Veni, vidi, VICHY !

Illustration

C'est dans une salle assez hostile (mais bien garnie de vert) que Limoges est venu chercher cette si précieuse victoire à Vichy sur le score de 82-72 grâce à un Mac Alarney de gala (29 pts, 7/9 à 3 points) et, comme cela devient une habitude, un troisième quart temps d'anthologie. Analyse.

Sincèrement, il y a encore quelques semaines, nous n'en menions pas large par rapport à cet avant dernier déplacement de la saison régulière et craignions le match piège face à une équipe qui n'a plus rien à perdre. D'ailleurs, le nombre de supporters s'étant déplacés pour ce match n'y est pas étranger et nous ne pouvons que les remercier d'avoir fait cet effort pour pousser les limougeauds.

Le match

On va faire court. Après une première surprise et la présence de Jonathan Hoyaux dans le 5 majeur pour la deuxième fois consécutive (sûrement une tactique de coach Sarre pour palier à toute critique), ce sont les bourbonnais qui prennent les choses en main et creusent peu à peu un petit écart sur les limougeauds qui butent sur la défense de zone imposée par Laurent Sciarra. Une fois, à la 27ème, les limougeauds vireront en tête pour se faire redistancer dans les secondes suivantes et le score à la mi-temps nous est défavorable de 5 petits (mais trop nombreux) points.

Cependant voilà, Limoges est Limoges et ne doutons pas que les bons mots ont été utilisés dans les vestiaires. En quelques secondes sur le parquet sont passés d'un bilan de -5 à +3 grâce à ce qui est assurément la meilleure traction arrière de la Pro B, à savoir Jo Go et K-Mac. Ensuite, et malgré des coups de sifflets surprenants (nous en avons l'habitude) et surtout très fréquents, Limoges creuse et creuse encore. La volonté (et les fautes) affichée par la lanterne rouge n'y fera rien, Limoges a fait respecter la logique et assure de nouveau son statut de Leader.

Et maintenant ?

Ben désormais, chers amis, il reste 4 petits matches dont 3 et demi à domcicile vu que le dernier déplacement se fera à Bourg en Bresse qui attend gentiment l'arrivée de notre coach.
Avec la nouvelle défaite de Boulazac et cette donnée, on voit mal les limougeauds perdre cette première place, même si rien n'est joué. Le CSP a confiance, même si les coéquipiers d'Eito l'ont fait déjouer par moment. Le CSP a vite oublié sa déconvenue face à Chalons qui sera la seule tache d'une phase retour quasi parfaite.

Merci Messieurs. Merci de nous régaler de ce spectacle. Merci de nous rendre plus que jamais fiers d'être limougeauds. Merci de nous faire rêver d'un potentiel doublé qui nous tend les bras.

Peut-être que, grâce à vous, les plus jeunes d'entre nous porteront autant d'affection pour l'année 2012 que de nombreux autres en ont pour 93 ou 2000.

Merci.

  • Autour du match
  • Commentaires (16)