Présaison CSP 2018/19

Limoges en costaud

Illustration

Limoges finit l'année sur une victoire 88 à 75 face à Bourg en Bresse. Longtemps menés au score mais jamais résignés, les limougeauds sont revenus au physique et au mental grâce à un énorme Morency, faisant sortir Peacock du match, pour finir en trombe et laisser le promu impuissant dans le dernier quart temps ! Analyse

Un contexte tendu

24h après un match d'EuroCup certes sans enjeu mais qu'il a fallu disputer à grands coups de rotations et que le CSP a même failli remporter, la JL Bourg se présente sur le parquet de Beaublanc toujours emmenée par son GM champion de ProB 2012 sur le banc limougeaud Fred Sarre avec un tableau de chasse alléchant puisqu'ils viennent successivement de s'offrir l'ASVEL et Strasbourg.
Après l'imbroglio du décalage puis non-décalage du match accusant au passage le CSP d'avoir joué à la girouette alors que la date proposée en janvier ne convenait pas au Panatinaikos bressan (sans doute encombré par son calendrier européen ou plus probablement par le loto de l'association) ce match important pour la suite de la ProA revêtait à la surprise générale un intérêt particulier.

Des arbitres en grande forme

Nous n'allons pas nous étaler longuement sur ce match, d'une part parce qu'on en a ras-le-bol à Beaublanc.com de détailler des rencontres au kilomètre, et d'autre part parce que ce qu'il y avait à relever encore une fois dans cette rencontre, au delà de la belle activité de Peacock et Sim (oui nous aussi on a fait la blague sur l'acteur) c'est l'omniprésence-présence du trio arbitral qui n'a cessé de faire bondir de leur banc les acteurs des deux formations ! On est habitué à la médiocrité de l'arbitrage français qui se tape sur le ventre et se rassure en se disant qu'il a des internationaux dans les plus grandes compétitions mais ce qu'on voit tous les weekends ce sont des siffleurs peu sûrs d'eux et souvent dans l'application aveugle du règlement au détriment du spectacle et du sens du jeu. En ce 27 décembre, la FFBB a eu la gentillesse de déléguer Fabrice CANET (un des rares arbitres salarié à plein temps par la fédération pour son travail d'attaché de presse de l'équipe de France et responsable de la communication à la FFBB... dont l'employeur n'est autre que... Jean Piètre Siutat ! On vous laisse réfléchir à tout ça...) pour "diriger" la rencontre.

Passons donc sur les multiples erreurs sur des simples sorties ou des contacts softs sifflés contrairement à des attentats sous le cercle... c'est l'arbitrage français on vous dit. On avait été déçu par la prestation du trio d'EuroCup la veille, nos hexagonaux nous ont vite aidé à relativiser ! Revenons au match pour décrire une Peacock-Sim dépendance burgienne assez flagrante. Il faut reconnaître au premier une puissance et une sérenité impressionnante et au second une belle adresse mais qu'il faut nuancer : il n'aurait pas autant d'espaces sans les prises à deux nécessaires sur Peacock.

Pendant que Sim nous récitait ses mauvaises blagues à 3pts, Peacock faisait la roue dans la peinture ou à mi-distance pour noircir leurs colonnes de points respectives dans la feuille de stats. Avec 19pts 6rbds pour l'intérieur et 18pts 4rbds 5pds pour l'arrière, le duo US a guidé les siens sur 3 QT, faisant course en tête au QT1 18-25 puis 40-47 à la mi-temps avant de voir revenir les limougeauds 63-61 avant le dernier quart. Alors que coach Milling avait reproduit les longs passages en zone vus la veille pour ménager les jambes de ses joueurs, la dernière période changeait de physionomie.

