Poussif mais victorieux (82-72)

Illustration

Après un début de match tonitruant menant par 14-2 après 3 minutes seulement, le CSP n'a fait que maintenir un bien faible écart de 10 points pendant 30 minutes (82-72). Sans jamais se faire peur, mais sans jamais profiter à plein des forces qui sont les siennes. Un vrai goût d'inachevé...

Bousculons les habitudes. N'ayant pas prévu de rédiger une analyse ce soir, vous échappez au résumé linéaire du match. Mais du coup, vous allez vous frotter à mon bref avis sur cette rencontre d'un point de vue très global.

D'une part, on venait à Beaublanc pour assister à un duel entre le premier et le dernier du Championnat de Pro B. Autant dire qu'il s'agissait d'un match piège par excellence, mais que le CSP était censé maîtriser sans souci aucun. Et en effet, dès les premières secondes on a senti la différence de niveau qui séparait le Limousin et la Bretagne en cette fraiche soirée de janvier. Très vite et sans surprise, le CSP distançait l'équipe coachée par Olivier Cousin. En 5 minutes, le scénario semblait écrit.

Mais finalement, les joueurs se sont parfois vus trop beaux, tentant des choses un peu présomptueuses. Ils ont parfois joué de maladresse. Ils ont parfois été malchanceux, aussi. De ce fait, il a été très difficile de lâcher les Bretons, mais aisé de les contenir à une quinzaine de points.
En fait, le sentiment qui domine n'est autre que de la frustration. Celle de voir que le CSP est un véritable rouleau compresseur, solide et efficace quand il est lancé, mais qui ne profite pas de sa puissance... On a réellement l'impression que Limoges n'allait faire qu'une bouchée de Quimper, lui mettant une quinzaine de points par quart-temps et terminant au-delà des 100 unités marquées, en deçà des 60 encaissées. C'est donc, vous l'avez compris, resté une simple impression.

Alors il est vrai aussi qu'il ne sert à rien de sortir le match de l'année contre le dernier du championnat, mais ce CSP se contente du minimum parce qu'il se met au niveau de son adversaire, comme s'il se refusait de jouer son meilleur basket. Mais ce même CSP sera-t-il prêt à en découdre face à Pau dans 3 semaines ? On l'espère évidemment.

D'ailleurs pour Pau, c'est toujours la même rengaine. Pau perdait de 10 points à la mi-temps, laissant les 4 milliers de Limougeauds applaudir et apprécier ce score. Mais à la fin, le résultat se faisant attendre, on a bien compris que les Palois avaient décroché une énième prolongation cette saison. Pour finalement s'imposer à Charleville, après 45 minutes de jeu...

Pour terminer parlons du coaching d'Éric Girard. Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, Girard est un excellent coach, certainement un des tous meilleurs en France. Mais je m'interroge face au cas Renaux (9 minutes pour -1 d'éval) qui n'apporte décidément rien à son équipe cette année, sans vouloir lui faire offense... Là aussi je me répète, mais pourquoi ne pas faire jouer plus longtemps Lucas Durand, lui faisant acquérir un peu plus d'expérience du haut niveau ? Lui qui ne demande que ça n'a rien à envier à François Renaux. Lucas a ainsi du se contenter de 4 petites minutes, qui plus est dans des conditions pas forcément évidentes.

Alors je continue à m'interroger, et je me dis que, peut-être, ce coup de mou d'après réveillon servira d'avertissement à tout le groupe cercliste avant d'attaquer des matchs très importants, avec en point d'orgue ce fameux choc contre l'ennemi palois.

Sinon pour vous faire une idée, on a trouvé Alhaji en dedans, et pourtant, signe de sa régularité, il a quand même 12 d'éval, ce qui est respectable ! Match homogène de toute l'équipe, avec un temps de jeu toujours aussi bien réparti par Girard entre les 9 joueurs majeurs. Tiens, tout ça me rappelle de souligner et de féliciter l'excellente réussite à 3 points en première mi-temps... Un vrai feu d'artifice signé Souchu et Darby notamment, avant de baisser de pied en seconde période.

Voilà voilà, désolé pour cette analyse sûrement très incomplète et très désordonnée, mais je me suis vraiment rendu à Beaublanc en touriste ce soir... Retenons la victoire !

  • Autour du match
  • Commentaires (6)