Le CSP a montré une Zagreb'aire de c...

Illustration

Non content d'aligner Inglis à la dernière minute, le CSP a réservé une sacrée surprise à son public : un visage agressif et collectif EN DEFENSE ! Inglis et Boutsiele ont été des leaders défensifs incroyables alors que Bouteille et Howard ont fait un festival offensif. La French Team est lancée... Analyse.

Bienvenue en 1995 !

Limoges aligne une équipe de 11 joueurs avec 2 américains et un coach étranger. Profitons-en pour souligner la réactivité et la souplesse de l'EuroCup qui privilégie le business et le spectacle en qualifiant un joueur en moins de 48h alors que les instances françaises lui auraient demandé une copie de son Brevet des Collèges, une radio des poumons et son 3e flocon de la Fédération Française de Ski avant de mettre un coup de tampon et de renvoyer son dossier par fax aux horaires de la Poste un jour ouvré. Damien INGLIS fût donc de la partie et ô combien important !

Privés de Samuels et enrhumés en défense, on ne donnait pas cher de la peau des cerclistes pour attaquer l'EuroCup face à Zagreb qui commence à avoir une bonne expérience de la scène continentale et dont l'équipe cosmopolite présentait toutes les menaces nécessaires.

Du mieux dès le départ

Beaublanc qui a commencé par (partiellement) huer son coach en soutien à Samuels suspendu, frémissait à l'idée d'encaisser pas loin de 30pts au QT1 comme cela avait été le cas lors des trois premières levées de Jeep Elite. Heureusement il n'en fut rien. Les joueurs en blanc et jaune (dans un VRAI maillot de basket… sans manches !) ont montré un visage bien plus investi en défense et se sont contentés de faire quasiment jeu égal avec leurs visiteurs du soir : 21-19. On relèvera les fautes rapides sifflées à Boutsiele visiblement avide de bien faire, qui l'ont rapidement cantonné au banc. Au second QT, les choses s'accélèrent et devant l'adresse famélique des croates derrière l'arc (dans les 20%) Limoges prend la tête pour ne plus jamais la lâcher. Bouteille et Howard entament un récital offensif tandis que la coopération défensive permet une maîtrise sans partage du rebond. Doumbouya rapidement impliqué fait briller ses qualités physiques et sa jeunesse fait pardonner son manque de lucidité en attaque. 44-33

Du contrôle en seconde période

En seconde période, Limoges revient des vestiaires avec les mêmes intentions. Le Cedevita tentera ce qu'il peut pour revenir mais dominé à l'intérieur (clairement en manque de talent avec un Stipanovic frustre) mais les gros paniers de Cobbs qui s'est baladé face à Perrantes n'ont servi à rien. De même avec les jolis tirs de Bell qui rend une copie remarquable (22pts 4rbds 22 d'éval) systématiquement rendus par Howard et consorts. Coach Alonso n'avait ni les outils ni l'adresse nécessaires ce soir à faire douter la French Team. Car si Hardy et Perrantes ont mouillé le maillot, la victoire ne repose pas sur eux, loin de là ! Hardy a créé des espaces avec talent et bien fait sortir ses défenseurs de leur short mais il n'a pas eu une réussite exceptionnelle (12pts à 6/9 mais beaucoup d'actions terminées dans le cercle) de même Perrantes a montré une vista exceptionnelle avec des passes décisives (9 soit la moitié de l'équipe) de toute beauté mais en dehors de ces illuminations, il fut bien terne dribblant beaucoup trop et prenant des tirs (ratés) après avoir conservé le ballon 15 secondes. Encore du boulot. Rousselle a été bien meilleur, déjà en défense où London s'est fait bombarder, mais aussi dans la gestion et l'organisation. Je ne vous cache pas que le nouveau retour de Perrantes pour le money-time m'a un poil agacé car l'équipe a perdu la sérénité des minutes précédentes et a même vu le Cedevita revenir sous la barre des 10 unités avant que le duo Howard-Bouteille ne remette le couvercle.

Analyse

L'enseignement de cette victoire c'est que le CSP peut défendre. A moyen terme, l'apport inégalable de Samuels manquera et tous les secteurs intérieurs n'auront ni la maladresse ni la carence de celui de Zagreb. En revanche à plus long terme, le concept de French Team mérite une réflexion plus poussée. Les Frenchies ont clairement apporté quelque chose d'inédit à Beaublanc, une fraîcheur et une VERITABLE identification du public disparue depuis des décennies ! (même le speaker arrive à prononcer leurs noms c'est pour dire !) Ainsi, aurions-nous peut-être intérêt à cesser de casquer des américains au CV ronflant mais au rendement qui relève plus du ronflement et continuer à développer des jeunes français en les responsabilisant. Doumbouya, Jaiteh, Bouteille, Howard et même Inglis si on va par-là, c'est du tout bon ! Un CSP 4.0 ?

On a aimé

- Retrouver un peu de plaisir à regarder jouer cette équipe
- Howard et Bouteille qui régalent
- L'apport IMMEDIAT d'Inglis. En forme, efficace et d'une influence défensive très importante.
- L'envie défensive collective
- L'arbitrage EuroCup
- Une French Team
- Des américains au service du collectif
- Le streaming (oui je suis toujours fâché avec RMC Sports)
- Les maillots EuroCup… de toute beauté !

ON N'A PAS AIMé

- Les sifflets pour Milling. Quel coach accepterait de se faire ch… dans les bottes par un joueur dès septembre ? Ca peut se comprendre en fin de saison et une gestion différente serait envisageable, là le technicien américain n'avait pas d'autre choix faute de quoi son groupe lui aurait totalement échappé, et on a souvent vu ce que ça donnait à Limoges.
- Le coaching de Milling. On peut le soutenir sur le cas Samuels sans pour autant de dédouaner du reste. L'utilisation de Perrantes est contestable et certaines rotations laissent perplexe même dans une large victoire comme ce soir.
- La défense de Perrantes qui est vraiment aux fraises dans ce domaine. Alors oui il frôle le génie sur certaines passes mais entre ce qu'il coûte en points et sa tendance à trop dribbler, il doit vite progresser.
- Le message pas franchement classe d'Olivier Bourgain après le match. "Nous n'aurons pas la mémoire courte" Ca veut dire quoi ? Comment compte-t-il faire payer au public la réaction de certains ? Un registre belliqueux déplacé de la part d'un GM qui à côté de ça a fait un travail de recrutement remarquable. Olivier a perdu là une magnifique occasion de se taire alors que le président Verieras a été beaucoup plus classe sur le coup (en n'en pensant sans doute pas moins).


___________________
Merci à Epiphanie ESTEVES, Photographe limougeaude pour sa photo d'illustration, retrouvez son travail et ses coordonnées
sur sa page Facebook.

  • Autour du match
  • Commentaires (60)