Présaison CSP 2018/19

Dobbels : Les règlements sont terribles !

Didier Dobbels a répondu aux questions de La Nouvelle République (journal pictave) qui nous a aimablement autorisé à reproduire son texte. Bonne lecture

IllustrationIllustration

Dans quelles circonstances avez-vous accepté le poste de manager général du Limoges CSP Elite ?

« Fred Forte a pris la présidence du CSP en août 2004. Il ne voulait pas laisser mourir le club. Mais à l'époque, il devait honorer son contrat avec Scarfati. Il a joué en Italie jusqu'en novembre. Il fallait quelqu'un pour tenir la barre et nous nous connaissions bien. Je l'avais eu comme joueur. Cela s'est fait naturellement. »

Quel est votre rôle ?

« Dans l'organigramme, je suis juste en dessous du président. Je gère l'administratif et le sportif, avec Fred comme référent. Disons que je suis le superviseur de la reconstruction. Même si nous allons de l'avant sur le plan sportif, le plus dur reste à faire. Le club est reparti de zéro. En ce qui concerne le recrutement, l'entraîneur (ndlr, Hugues Occansey) définit une philosophie de jeu, des besoins. A partir de là, nous recherchons des joueurs. Si trois noms sortent du chapeau sur un poste, Hugues fait son choix. Nous avons un budget de 1M€ mais une masse salariale contrôlée par la fédé. »

On attend beaucoup du CSP à Limoges…

« Autrement dit, nous avons une grosse responsabilité. Entre le milieu des années 90 et 2004, le club a survécu. Les gens attachés au CSP se sentent frustrés. L'attente, on la mesure à domicile, avec une moyenne de 3.000 spectateurs, mais aussi à l'extérieur. »

La saison dernière, Levallois vous a soufflé le 2ème billet pour la Pro B. Comment a été vécu cet échec ?

« A l'été 2004, nous nous sommes donné deux ans pour monter. A l'époque, nous avons rebâti une équipe dans l'urgence. Avec pas mal de joueurs non mutés. La phase aller a été difficile. Mais nous avons fini fort. Nous n'avons perdu que deux matchs retour. »

Vous n'avez pas été épargnés par les pépins physiques cette saison…

« Trois absences en un mois, ça fait beaucoup. Benchimol a été opéré d'une double fracture de la rotule. Il est arrêté pour quatre mois. Delhorbe a été opéré de l'appendicite mais pourrait rentrer samedi. Quant à Bing, il vient de reprendre l'entraînement. Je ne sais pas s'il jouera contre Blois. »

Vous avez recruté deux joueurs…

« Tonella est Américain. Autrement dit, il quittera le CSP dès que Bing pourra rejouer. Quant à Prskalo, il a le statut Bosman. Nous l'avons pris pour combler notre déficit en taille. Il est arrivé hors de condition physique. Cela ne l'a pas empêché de faire deux bons matchs. Mais il est toujours à l'essai. »

Poitiers a pris le large. Avez-vous fait une croix sur la 1rème place ?

« Non. Les Poitevins ont eu un calendrier favorable jusqu'à maintenant. Il leur reste à jouer la plupart des gros matchs à l'extérieur. Ils vont devoir assumer leur statut de leader. Contrairement à eux, nous avons affiché nos ambitions. La montée. Que l'on finisse à la 1rème ou à la 2ème place. »

Que pensez-vous de ce championnat de N1 ?

« Les règlements sont terribles, pour un club qui a des ambitions. On n'a pas le droit aux jokers médicaux. On n'a pas la même liberté qu'en Pro A ou en Pro B pour couper des contrats. On ne peut pas recruter de joueur français après le 30 novembre. Ces spécificités ne font pas notre affaire. »

Olivier ALLÈGRE pour la NR.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

Soyez le premier à commenter cet article !