Présaison CSP 2018/19

Peur sur l'ASVEL

Illustration

Le Limoges CSP s'est imposé à l'Astroballe 73-70 dans un match assez fou, après avoir mené de 21pts et en se battant aux LF en toute fin de match. A noter le match de la rédemption pour les US en difficulté dernièrement Acker avec 20pts et Green très bon en première mi-temps (14pts). Analyse.

Une première mi-temps de champion

Comment vous résumer l'entame du CSP à Villeurbanne ? Point important, les locaux jouant en vert, le CSP a évolué en blanc ce soir. En période de vacances scolaires, l'ASVEL a réussi à remplir sa salle (un exploit ces dernières années) on ne sait pas si c'est avec des invitations à foison comme à son habitude ou si le CSP fait recette...

Revenons donc au match : une entame à peu près équilibrée si ce n'est que le cercle semble bouché à 3pts pour les villeurbannais. Kesselj, le shooter longue distance maison affiche un magnifique 0/3 et rend une copie à 0pt pour 0 d'éval. Heureusement pour les greens, Edwin Jackson joue les pompiers de service et maintient les siens à flot. Côté limougeaud c'est l'euphorie : tout rentre et ceux qui sont habituellement en manque de confiance (Acker et Green) déroulent comme à l'entraînement. Le premier enchaîne les paniers alors que le second semble revenu en novembre avec un jeu plus rapide, des choix judicieux et de bons tirs pour couronner le tout. Ajoutez à cela le chantier à l'intérieur de l'inusable JK Edwards et la hargne de Moerman au rebond, et l'astroballe se retrouve dans la galaxie limougeaude avec un score à la mi-temps de 26-45.

Au delà de la réussite des limougeauds, dont le candidat au MVP français Boungou-Colo, l'intensité défensive, a été remarquable. 26pts encaissés en deux quart-temps, c'est du haut niveau (français). Certes l'ASVEL a été maladroite mais avec ses potentiels offensifs il est clair que les conditions que leur ont imposées les cerclistes sont grandement responsables de leur défaillance. Les shoots ouverts loin de la fin de possession se sont fait rares et les relances ont imposé beaucoup de courses aux hommes de Pierre VINCENT.

Bref, à +21 sur une ultime banderille de Green au buzzer, l'addition est lourde et on se demande comment le CSP va bien pouvoir faire pour offrir du suspense au diffuseur CANAL+ SPORT... Mais ce serait bien mal connaître Limoges ! Comme cela avait été évoqué dans des commentaires d'articles précédent, le CSP est très souvent télévisé... sans doute pas pour son niveau "régulier" mais plus pour sa base de téléspectateurs fidèles et pour son "talent" à offrir du suspense... et C+ SPORT ne fut pas volé !

Une deuxième mi-temps de relégable

Adrien MOERMAN l'avait dit à David COZETTE avant d'aller prendre son cours d'anglais pour... euh PAR un nul au vestiaire : "Attention à l'ASVEL, ils vont revenir très fort au 3e QT !"
Après cinq bonnes minutes de "COMONE GAILLEZ WI NID RIBONDZ WI NID FAUX-CULS... FOCUS ?!" ce qui devait arriver arriva.

Sous l'impulsion d'un Edwin JACKSON vexé, la green team grignotte son retard, agressive au rebond avec Sy et le bondissant kangourou Abercrombie et réaliste à la finition avec Jackson.
Face à l'adversité deux phénomènes récurrents dans le côté mister Hyde du CSP ont refait leur apparition :
1) le craquage récurrent d'individualités qui veulent faire la différence seuls trop rapidement (Nobel, Adrien, Acker, Green...)
2) le mutisme forcené du prof d'anglais face au naufrage de son équipe
Zéro + zéro étant toujours égaux à la tête à Toto l'impensable arriva donc sur un lancer franc d'Amara Sy : l'équipe rhodanienne totalement à la rue en première période repassait en tête à l'aube du money time !
Une aubaine pour les locaux (et pour le diffuseur !) qui ont besoin d'une victoire pour rallier les playoffs et un cauchemar éveillé pour tous les supporters limougeauds devant leur écran qui se demandent comment leur équipe favorite peut encore faire ce genre de conneries à la fin du mois d'avril ?!