Un QT4 décisif / Morency MVP

Adieu la bonne 2-3, bienvenue à la press-tout terrain, aux prises à deux systématiques au poste bas et à l'agressivité x10 sur le porteur. Et à ce petit jeu, William Howard a raffolé des interceptions mais c'est surtout Jeff MORENCY qui a fait un travail de mammouth sur Peacock pour le "limiter" à 19pts mais avec surtout un 8/17 soit 20% en dessous de son habituel quasi-60%. Transcendé par son efficacité défensive, Jean Fred s'est même envolé au scoring (bon on ne parlera pas de la cabriole tout seul en contre-attaque... ma voisine de tribune qui portait le maillot floqué "MORENCY" m'a assuré qu'il avait glissé, moi j'ai surtout vu un genou se dérober façon Pierre Richard, mais comme elle est sympa on dira qu'il a glissé...). Avec 14pts il réalise une de ses meilleures performances et se révèle comme le facteur X de cette rencontre. Toutefois il n'est pas le meilleur scoreur du CSP : c'est Captain CONKLIN chaud comme une baraque à frite au mois d'août sur la plage de la Grande Côte qui n'a eu de cesse d'haranguer le public et de faire parler sa technique puissance pour arracher des and-one ou placer des tirs autour de la peinture. Avec 19pts et 9rbds l'inventeur du #ChasingChampionships a réalisé un match plein et a même failli se farcir Dinal sur une provocation qui lui a valu sa 5e faute quelques minutes plus tard.
La clé de la rencontre aura été la défense survitaminée au QT4 mais aussi la déliquescence des burgiens. Peacock soudainement muet et Sim bien cadenassé les visiteurs ont alors pourri la fin de match. Entre fautes rudes (mais pas assez pour les arbitres pour mériter une antisportive) et provocations verbales, les joueurs de la Jeu ont essayé d'emmener la rencontre sur un autre terrain puisqu'ils étaient dépassés (et fatigués de leurs efforts). Allant jusqu'au bout du mauvais esprit même leur coach a souhaité un temps-mort à 4 secondes du buzzer malgré les 13 points de retard s'offrant une jolie bronza d'un Beaublanc qui était debout depuis plusieurs minutes à l'appel de Conklin et Milling qui ont compris que cette salle était un catalyseur sans pareille en France !

On a aimé

- Retourner des bressans un poil prétentieux
- Morency MVP
- Conklin et sa relation avec le public
- la gestion de ces 48h par Coach Milling
- La communication entre les 3 entraineurs
- Les réactions du banc
- Will HOWARD... quelle classe !
- Mam qui va au charbon même si c'est au détriment de la finition
- Voir Bazille jouer pour de vrai et pas 30sec quand c'est gagné
- l'ambiance dans Beaublanc
- Pouvoir apprécier le match debout

On n'a pas aimé

- Le côté mauvais perdant de Bourg
- Le temps mort ridicule à 4sec de la fin
- Le pourcentage aux LF
- Les arbitres (mention spéciale à Canet très fier de ses conneries)
- Ne pas voir Fréjus qui aurait pu mettre un joli brin à Peacock
- Lire des commentaires limite-agressifs sur Carter qui a porté l'équipe pendant plusieurs semaines et qui a effectivement un petit coup de mou dans le poignet... c'est cyclique, patience !
- Lire des commentaires de même nature sur Jaiteh qui certes ne marque plus 15-20pts comme dans certains matches mais qui va beaucoup plus se battre dessous. Pour un mec réputé "soft" il va de plus en plus au charbon !
- Voir le maire faire le beau au milieu du terrain... et cette salle de 10.000 places promise avant les élections elle en est où ?... Oui on sait, alors dans ce cas tu envoies l'adjoint aux sports et tu restes caché !
- Ne pas voir les chaussettes CSP aux pieds des joueurs
- Ne pas avoir notre taille en chaussettes CSP à la boutique (ni le maillot AJ English d'ailleurs ^^)

Bilan

Oh ben ma bonne dame, quand on a passé deux ans avec entre autres trompettes Matt Gatens et Ernest Scott autant vous dire qu'on n'en demandait pas tant ! Le CSP termine 2017 avec en vrac :
- la seconde place de ProA
- une qualification acquise en Leaders Cup (lol)
- une qualification au TOP16 EuroCup
- une fierté retrouvée
Si on s'intéresse réellement à la ProA on pourra se féliciter d'avoir pris ce match face à Bourg parce que le déplacement à Monaco se fera après un déplacement en Italie et la réception de Kazan et sera suivi d'un déplacement à l'ASVEL en EuroCup (ce sera d'ailleurs intéressant de voir ce que valent ces deux équipes arbitrées par des pros). Autant dire que nos cerclistes qui ont enchaîné un mois de décembre de dingue vont finir par s'émousser et ce n'est pas la reprise d'EuroCup le 2 janvier (et donc un déplacement le 1er) qui laissera du répit. La bonne nouvelle, c'est qu'en restant sur ce rythme et avec un prépa physique qui gère les organismes et un coach qui répartit les temps de jeu, Limoges peut espérer tenir sur le long terme contrairement aux effectifs comme Bourg qui tirent 35min sur des Peacock et qui ne pourraient pas gérer deux compétitions de la sorte.

