Présaison CSP 2018/19

Zagrebranlée, adieu le TOP16

Illustration

Ce soir le CSP a enterré ses derniers espoirs (encore qu'on ne sait pas si il y en a eu depuis le début ). Et dans ce match crucial contre un club au budget plus de 2 fois inférieur au sien, non seulement le CSP a perdu mais en plus il a été mauvais voire ridicule. Alors c'est bien beau de parler de top 16 mais avec une telle production, on ne tiendra même pas 10 min en Eurocup. Retour sur une débâcle évitable et perspectives.

Pas vraiment d'analyse de match, le coeur n'y est pas et on s'agacerait trop vite, un début effrayant avec Westermann criblé de fautes en 2min (ben oui ça scoute sévère en Euroleague et ça cible !) et des intérieurs dominés de bout en bout par des pivots smicards croates mais élevés au grain dans un championnat où on fait pousser des géants de 2m10+ (contrairement à notre belle ProA où on prend des gars de 2m qui sautent partout ou des trompettes brésiliennes qui ont de bonnes mains... et où la plupart des trolls s'acharnent sur de vrais intérieurs type Zerbo en ne leur laissant pas le temps de se développer). Le manque criant de volonté affiché à Zagreb voire le défaitisme en dit long sur le moral des limougeauds dans la compétition reine.

Alors on ne va pas tirer sur l'ambulance gratuitement, ces hommes ont fait ce qu'ils pouvaient avec ce qu'ils avaient... Même JM Dupraz a fait son avoeu d'impuissance en dégainant sa zone pour essayer d'endiguer la vague rouge du Cedevita mais c'était sans compter sur l'adresse des arrières croates.

BILANS

Comment ? Déjà l'heure des bilans ? Mais ne dit-on pas place de la Motte que c'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses ? Certes mais là, nul besoin d'attendre la suite, Bertrand PARVAUD et Jim BILBA peuvent déjà commencer à scouter les équipes d'Eurocup puisqu'il est acquis que le CSP a brillamment repris le flambeau (mouillé) français en Euroleague en ne se qualifiant pas pour le TOP16 malgré un budget important par rapport à ses prédécesseurs et des annonces ambitieuses... ne manquant pas de provoquer les moqueries habituelles des anti-limougeauds (vous savez ceux qui se disent patriotes mais pas trop quand-même). On vous citera Monsieur Choulet et sa grande gueule "LA MONTAGNE A ACCOUCHE D'UNE SOURIS" que l'on ne manquera pas de siffler lors de la venue de Chalon à Beaublanc et que l'on félicitera de faire jouer des teams de mercenaires US -bien choisis il faut le reconnaître- depuis 10 ans en France (merci pour le développement des jeunes) et on lui rappellera son joli bilan de 4-10 en Euroleague (et son petit 123-83 mangé au Pana... ah la la ça faisait longtemps qu'on n'en avait pas parlé de cette branlée hein Jean-Denys ?!).

Les bilans à tirer sont donc riches d'enseignements et devront nous guider pour la suite de la saison dans un premier temps, et les saisons suivantes en espérant que cette équipe ne prennent pas son élimination d'Euroleague comme une fin en soi et ne s'effondre en championnat.

UN RECRUTEMENT BANCAL
Si la décision de composer un groupe élargi de 12 joueurs pour faire face à l'enchaînement des rencontres (on n'oubliera pas de remercier la LNB qui facilite les choses en refusant de déplacer certains matches ou en programmant des matches à l'extérieur quand on lui réclame de la stabilité à domicile... mais bon, on a déjà parlé de la solidarité française un peu plus haut...) était une bonne idée, c'est sa composition que l'on peut regretter.