La fin de match si elle fut haletante ne releva pas d'un duel plein de maîtrise entre joueurs classieux (on peut repenser à des séries finales NBA où les talents se rendent coup pour coup et où on sort sur le tir de la gagne en faisant lever les foules). Ce soir en banlieue lyonnaise, on a échangé les saucissons (spécialité locale oblige) les lancers francs ratés (10/16 au CSP -heureusement qu'Acker n'a pas tremblé sur les derniers- contre 14/20 à l'ASVEL... et les bouboules pour Georgi Joseph qui rate au pire instant). Limoges est resté muet au rebond défensif histoire de laisser quelques chances supplémentaires à l'ASVEL et les deux formations ont manqué dix fois l'immanquable sous le cercle.

Une victoire laborieuse

Le CSP sort donc de ce vilain affrontement avec une victoire en poche sans pour autant se rassurer sur son fond de jeu (même si la première mi-temps frôlait la perfection). La régularité n'est toujours pas au rendez-vous et l'individualisme pointe toujours le bout de son nez aux pires moments. On ne sait toujours pas quoi penser de cette équipe à quelques encablures des playoffs et comme l'a si bien dit David COZETTE : ils peuvent aussi bien être champions que se faire sweeper en quarts.

Ce qu'on a aimé :

- La verdure retrouvée de Green
- Ce qu'a fait Acker en première mi-temps (surtout au niveau collectif)
- le courage d'Adrien au rebond et son leadership
- MONSIEUR Edwards
- Le match de Nobel (pour être honnête on s'attendait à un remake du All Star Game pour s'assurer une récompense individuelle, et il a fait passer l'équipe avant... respect donc)
- Le nouveau concept inventé par les arbitres ce soir : on merde, on s'en rend compte mais on s'enfonce en essayant de calmer les joueurs en leur demandant : "Reste avec nous, concentre-toi !"... S'ils se concentraient eux un peu et qu'ils revenaient parfois sur certaines conneries ?!... Trop demander sans doute...
- La détente d'Abercrombie : White men can jump!

Ce qu'on n'a pas aimé :

- La nonchalance de Pétro qui n'aspire pas des rebonds qui se jettent sur lui
- Le rendement global de Pétro -encore- (4pts 4rbds) avec sa taille et son CV on est en droit de vouloir autre chose
- L'immobilisme du coaching dans la tourmente
- Le peu de rotations (on joue à 7 certes avec JoGo touché et Fréjus malade) mais un petit 1 d'éval pour Estienne aurait arrangé bien du monde !
- Le manque d'organisation en fin de match avec des joueurs qui boxent la balle (désespoir ?) et personne capable de la caler sous le bras pour dire "On pose !"
- Le chrono pourri de l'Astroballe qui s'arrête de marcher en pleine rencontre... ça fleurait bon le match de département du dimanche matin !
- L'absence de Larrouquis parce qu'on aime la cruauté et filer nos métaphores !

Alors docteur, on fait quoi maintenant ?

Comme après chaque match ma bonne dame : 2 dolipranes (en suppo pour certain(e)s) et au lit !
Le CSP rejoint la SIG et le MSB sur le large fauteuil de leader (le plus faible de l'histoire de ProA à 16 avec déjà 10 défaites au compteur chacun avant la dernière journée). On attendra donc le duel avec le Paris-Levallois concurrent direct au top4 pour savoir si l'avantage du terrain échouera dans l'escarcelle des limougeauds, mais quand on connaît leurs performances à Beaublanc, on se demande s'il ne serait pas préférable d'évoluer à l'extérieur ?

Pour clarifier les règlements :
En cas d'égalité à deux on regarde les confrontations directes et le point average particulier.
Si on gagne et que la SIG gagne : on est 2e 1V/1D -18
Si on gagne et que le MSG gagne : on est 1er 1V/1D +8

En cas d'égalité à 3 ou plus, cela devient un mini championnat où compte le goal-average total :
Si les trois gagnent, le classement sera comme ce soir 1 SIG, 2 CSP, 3 MSB
Si les trois perdent, cela devient un mini championnat à 4 (avec le PL... voire 5 avec Dijon) où notre place dépendra du point average avec Paris mais on part à -33... donc potentiellement 3e.
Enfin, dernier cas miraculeux : si le CSP est seul à gagner, on finit premier (qui parie de la bière Michard là dessus ?!)
En cas de défaite du CSP le PL le rejoint automatiquement au niveau du bilan, et Dijon peut se joindre à la fête s'il s'impose en Béarn.

Bref, victoire impérative pour assurer le TOP4 (et se rassurer un peu), en cas de défaite il faudra un Master2 en règlementation LNB pour dépêtrer tout ça et rien que pour ça on le demande bien fort à nos joueurs : "PLIZ OUINE !"

  • Autour du match
  • Commentaires (61)