Concernant l'EuroCup, le tirage a comme prévu été plutôt "clément". L'ASVEL ne sera pas facile mais est prenable, Kazan demandera un exploit à Beaublanc et Reggio Emilia est tout à fait à la portée du CSP. Dans un groupe très ouvert le CSP n'a à rougir devant personne mais ne dominera personne de la tête et des épaules. Si qualif' en 1/4 il y a elle aura été méritée de haute lutte. Mais avant d'en arriver là il faut réaliser deux mois de très haut niveau pour avoir le droit d'aller se la couler douce en famille quelques jours à DisneyLand aux frais de la LNB.

Pied de nez

Les réactions n'ont pas tardé sur les réseaux sociaux : Tonton Béral en a pris plein la gueule avec un CSP 2e de ProA et premier club français qualifié au TOP16 EuroCup sans être reconnu "européen" par sa propre ligue domestique. Allons plus loin dans la démarche que nous cautionnons totalement :
- son fameux Champion de France qualifié en BCL y navigue en milieu de tableau (5V-4D) mais pointe admirablement en lanterne rouge de ProA avec un bilan de 3-12 catastrophique.
- ses "amis" palois qui ont fait l'impasse sur la coupe d'Europe pour mieux se concentrer sur le championnat de France sont royalement 12e et risquent de ne même pas voir Mickey (mais ont été l'équipe la plus diffusée sur SFR sport 2 cette saison... curieux non ?!)
- Ses autres "amis" de Levallois à qui la ligue a permis de recruter Boris DIAW et Flo PIETRUS malgré un encadrement théorique de la masse salariale ont terminé derniers de leur groupe d'EuroCup et pointent à la 15e place de ProA
- Le Portel brillant 7e de ProA l'an passé galère en 14e position cette saison avec un apprentissage difficile du rythme de l'Europe où l'ESSM brille pourtant mais dans une compétition reconnue pour sa faiblesse (mais bon ils voient du pays : Groningen (NED), Anvers (BEL), Perm (RUS), Sarajevo (BOS), Novgorod (RUS), Joensuu (FIN) et Istanbul (TUR) pour jouer le "fameux" Büyükşehir Belediyespor... voilà voilà... cette coupe va leur coûter un bras et sans doute les playoffs de ProA.

A l'évidence, les équipes qui performent dans de "vraies" compétitions internationales sont les "grosses" structures avec un vrai projet comme l'ASVEL ou Monaco qui terminent en tête de leurs poules en EuroCup et en BCL. Limoges et Strasbourg font également bonne figure mais Tonton Béral arrive quand même à regretter que la future Wildcard de l'ASVEL en EuroLeague éventée par le quotidien sportif italien Gazetta elle Sport ne soit pas attribuée au champion de France... ce type est le SIDA pour le basket français et je pèse mes mots ! Il a dernièrement décidé qu'il faudrait un gros club à Paris et avec son copain Jean Piètre Siutat de la FFBB (si vous savez celui qui fait les calendriers de coupe de France et détricote le système de formation qui a produit les TP et Diaw) ils ont même le projet de filer une Wild Card de NM1 à un club parisien plutot que d'aider Nanterre ou Levallois à franchir un cap...

Bref, ce n'est pas en 2018 que le basket français va grandir par ses institutions et il faudra encore des CSP et des ASVEL pour servir de locomotive à une ligue qui freine des quatre fers trop occupée à retourner sa veste sur la question de l'EuroLeague/Fiba ou à faire des petits coups-bas pour venger des inimitiés personnelles. Sur ce, toute l'équipe de Beaublanc.com vous souhaite de réveillonner du mieux possible (même les fans hardcore de Morency) et on vous retrouve très vite en 2018 pour de nouvelles aventures.

  • Autour du match
  • Commentaires (38)