En bref : ALL STAR GAME : WESTERMANN au concours des meneurs, SOUTHERLAND au dunk-contest
En bref : ALL STAR GAME : Moerman et Smith titulaires, NBC et Léo sur le banc, Dupraz coach des étrangers... 5 représentants !
Les symboles du CSP

LA SALLE MUNICIPALE

Premier symbole, la salle des soeurs de la Rivière, aussi appelée salle municipale ou "salle mu". C'est dans cet édifice situé derrière la mairie en descendant sur les rives de la Vienne que le Limoges CSP a gravi les échelons jusqu'au plus haut niveau. Les gradins ancestraux vous accueilleront encore mais pour encourager les filles du LABC (Limoges Avenir Basket Club). Les mythiques "planchous" qui auraient amorti n'importe quel boulet de canon ont été remplacés par des plexiglass et le ciment recouvert d'un revêtement aux normes mais les poutres métalliques et les vestiaires exigus subsistent.

BEAUBLANC

A l'été 1981, la ville de Limoges s'est dotée d'un édifice à la mesure du succès de son équipe de basket : le palais des sports de Beaublanc. La capacité officielle varie selon les règlementations entre 5500 et 6500 places, selon la légende on aurait atteint les 8000 (voire plus) un soir de coupe d'Europe du printemps 1993 en match d'appui contre Le Pirée. Match qui a vu le CSP se qualifier pour le Final Four qui lui offrit le plus beau des titres, guichets fermés, toutes les travées bondées, les escaliers remplis jusqu'aux cintres, des centaines de spectateurs debouts entre les travées hautes et basses une pression maximale pour la plus belle des victoires. Ce palais des sports a vu défiler nombre de champions, fut le siège du premier all star game français. Aujourd'hui malgré le poids des années la voûte en chêne est toujours aussi majestueuse et la sono toujours aussi... typique ! Nombre d'équipes nous envient encore aujourd'hui cet outil qui est depuis l'été 2004 le siège du Limoges CSP Elite.



BOULLY
A l'été 1992, l'équipe dirigeante du Limoges CSP décida une véritable révolution afin de rompre avec les déceptions sportives qui virent le CSP échouer face aux dernières marches des compétitions auxquelles il participait.
L'arrivée de Bozidar Maljkovic à la tête de l'équipe amorça le virage sportif, exit aussi les sponsors et l'équipementier à 3 bandes, symboles des verts qui allaient bientôt muer. Le secret fut bien gardé jusqu'à la présaison où les joueurs arborèrent les fameux maillots jaunes et grenats de la marque au swoosh.

Dans le même ordre d'idées, le bonhomme Haribo qui avait jusque là animé les travées en compagnie de la banda de Bessines se dirigea aussi vers la sortie mais fut remplacé par une sympathique mascotte : Boully, boeuf limousin au sourire ineffaçable et toujours enclin à bondir sur et autour du terrain pour encourager les cerclistes ! Des générations de limougeauds lui auront tiré la queue ou demandé un autographe et il a laissé un grand vide lors de son départ à l'été 2004.

© Beaublanc.com 2005-2014 - Mentions légales - Stats du site - Version mobile