Présaison CSP 2018/19

Le CSP reste en rade à Toulon

Illustration


Ce soir, le CSP n'a pas existé face au plus petit budget de pro A.
Un trou noir quasi complet d'à peu près tout le monde. Si ce genre de match peut bien évidemment se produire à cette période de la saison, il va falloir faire attention à la suite qui sera donnée. Analyse.


Pour le match, on va faire vite :

1ere MT : On coule en rade et mais on reste attaché à la corde

Le spectateur qui a vu le début de match aura donc vu toute l'histoire du match ou pas loin. Le HTV a fait parler la poudre à 3 points et le CSP n'a d'abord pas su contrôler les extérieurs toulonnais et a été incapable de mettre son jeu en place. Et quand ce n'était pas les extérieurs, c'était Ferdinand Prenom (oui oui) qui mettait minable la totalité de la raquette du CSP.
Résultat, le CSP prend l'eau, coule avec un écart qui dépasse les 10 points puis essaye de résister tant bien que mal. Le score de 41 - 33 à la mi temps en faveur du HTV est très flatteur

2ème MT : le CSP essaye ... puis lâche

Le CSP a essayé de se rattacher au mince espoir de revenir au vu du niveau de jeu des 2 équipes. Après être revenu à -6 ... le ressort a ensuite lâché. Le CSP s'incline 85 à 70 alors que l'écart était de plus de 20 points et pourra remercier les toulonnais d'avoir baissé de rythme (11/18 à 3 points avant les 5 dernières minutes) et laisser certains joueurs faire leurs petites stats en fin de match.

Que dire, que dire ?

Déjà que le score ne reflète pas l'écart entre les 2 équipes : 99 à 61 à l'évaluation autant dire un gouffre au basket. Non seulement le CSP n'a pas été bon (doux euphémisme), mais, en plus, il a laissé le HTV jouer comme il le voulait.

Comment un joueur (avec tout le respect qu'on a pour lui mais qui n'a jamais été régulièrement dominant en pro A) peut manger sur la tête de tous nos intérieurs réunis ?
Comment un joueur comme Cowels (qui vient du très relevé championnat finlandais et qui sort de 2 matchs à 26 points et 9 / 13 à 3 points) peut-il ne pas être ciblé et refaire un festival ?
Comment peut-on donner 26 minutes de jeu (plus gros temps de jeu) à AJ English qui est depuis le début de saison à l'opposé de celui que l'on a vu (et adoré) en pré-saison à la fois en attaque mais aussi en défense ?

On pourrait parler longtemps sur ce match et se poser mille et mille questions. Mais il faut aussi se souvenir que l'on est en début de saison et que ce genre de prestation peut arriver pour une équipe toute nouvelle (oui le HTV est aussi fortement renouvelée mais l'attente n'est pas la même et de fait les joueurs peuvent jouer plus libérés). Donc le droit à l'erreur existe et il est inutile de tirer sur ce que l'on a aimé mardi. Par contre attention à choisir le bon chemin et ne pas prendre celui avec la pente savonneuse.

On a aimé

On va pas se leurrer, on n'a pas aimé grand chose. On peut malgré tout retenir :
- La très solide prestation de Cowels, Tolbert et Prenom. Ils ont mis à eux 3 la misère à une équipe d'Eurocup ... ca fait peur !
- La prestation intéressante de Gibson. On sent qu'il arrive à imposer son rythme et qu'il est le patron quand il est sur le terrain.
- Que la durée d'un match soit de 40mn et pas de 48mn comme en NBA car on n'aurait pas supporté.

On n'a pas aimé

- Certaines attitudes que l'on n'avait pas vues en pré-saison et qui nous ont rappelé certaines starlettes vues l'an dernier (et ça ... on n'aime pas du tout du tout !)
- Les 18 ballons perdus, beaucoup trop
- La défense sur les joueurs dominants de Toulon. Problème sur le choix tactique, attitudes laxistes des joueurs ou un peu de tout, dans tous les cas, c'était très faible.
- Le secteur intérieur ce soir : 19 d'évaluation pour Ferdinand Prenom, 19 pour Tolbert l'autre pivot contre un total de 11 seulement ... pour les 5 intérieurs limougeauds (Zerbo, Conklin, Morency, Carter et Jaiteh). Quand on voit que Captain Conklin tourne depuis le début de saison à 22% (!!!) de réussite contre 54% l'an passé, on se dit que ça ne peut pas continuer.
- En résumé, le non match !

Et maintenant : mal ou même pas mal ?

La voilà la vraie question. Ce match va-t-il faire mal aux têtes ou alors est-ce que ce sera un match à oublier avec un retour aux vraies valeurs annoncées par le club et défendues par tous les joueurs ?
La seule certitude, c'est que l'on aura vite la réponse car c'est une succession de cols qui se dresse devant l'équipe : Levallois à l'extérieur, Kuban et Strasbourg à domicile puis Bilbao. 4 matchs de tous les dangers et surtout qui seront les vrais révélateurs sur l'équipe (le comportement sur le terrain et en dehors).

En attendant, on oublie le non match du soir ... et on BOSSE (pas vrai Ines ?) !

  • Autour du match
  • Commentaires (41)