Pas bienvenus chez les chtis!

Illustration

Le CSP se déplaçait ce soir chez le co-leader de la Pro B et l'a semble-t-il oublié. Le LMBC d'Olivier Gouez (qui aura droit à un accueil "chaleureux" de Beaublanc lors du match retour, qu'il n'en doute pas une minute!) et surtout Jason Siggers a largement dominé (69-56) de bien pâles limougeauds qui devraient changer de meneur américain au plus vite suite aux piètres performances d'un Brent Darby qui a une nouvelle fois fait étalage de la faiblesse de ses capacités de meneur. Frédéric Forté le présentait comme un pari lors de l'annonce de son recrutement, le pari est bel et bien perdu !

Pourtant tout débutait bien dans ce match avec une perte de balle d'Olivier Gouez dans les toutes premières secondes du match qui donnait un premier panier limougeaud dès l'entame du match nous laissant espérer une soirée tranquille. Celui-ci se rattrappe en luttant sous le panier avec nos intérieurs pour aider son équipe à signer un rapide 10-0 en à peine une minute par Siggers, très dangereux et Petrovic.
Si Limoges se reprend quelque peu, Lille n'en baisse pas d'intensité et tient son écart quelque temps alors que nous faisons preuve de maladresse dans le dernier geste. Siggers (23 points en 23 minutes) est d'ailleurs à 8 points après seulement 4 minutes (16-7, 5ème). Eric Girard commence à s'agacer et peu à peu, Limoges reprend son écart par Souchu, Mc Cord et Mohammed sur lancer franc (16-13, 6ème). Petrovic puis Siggers redonnent un peu d'air sous les quelques et faiblards applaudissements des parisiens du Nord comme on les appelle là-bas (20-15, 7ème). Le match n'a pas l'air très enthousiasmant sachant que le CSP est à 47% à 2 pts et surtout 0% à longue distance. Renaux entre en jeu et ne fait pas grimper les stats au delà des 6,25 mètres avec une tentative ratée. Jason Siggers, menace numéro un annoncé avant le match, ne fait pas mentir les pronostiques et donne un avantage de 7 points au buzzer en rentrant le premier panier à 3pts du match (26-19, fin QT1). Allez, soulageons-nous, à ce moment là, Pau est mené 28-33 sur son parquet par Bordeaux.

Le QT2 débute sur deux lancers de Johan Passave-Ducteil qui ne mettra que le deuxième. Les interceptions se poursuivent de part et d'autre du terrain. Très peu de fautes sont sifflées (6 au total à la 12ème). Brent Darby cumule les pertes de balles et commence à faire des fautes , ce qui permet à Payton de donner 11 points d'avance aux siens (31-20, 14ème). Limoges s'en remet aux shoots à 3 points qui ne rentrent pas (0/5 après 15 minutes de jeu). Heureusement, les lillois laissent souffler Siggers et Petrovic sur le banc (déjà 22 points à eux seuls), ce qui permet de ne pas aggraver le retard mais pas de remonter, hélas. Limoges ne joue pas bien et perd souvent la balle sur des mauvaises passes et des tirs trop audacieux à l'image de Darby qui vient encore s'enfoncer sur la défense lilloise contaminant Alhaji qui s'y met aussi. Limoges manque de collectif et les joueurs n'ont visiblement pas écouté la dernière interview du coach Eric Girard qui expliquait que, "sans collectif, Limoges ne pourra pas atteindre ses objectifs cette saison". Ce match en est l'illustration et, après 15 minutes, le CSP est mené de 14 points et n'en veut pas. On en attend avec impatience la mi-temps pour limiter la casse sans compter que les shoots lillois pleuvent sur le panier limougeaud (37 points encaissés en 17 minutes, 37-22). Il reste deux minutes à jouer et Mc Cord donne le « la » à ses coéquipiers avec un bon rebond défensif. Le LMBC est en confiance, tente de nombreux shoots et bénéficie de coups de sifflets favorables. Limoges ne marque que sur des lancers par l'intermédiaire de Passave-Ducteil et Mohammed. A la mi-temps, le CSP est mené 39-27 avec un très faiblard 8/24 à 2 points et surtout 0/6 à 3pts. En Basket, il est une logique implacable selon laquelle on ne peut l'emporter sans rentrer ses tentatives, espérons que le coach Girard saura trouver les mots et rabattre l'ego démesuré de certains de nos joueurs « persuadés qu'ils sont capables de faire la pluie et le beau temps tout seuls » voir l'interview de coach Girard suite au match du Portel : ICI!

Limoges semble revenir sur le parquet avec de meilleures dispositions avec un panier d'Alhaji rapidement imité par N'Kembe. Vincent Mouillard marquera le premier (et seul!) panier longue distance limougeaud à la 24ème minute (43-34). Limoges joue mieux et Captain Mc Cord en profite pour réduire l'écart. Malheureusement pour nos protégés, Siggers est revenu sur le parquet et redonne un peu d'air aux siens. C'était sans compter sur le deuxième dunk de Souchu. La tendance s'inverse et c'est Lille qui rate ses tentatives. Le jeu limougeaud est plus posé et, ainsi, plus efficace.


