau venu Elmedin Kikanovic a 4 rencontres dans les jambes. Il a convaincu tout le monde par ses qualités offensives. Son jeu dos au panier fini par un bras roulé est de tout beauté et surtout très efficace. Il faut absolument le sortir de la raquette, sinon c'est souvent 2pts assurés. Il tourne quand même à 18pts et 5rbds par match ce qui en fait un des meilleurs intérieurs de notre championnat. Joueur en mission, sans doute en train de se trouver un contrat pour l'an prochain, il sera très dangereux sur cette série. Entre nous, je me pose la question de savoir s'il fera l'an prochain une saison à la Acker/Falker... un dieu en playoffs, mais un planqué en saison régulière. A surveiller, on risque de le revoir en ProA.

Maxime Zianveni est là pour faire souffler (rarement) Falker ou Kika. Son temps de jeu est famélique, mais il reste un joueur fiable et efficace sur de courtes séquences.

L'analyse

Le 5 majeur marque 85% des points de l'équipe et joue 90% du temps de jeu. Donc il ne faut pas se cacher derrière des excuses si Limoges perd cette demi-finale. Il faudra être très agressif, provoquer des fautes le plus possible, mettre un tempo élevé dès la première seconde. Le CSP a une profondeur de banc bien supérieure aux Couguars, il faudra que les joueurs qui sont sur le terrain se donnent à fond pour fatiguer l'adversaire et pour garder une intensité très élevée pendant toute la série. La force de Limoges réside en 3 points :
- Le nombre de joueurs
- La qualité intrinsèque des joueurs
- L'avantage du terrain et la puissance de son public
On sait tous que la défense est perfectible, que les gros scores sont faits quand l'équipe est adroite de loin, et surtout l'impact d'Adrien est primordial si on veut passer cette série et voir une finale comme la saison dernière. La SEULE erreur à ne pas commettre (et qui résume simplement le peu d'options qui s'offrent à Weisz) serait de se laisser endormir, de shooter de loin en fin de possession et de ne pas se mettre en mode "guerre de tranchée" dès dimanche 19h10. Il faut aller au contact, ceux qui ne le feront pas n'auront RIEN compris, cette série se gagnera en sortant les Nancéiens du match, pas simplement en les surclassant car ils ont eux aussi du talent, mais en les mettant dans des conditions physiques et règlementaires (les fautes) exécrables pour leur petite rotation.

Comme le relève Alain Weisz dans le Populaire : "Plus on va faire de matches, plus Limoges sera en position de force. (...) Ça ne veut pas dire qu'on n'est pas ambitieux. Mais il ne faut pas être con : si on passe, c'est un exploit. On aurait Flo, je ne tiendrais pas le même discours. Là, on est outsider". Pas fou le coach lorrain met donc ses joueurs en position confortable, laissant aux Limougeauds toute la pression, mais encore une fois la longueur de banc ne fera pas tout : il faudra avoir l'intelligence de jouer agressivement et rapidement pour que cette longueur d'avance soit pertinente.

  • Autour du match
  • Commentaires (16)