Présaison CSP 2018/19

Déjà crucial

Une semaine après la débâcle en Italie dans les conditions que nous connaissons tous, Limoges doit sécher ses larmes et s'apprêter à recevoir le gros morceau russe de la poule : l'UNICS KAZAN emmené par Jamar Smith. Présentation.

Le contexte

Après l'émotion dans la cathédrale Beaublanc (et un bien joli clin d'oeil des supporters aux deux "présidents" du basket français dont Fred aurait été à la fois fier et hilare), le sportif doit reprendre ses droits et retransformer le Palais des Sports en un volcan à même de porter son équipe vers de nouvelles victoires. Le TOP 16 c'est très rapide... 6 matches en tout et il faut en gagner 4 pour avoir une chance de poursuivre l'aventure. Le premier joker a déjà été grillé (et vu le point-average, il y a peu de chances de compenser au retour) Limoges devra donc laisser derrière lui l'ASVEL et Kazan à moins que ces derniers ne terrassent Reggio Emilia.
L'avantage d'avoir l'ASVEL dans notre poule c'est qu'on a pu regarder nos deux futurs adversaires sur SFR Sport 2... et comme beaucoup ont pu le constater : Kazan n'est pas Kuban. Certes les russes ont une belle équipe et ont disputé l'EuroLeague l'année dernière mais rien à voir avec la machine de guerre du Lokomotiv que le CSP a affronté au premier tour. Il faudra donc jouer décomplexé et ambitieux pour aller chercher une victoire à la portée de nos cerclistes.

L'effectif

Les meneurs

Joaquim "Quino" COLOM Comme les italiens, les russes ont fait appel à un espagnol pour lui confier la mène. Passé par les divisions inférieures ibériques, Colom a fait sa place à Fuenlabrada avant de faire un passage à Bilbao qui lui a permis d'attirer l'oeil des recruteurs russes. Pour sa troisième saison à Kazan confirme son statut de meneur scoreur avec 14,2pts de moyenne cette saison assortis de 5,7pds voilà un premier joueur dont il faudra se méfier. Capable de coups de chaud comme ses 26pts contre Turin ou 23 contre Vittoria l'an dernier il distribue bien et sera pénible à gérer.

Anton PONKRASHOV International russe peut jouer 2e arrière, voilà un autre poison passé par toutes les grandes maisons de Russie (CSKA, Khimki, Lokomotiv Kuban, Volgograd... et maintenant Kazan). Vétéran d'EuroLeague (6 saisons) il n'a jamais été un gros scoreur (7,3pts cette saison) ni un gros pourvoyeur de caviars (4,2pds cette saison, un comble pour un russe !) mais il est capable de se montrer clutch et de sortir de sa boîte (de caviar) quand on ne l'attend pas. Demandez aux villeurbannais ce qu'ils pensent de ses 15pts 11pds alors que 20 jours plus tôt il faisait 0pts 4pds contre Darussafaka... Imprévisible on vous dit !

Pavel SERGEEV comme son aîné Ponkrashov, Sergeev écume les clubs russes sans quitter la mère patrie mais il n'y occupe que des strapontins. Généreusement gratifié de 4min en moyenne en EuroCup cette saison par coach Priftis, il peine à noircir les colonnes de stats et use son short au bout du banc.

Les arrières

Jamar SMITH Nul besoin de vous présenter le pistoléro. Champion 2015, limougeaud à tout jamais. Son grand sourire et ses oreilles décollées ne doivent pas nous faire oublier qu'il est la première partie de Smith &... Wesson ! On ne pourra pas le laisser seul derrière la ligne à 3pts et on devra se coller à son short si on ne veut pas subir la foudre. Il est le joueur le plus utilisé par son coach avec plus de 30min de moyenne pour plus de 13pts. Ca fera quand même grandement plaisir de le revoir à Beaublanc et l'ovation qu'il recevra pourra inspirer bien des joueurs sur ce qui les attend quand vous vous couvrez de gloire à Limoges.

Trent LOCKETT Un arrière américain passé par la DLeague, l'Allemagne, l'Italie, L'espagne et donc la Russie. Il vaut une dizaine de points (entre 35 et 40% de loin) sur sa carrière mais est clairement dans le dur cette saison avec 7,5 unités mais surtout un vilain 20,8% à 3pts. Complètement à côté de la plaque contre l'ASVEL (4pts 2pds en 25min) il est pourtant le 2e joueur le plus utilisé par le coach grec et pour cause : c'est un gros défenseur qui est capable de prendre en charge les scorers adverses.

Evgeny KOLESNIKOV Ce vétéran russe (33 ans) qui a écumé la Russie, la Lettonie et s'est même perdu en Espagne le temps d'une pige, est une petite rotation. Moins de 10 minutes pour 2 petits points et des évals souvent négatives. Un joueur de garbage time.

Danilo ANDUSIC Prénom italien mais passeport serbe pour ce petit arrière qui ramasse les miettes comme Kolesnikov. Passé par le partizan avec qui il a connu l'EuroLeague et qui lui a permis d'intégrer la sélection nationale, il n'en demeure pas moins un joueur de complément qui produit moins de 2pts en moins de 5min...