Après 26 minutes, les chtis ne mènent plus que de 4 points sur un lay up de Mohammed en contre (45-41).


On dirait qu'il y a enfin match entre ces deux équipes quand notre numéro 11 retrouve son basket et permet aux siens de revenir à 3 points
(48-45), ce qui est très encourageant après avoir connu le -15. Ce ne sera malheureusement pas suffisant car Magic Siggers reprendra les commandes en inscrivant son 17ème point personnel en tout juste 20 minutes de jeu (52-45, 29ème). Néanmoins, Limoges grignote l'écart sur des lillois qui commencent à douter en rentrant ses paniers, en provoquant des fautes et en étant présent au rebond. Limoges commence enfin à jouer et on se dit qu'il est grand temps (fin QT3 : 54-50). On y croit !

Le dernier quart commence sur deux lancers réussis de Petrovic et une perte de balle limougeaude au bout des 24 secondes (la troisième fois ce soir) qui provoque un temps mort d'Eric Girard à 8 minutes de la fin. Heureusement Karim marque un nouveau panier (56-52, 33ème). Cependant, Limoges ne semble pas dans un bon soir et perd son sang froid. Les lillois, pas vraiment plus habiles, maintiennent l'écart à 6 points (58-52, 35ème) alors que Stanford trouve une nouvelle fois la mire à 3 points (61-52). Tout est à refaire en 5 minutes, ce qui semble compromis surtout que les passes de nos joueurs sont interceptées (63-52, 36ème). Eric Girard prendra bien un nouveau temps mort mais les carottes sont belles et bien cuites. Limoges a eu l'occasion de reprendre les clés du match mais n'a pas su aller au bout de ses intentions. Jason Siggers en a décidé autrement. Lille joue la montre en gardant la balle avec leur meilleur joueur et gagne des secondes en se donnant le luxe d'inscrire un panier assassin (65-54, 38ème) avant un contre de Gouez (c'est donc un mauvais rêve, vite qu'on me réveille !). A 2 minutes du terme de ce match, on voit mal ce Limoges remonter l'écart de 11 points même si Ford se paye un dunk rageur sur la tête d'un Gouez qui a reculé d'un pas devant le 14 limougeaud. Il reste une poignée de secondes à jouer, Gouez donne le ballon à Taccoen qui marque. Limoges tombe à Lille qu'il a pris de haut, persuadé de ses forces, trop sûr de lui face à l'un de nos principaux rivaux tant le collectif nordiste est rodé et s'inscrit comme LA vraie bonne surprise de ce début de saison ProB.

Que retenir de ce match ?

1. Ne pas sous-estimer notre adversaire, même si c'est un promu et même s'il compte dans son effectif un ancien limougeaud qui n'a jamais réussi à percer.
2. Limoges ne peut gagner qu'en jouant ensemble et si tous les joueurs se mettent au service du collectif
3. Il va falloir soigner l'adresse lors des prochaines échéances 20/51 à 2 pts et surtout 1/15 à 3 points ne peuvent suffir pour l'emporter chez le leader de la Pro B
4. Darby a une nouvelle fois montré ses limites et son départ semble plus proche que jamais : 1/6 aux shoots, 4 balles perdues, aucune passe décisive en 13 minutes. Pour qu'Eric Girard confie autant la mène à Vincent Mouillard, c'est bel et bien qu'il sent nos faiblesses au poste 1.
5. Alhaji est en baisse de régime, bien pris par nos adversaires depuis quelques matches.
6. Ford est toujours faible en défense, notamment face à Gouez dont on connaît la « mollitude » qui cumule 11 rebonds ! Il doit jubiler ce soir le gasier.
7. Heureusement, nos papys Mc Cord et Souchu sont toujours présents et nous permettent de limiter la casse.

Evidemment, cette défaite ne réduit pas énormément nos chances de finir premier de la saison régulière mais elle nous montre que la route sera longue pour l'atteindre. Il est difficile de savoir si cette équipe de Lille parviendra à tenir un tel rythme toute la saison. Elle paraît très « Siggers-addict » ce qui n'est jamais très bon. L'équipe à suivre de près et qu'il faudra battre à tout prix sera sûrement Evreux qui a une nouvelle fois gagné ce soir. Tout n'est pas cuit pour nous, loin de là mais ce genre d'accident n'est pas à reproduire à l'avenir. Coach Girard parlait avant le début de la saison d'un premier de pro B qui terminera aux alentours de 10 défaites, nous en sommes déjà à 2 en 6 matches, il en reste 28 soit une obligation d'en gagner au moins 20 après celle qui viendra, espérons-le très fort, après la rencontre face à Nanterre samedi prochain.

Ps: un malheur n'arrive jamais seul, Pau s'est imposé sur Bordeaux après prolongations...

  • Autour du match
  • Commentaires (8)