Un retour médiatique du basket ?

Illustration

Faute de pouvoir compter sur une locomotive héxagonale en club ou en sélection (malgré les magnifiques titres européens des bleues et des bleuettes totalement ignorés) le basket semble avoir le vent en poupe dans les médias. On voit ressurgir la grosse balle orange à droite et à gauche. Signe d'un retour du sport de l'an 2000 ? Simple frissonnement ou véritable tendance ? Quelques éléments de réponse avec Raymond Bauriaud du service marketing de la FFBB.

Avant tout, voici ce qui nous fait penser cela, petit tour d'horizon des apparitions de basket dans notre quotidien (liste non-exhaustive).

Canalsat


Kinder Bueno (pas toute neuve mais on la voit de temps en temps)

et on vous passe le fameux "Monsieur Parkerre !" (en frenchy dans le texte)

Illustration


Pages jaunes

Spéciale dédicace au sosie de Cyril Julian pour cette pub ! (et à l'hommage technique aux frères Gadou :P)

Illustration


Mc Donald's (pub qui a déjà un an mais qui passe encore).


On a aussi pu apercevoir quelques sourcillements dans l'affichage 4 par 3 dans nos belles rues de province grâce à Dodge, le partenaire de l'équipe de France de basket :

Illustration


Enfin, évènement dans la presse papier depuis plus de 5 ans :
on est arrivé à parler de basket et de l'EdF sans prononcer le mot "Parker" ou "Tipi" (ou encore Longoria !!!) et même à se retrouver en couv' de L'Equipe (fait quasi impossible si un footeux se foule une cheville le même jour)... tout cela grâce à... NOAH ! Et oui, il fallait bien tirer sur une autre ficelle, le basketteur en lui même ne suffisait pas mais si son père était un tennisman connu ça marchait !

Illustration


La fiction TV enfin, en provenance de chez l'oncle Sam tout de même, nous permet aussi de remettre notre sport préféré sous les projecteurs grâce à des productions au goût discutable mais qui ont le mérite d'initier la jeune génération au basketball même s'ils en auront une vision... singulière !

Illustration

Attendez... il y a pire :

Illustration


Alors que manque-t'il pour installer durablement le basket comme un sport majeur à l'image de ce qu'a réussi le rugby en peu de temps ? M. Raymond Bauriaud, Directeur Marketing et Communication de la FFBB a accepté de répondre à nos questions

Illustration

Beaublanc.com : Comment est organisée la com à la FFBB, combien de personnes composent le service ?
Raymon Bauriaud :
Le service compte à ce jour 8 personnes.

BBcom : Comment comptez vous mettre en valeur les énormes résultats des EdF féminines (NDLR : championnes d'Europe A et U20) et masculines (U20 et U18 en argent en attendant les A) de cet été ?
R.B :
On a déjà fait pas mal de choses sur l' EdF féminine en mobilisant les filles et le staff avec l'aide des médias, on va continuer avec l'Open LFB (qui est une commission de la FFBB et pas une ligue indépendante comme la LNB) et essayer de relayer dans le milieu du basket féminin les titres des équipes nationales. Nous avons prévu des posters dans les clubs, des goodies, un magazine de la FFBB à paraître. Nous essayons également de développer au mieux un chapitre internet avec une page de vidéos sur Dailymotion, une page Facebook, une page Twitter, des produits dérivés et des dotations pour les manifestations des clubs, des comités et des ligues régionales.

BBcom : On note une sorte de renouveau de l'image du basket dans les médias (cf notre dossier), la fédé compte-elle surfer sur cette mode ? Si oui, comment ?
R.B :
Concrètement, la FFBB n'a pas les moyens d'une grande entreprise pour annoncer dans les medias (par exemple une page de pub dans L'equipe c'est 80.000€) on gère donc cela avec relations presse pour que leurs rédactions parlent de nous (essentiellement lorsqu'il y a des évènements de l'EdF qui est un produit porteur constitué de joueurs connus et car c'est une équipe nationale). On organise des points presse, on ouvre des entraînements etc… le but étant d'attirer les journalistes pour qu'ils parlent de nous. Nos relations sponsors sont aussi très importantes et nous comptons sur eux pour acheter des espaces publicitaires et mettre le basket en avant (des partenaires si possible d'ampleur nationale qui ont les moyens d'annoncer dans les médias les principaux étant Nike / Kinder / Canal + / DeFursac / Kellogs / Dodge / La Mie Caline / La Poste pour l'arbitrage…)

BBcom : Nous avons noté ces nombreux partenariats avec des sponsors nationaux, comptez vous élargir le nombre de ces partenaires ou vous concentrer sur un socle de "gros poissons" ?
R.B :
On va l'élargir avec un gros partenaire national à la rentrée, mais j'aimerais que d'ici l'année prochaine on en ait 4 ou 5 gros et 4 ou 5 un peu moindres mais tout de même capables de mener des actions de communications. Au total on en aura 30 mais je pense qu'on aura fait le tour pour l'EdF.