Les ailiers

Maurice NDOUR International sénégalais, les première lignes de son CV vont vous donner le calibre de l'ailier : Dallas Mavericks - Real Madrid - New York Knicks - Kazan. Joue aussi bien 3 que 4 du haut de ses 2m06, 7,3pts 4,3rbds mais en "seulement" 18 min de jeu. Arrivé fin novembre, il pèse déjà sur le jeu de l'UNICS. Du lourd à gérer pour Will Howard et consorts.

Melvin EJIM Canadien (au passeport nigérian) non drafté il est passé par Rome puis la DLeague avant de revenir en Europe où il est sacré champion d'Italie avec Venise l'an dernier. Retenu dans le cinq idéal de BCL (avec Zack Wright) il vaut cette année 8,3pts, 4,6rbds en 23 min. Pas un gros shooteur à 3pts, il accepte aussi des missions défensives.

Vladislav TRUSHKIN formé à Kazan, cet international russe n'y avait jamais joué en pro, passé par différents clubs mineurs de Russie, Vlad sait se montrer utile et efficace avec 4,5pts et 2,6rbds en à peine 11 minutes en moyenne.

Andrey KOSHCHEEV seulement 4 matches et 0,3 d'éval en pourtant 10 minutes. Cet ailier russe est une sorte d'énigme qui doit son temps de jeu à ses capacités défensives et qui errait encore récemment en seconde division russe.

Les intérieurs

Stéphane LASME ATTENTION CLIENT ! Ne vous fiez pas à son nom aux accents français, Stéphane est gabonais mais du point de vue basket il est américain. Passé par la NCAA puis la NBA (Miami Heat) et la DLeague, il a ensuite pris le chemin de l'Europe mais pas n'importe où. On parle Partizan (de la grande époque), Maccabi Tel aviv, Panathinaikos, Efes Istambul et Galatasaray. Lasme ça veut dire CHAMPION dans pratiquement tous les pays où il est passé (en même temps, vu les clubs...) ça veut aussi dire vainqueur de l'Eurocup 2016 avec Galatasaray et meilleur défenseur EuroLeague 2013. Les présentations étant faites, on précisera quand même qu'il est le meilleur marqueur de l'équipe 16,8pts (sans artiller à 3pts... il se contente d'environ 60% à 2pts) mais aussi son meilleur rebondeur (6,2 prises) et donc logiquement sa meilleure évaluation (19,1 en 27min). Des questions ?

Grigory SHUKHOVTCOV 2m11, 35 ans passé par le CSKA et le LOKO autant dire que c'est un habitué des joutes européennes. Peu utilisé cette saison (moins de 5min) avec un rendement anecdotique, il faut tout de même se méfier de ce pivot russe d'expérience qui revient de blessure.

Le coach

Dimitrios PRIFTIS Un mot sur le technicien que l'on oublie trop souvent. Cette semaine encore, le CSP rencontre un club étranger (russe) coaché par un entraîneur européen (grec). Après Kuban coaché par un serbe, Berlin par un espagnol et Bilbao maintenant coaché par un croate (Duran ayant été débarqué), ce sera bientôt l'ASVEL coaché par un canadien pour le CSP coaché par un américain... Vous avez compris où on veut en venir... Non pas que l'on exige un coach français au CSP (Milling nous va très bien !!!) mais à quand un coach français qui s'exporte ? Même le graaAaand Vincent Collet auréolé de son 4e sacre de vice-champion n'avait pas trouvé preneur à l'époque de sa disgrâce alsacienne. Le basket français (qui va si bien selon ses dirigeants) devrait peut-être se poser des questions de ce côté là.

L'analyse

Sans "VRAI" poste 5 l'UNICS Kazan fait reposer tout son jeu sur les (larges et solides) épaules de Lasme. Pour autant, après 20 minutes de jeu Mam Jaiteh fera toujours 10cm de plus que lui... c'est peut-être là que coach Milling devra appuyer. Faire faire des fautes à l'intérieur gabonais avec Zerbo et Lydeka pour mieux exploiter les capacités offensives de Jaiteh une fois le poste bas libéré. On a vu en début de saison que Mam pouvait réaliser de vrais cartons et il serait bien inspiré de faire le coup aux russes. On sait aussi que le danger vient de plusieurs postes à l'UNICS et les défenseurs extérieurs auront fort à faire avec Smith, Colom et Lockett. Le duel défensif devrait valoir son pesant de cacahuètes pour peu que les limougeauds retrouvent leur niveau de fin 2017.

Dans un match qui risque une nouvelle fois d'être rempli d'émotion (mais partagée cette fois-ci pas comme en Italie ou le groupe a "encaissé" seul), les cerclistes devront se remettre la tête à l'endroit et tourner une bonne fois pour toute la page du deuil car sportivement, transformer la fin de saison en tournée d'adieu à Fred Forte serait un grand danger pour le club. Même si chaque adversaire voudra y aller de son hommage fort mérité et respectueux, nos joueurs devront trouver les ressources pour dépasser cela et faire la fin de saison que le président attendait d'eux, ainsi ils lui rendront le plus bel hommage possible.

  • Autour du match
  • Commentaires (18)