Présaison CSP 2018/19

Tel Aviv qui croyait prendre !

Illustration

Malgré la sévérité de l'écart final, Limoges n'a pas démérité à Tel-Aviv. Encore au contact des champions d'Europe en titre au cours du QT3, le CSP a cédé à un passage euphorique des israéliens emmenés par un Pargo de gala (20pts 3rbds 9pds). En panne d'adresse, le CSP ne pouvait que se lamenter devant ce mur infranchissable. Analyse

Le Maccabi piqué à vif

Dès le coup d'envoi le revenant limougeaud prend à la gorge son hôte du soir faisant fi de toutes les règles de bienséance et montrant clairement qu'il ne serait pas l'offrande promise au champion en hors d'œuvre de cette première journée d'Euroleague 2015. Portés par un Batista efficace (8pts au QT1) les limougeauds bousculent les jaunes et bleus mais l'entrée de Big Maccabi SCHORTSANITIS et de ses 171kg remet de l'ordre dans la peinture locale et la patte de Devin SMITH écartent un CSP qui lapide vainement le panier adverse pour échouer à un inespéré retard de deux unités au buzzer 21-19.

Immaturité vs expérience

Au second QT c'est le trou noir : un 11-2 pour débuter condamne les limougeauds à courir après le score tout le quart-temps. Les hommes de Dupraz n'ont pas su "couper" les contre-attaques du Maccabi avec les fameuses "Euro fouls" si bien décrite par Jacques Monclar au micro de BeIn Sport, ces fautes tactiques qui consistent à arrêter le joueur qui part seul ou en avantage numérique au panier après une perte de balle. Les locaux ont pratiqué ce basket de tranchée à merveille et Limoges a souffert de son manque de réactivité dans ce domaine. Heureusement sous la houlette de Moerman et Westermann, Limoges a grappillé son retard point par point pour rejoindre les vestiaires sur le score de 44 à 37 sans être parvenu une seule fois à faire trembler les filets de loin.

L'espoir et la douche froide

En quelques actions, et surtout en débloquant son compteur à 3pts par Moerman, Westermann et Smith Limoges rejoint le Maccabi 48-48 à 14min du terme de la rencontre. Stupeur dans la Nokia Arena. C'est à cet instant que Jeremy PARGO décida de faire étalage de sa classe et de sa réussite. Le lutin transfuge éphémère du CSKA a littéralement fait l'amour à la défense limougeaude entre accélérations meurtrières et shoots assassins, l'américain s'est même permis un brin de showtime pour renvoyer le CSP à ses études. 21-7 dans les 6 dernières minutes du QT, le message était clair. En envoyant ses partenaires au dunk ou en utilisant la masse de "Sofos", Pargo a su mettre son équipe à l'abri alors que Limoges a croqué de loin et a subi une nouvelle fois l'expérience des locaux dans la gestion du tempo. Et comme quand tout va mal, les choses empirent, le CSP a raté tout ce qu'il a tenté dans ces 6 minutes, des layups de Batista aux tirs trop courts de Léo, rien n'a été épargné à un CSP muet et ce n'est pas le buzzer beater de Haynes à 12m qui dira le contraire.

Enfin un peu d'adresse… mais le Maccabi était trop classe

Dans l'ultime période, Limoges n'a même pas eu le luxe d'y croire. Les gros shoots de SMITH ou AMAGOU étaient systématiquement rendus par PNINI ou HAYNES. Les phases positives dont le passage en zone-press/zone furent enrayés par de simples temps-morts et ajustements adverses. C'est clairement un autre niveau que la ProA et le QI basket moyen sur le terrain ne pardonne pas la moindre erreur. C'est donc assez sereinement que OHAYON et les siens ont géré le money time en reléguant le champion de France à 16 unités alors qu'un écart de 8-10 aurait été plus fidèle à la physionomie du match.

BILANS INDIVIDUELS

- SMITH : prometteur mais sous-utilisé comme un certain KMAC en son temps…
- WESTERMANN : Ultra précieux dans la montée de balle et la menace par ses feintes et ses passes mais en manque d'adresse sur des tirs pourtant ouverts
- CAMARA : Rebondeur, on le savait mais là c'est carrément 4 prises offensive pour une seule défensive. Manque d'apport au scoring.
- BATISTA : Presque bon… une mi-temps ! Puis une mi-temps à se faire bouger et à rater à vau-l'eau. Aurait du rester assis aux QT3 et 4. 15pts 3rbds quand même !
- AMAGOU : Surprenant d'utilité, Pape va finir par nous rassurer sur sa capacité à mener et ses 4pds plaident également en sa faveur. Manque de régularité à 3pts.
- MOERMAN : Il va sérieusement falloir réfléchir à un surnom pour le big man limougeaud. Au four et au moulin toute la partie, il est intense en attaque comme en défense et dépense une énergie folle. 17pts 12rbds : MVP.
- CURRY : Transparent et sans goût, loque défensive face à un Pargo étincelant… il sera au moins sur les posters de cette J1 mais quel dur retour en Euroleague pour l'ancien du Pana qui est plus "ancien" que "Pana" sur ce coup là ! 2pts 3pds
- BOUNGOU-COLO : Un Nobel comme on ne l'aime pas. Peu d'influence sur le jeu, beaucoup de fautes dont une 5e qui sent le "j'ai envie de sortir" et un zéro pointé aux rebonds pour un joueur pourtant monté sur ressorts. Curieuse façon de défendre son pré-carré devant un James SOUTHERLAND spectateur de la rencontre qui a du réaliser qu'il y avait une place à prendre malgré son jet-lag de compète ! (Portland-NY-Paris-Limoges-Paris-Tel Aviv en moins de 48h).
- PLAISTED : sobre et efficace comme à son habitude 3pts 5rbds 1pd et 55 écrans donnés au minimum, aurait mérité de jouer plus.
- ZERBO : Blessé à l'épaule et strappé en conséquence, Fréjus a tout de même tenu son rang dès le coup d'envoi. 2pts, 1int et seulement 2 fautes en 7min, le bilan n'est pas exceptionnel mais pour une première blessé, c'est honnête.

Quels enseignements de ce retour dans le grand bain ?

Tout d'abord qu'il ne faudra pas y retourner avec des palmes ! Qu'il faudra alimenter Smith et sans doute le responsabiliser comme certains américains passés avec des ballons chauds et des tickets shoot à volo. Que notre ligne arrière n'a pas su contenir un feu-follet comme Pargo et qu'un GROS défenseur sera nécessaire sur les clutch players en Euroleague. Que notre secteur intérieur est atypique mais qu'il arrive à se battre contre des pivots à la sauce Euroleague, à vérifier contre des équipes qui alimentent massivement le poste bas. Que le CSP doit jouer avec les fautes au lieu de subir ce basket tactique et efficace. Que l'association des agrégés d'anglais de la Sorbonne a obtenu que l'Euroleague coupe le micro de Dupraz pendant les temps-morts. Qu'on va en chier en Euroleague.

Et pendant ce temps là…

… Zagreb en prend 15 sur son parquet face à Malaga (63-78)

  • Autour du match
  • Commentaires (79)