BBcom : Parlons TV. La FFBB a resigné avant la fin du contrat avec Sport+ pour plus d'argent et plus d'exposition mais pourquoi ne pas privilégier un partenaire plus accessible qu'une chaine satellite payante quitte à y perdre financièrement ?
R.B :
A compter de la rentrée 2009-2010, la FFBB a délégué les droits TV à la LNB qui sera donc libre de gérer son image. Il faut tout de même savoir que le contrat actuel avec le groupe Canal permet de libérer le local. Donc on peut négocier avec des chaînes locales ou avec le réseau France3 pour des diffusions ponctuelles comme Limoges l'a déjà fait face à Poitiers.

BBcom : Pourquoi alors ne pas sacrifier la manne financière pour une diffusion natinale gratuite ?
R.B :
Car personne n'en veut, aucune chaîne gratuite ne souhaite assurer les coût de production (un match bien produit revient à 20000 ou 25000€ sans parler des droits TV) pour une journée de championnat. Le tout renouvelé tous les weekends n'attire pas les chaînes même de la TNT car ça ne fera l'audience nécessaire dans leur cahier des charges… A chaque fois que l'on tente de négocier avec eux ils insistent sur les piètres résultats des dernières diffusions des finales LNB. Les derniers bons résultats d'audience remontent à 1993 avec Limoges ou les JO de 2000 ou encore le France/Grèce des championnats d'Europe en 1/2 finale. J'ai essayé de faire du lobbying auprès de France Télévision pour que les chaînes du groupe diffusent des images dans leurs journaux. Leur réponse est qu'ils ne souhaitent pas traiter les images provenant de concurrents quand ce sont des sports dont les droits n'appartiennent pas au groupe (contrairement au vélo ou au tennis par exemple) sauf cas exceptionnel (comprendre Tony Parker en général !). Contrairement à ce qu'on pense, la TV française n'est pas un no man's land du basket, il y a 457 matches diffusés par an en France, dont 207 hors NBA… (ProA, Euroleague, EdF...) c'est à dire 1 match tous les 2 jours, il est juste préférable d'avoir le satellite.

BBcom : Nous connaissons tous l'Open LFB qui aura lieu à la rentrée, y aura-t-il d'autres évènements (à part les qualifs de l'EdF) mis en avant par la FFBB pour faire parler du basket ?
R.B :
Les journées nationales de l'arbitrage 3 et 4 octobre, la reprise de ProA/ProB, le All Star Game le 30 décembre à Bercy, nous avons obtenu l'organisation du Final Four Euroleague le 9 mai à Bercy, les finales de coupes de France en mai, les Finales LNB en juin, et enfin les compétitions internationales dont les mondiaux FIBA U17 féminins du 16 au 25 juillet à Toulouse-Rodez qui seront les premiers mondiaux de basket organisés en France.

BBcom : Les clubs de ProA se plaignent de l'inutilité de la Coupe de FRance qui fait doublon avec la Semaine des As, quelle est la position de la fédé sur ce sujet ?
R.B :
La coupe de France dans son ensemble est la seule compétition qui permet de fédérer tous les clubs, amateurs, pros, toutes catégories confondues (cadets / cadettes / universitaire / handisport etc...). Le weekend de finales à Bercy va se transformer en 4 jours car le succès est colossal et le POPB est plein chaque année. C'est la phase préliminaire qui pêchait avec les tirages au sort entre chaque tour, on va changer l'organisation à l'image d'un tableau final NCAA où tous les tours/dates seront connus à l'avance et donc chaque club pourra communiquer bien en amont sur certaines rencontres. On le sait, quand un club de ProB ou de NM1 reçoit un club de ProA c'est archi comble donc on va conserver la règle selon laquelle le plus "petit" reçoit en espérant que ces changements popularisent la compétition et intéresse plus les clubs de ProA.

Merci à M. Bauriaud et à son équipe pour leur disponibilité.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

1 commentaire

avatar

# 1 - superscipion

07/08 - 12h00

Excellente idée ce article. Et très bonne interview.

Cependant, j'ai quand même un doute quand à la qualité du lobing orchestré par les instances du basket français.

Super boulot Pointguard!!