#LA MENEBon, ce n'est pas par plaisir de jouer à "j'vous l'avais bien dit" mais le poste 1 était méga léger avec le seul Westermann en meneur de métier et Amagou en backup... On l'a dit en présaison, on l'a redit au moment où le CSP a recruté Southerland, on l'a répété quand on a eu le bonus financier dû à la non qualification d'un autre club français, on l'a rabâché quand Pape s'est blessé... et on a eu Tchicamboud 3 jours avant Zagreb... TOO LATE ! De plus, construire autour d'un meneur annoncé partant avant-même son arrivée semble curieux... qui sera le prochain dépositaire de la mène limougeaude ? C'est Steed qui doit en nourrir des espoirs... (mais pas nous !!!)
#LES "PIVOTS" Batista (lol), Zerbo, Camara, Plaisted... 4 hommes pour un poste si on ajoute Adrien et Southerland capables de se décaler pour rendre service ça nous fait une armée là où il fallait UN GROS ! Alors parlons gros sous : chacun vaut entre 8 et 18K€ alors qu'un vrai 5 estampillé Euroleague s'affiche à 50.000 (sauf si on le forme soi-même comme à Zagreb ou Belgrade). Alors pourquoi éparpiller les dépenses pour des joueurs moyens à ce niveau si on a des ambitions, ils sont certes suffisants voire dominants en ProA mais dans ce cas là quel besoin d'annoncer le TOP16. Aller en Euroleague avec un discours de type "Nous sommes là pour apprendre et surtout pour revenir" n'aurait pas été ridicule et surtout moins moqué après la déconvenue d'hier.
LES ARRIERES nous montrent là aussi la faiblesse de la ProA, si un NBC brille dans l'hexagone ou qu'un SMITH (ou des ACKER et GREEN avant lui) se balade dans l'hexagone, les choses sont nettement plus compliquées à l'échelle européenne et des qualités athlétiques ou d'adresse ne suffisent pas, elles doivent s'accompagner d'un haut Qi Basket pour pouvoir évoluer sur des bases plus simples (hyperprésence du Pick'n Roll) mais avec plus de lecture.

PERSPECTIVES

Attention, on voit déjà venir les optimistes béats qui refusent toute critique de leur équipe chérie qui même dernière de ProA était "méritante", tout n'est pas à jeter avec l'eau du bain. Ce CSP est tout de même leader de ProA en s'étant imposé chez ses trois poursuivants directs. Il faudra donc continuer à faire le job en France pour avoir le droit de re-goûter à l'Euroleague l'année prochaine. Les joueurs qui nous agacent tant le jeudi ou le vendredi, remplissent les colonnes de stats le dimanche ou le lundi et c'est bien là dessus qu'il faut compter. Pourquoi ne pas envisager de garnir un peu la vitrine à trophées avec des compétitions nationales de type Mickey-cup ou Coupe de France pour lesquelles le CSP est paradoxalement suréquipé ?
Si Beaublanc sera donc privé de dessert, il restera la poire : l'Eurocup, là aussi le niveau est plus élevé qu'en ProA mais il reste plus abordable. Je reste persuadé que si Limoges s'est imposé à Strasbourg ou à Nanterre c'est grâce à l'Euroleague, c'est en se frottant à plus fort que soi que l'on apprend et l'Eurocup devra être le nouveau terrain de jeu des limougeauds réduisant la ProA à un entraînement. C'est à ce prix que Limoges grandira et pourra un jour espérer (humblement) re-compter dans la compétition reine.

LES DERNIERS MATCHES D'EUROLEAGUE

Comme expliqué plus, haut ces matches doivent nous préparer à dominer en ProA, ils seront les dernières gourmandises pour les fidèles de Beaublanc (Malaga et Berlin les 4 et 12 décembre) avant de goûter aux bonbons acidulés de l'Eurocup. Il ne faudra ni les négliger ni y perdre plus de joueurs. Le dernier déplacement à Moscou devra aussi servir à faire le plein d'expérience. Les limougeauds (président compris) doivent faire preuve d'humilité et continuer à apprendre afin de préparer l'avenir du club si on compte vraiment passer par l'Europe.

Patience et humilité... le voilà le bilan de l'Euroleague 2014-...2014 du Limoges CSP.

  • Autour du match
  • Commentaires (42)