Limoges surclassé par un grand cru !

Illustration

Tout a été dit sur le contexte avant-match : revanche de la coupe de France, duel de bien classés, pot de départ de Boris DIAW… Bref, tous les ingrédients étaient réunis ce soir pour que le spectacle soit au rendez-vous ce soir. Après un match haletant, riche d'engagement physique Bordeaux commet moins d'erreurs que Limoges et l'emporte 72-71 dans un money time complètement fou. Récit + vidéo.

Dans une salle Jean Dauguet blindée comme rarement mais où la marée verte faisait énormément de bruit, la présentation des 5 accouchait déjà d'une surprise côté cercliste, Massie cédant sa place à Zerbo aux côtés des habituels Gomis, Desroses, Curti et Milbourne. Ronny Turiaf (vice président des JSA) a fait l'entre deux de cette soirée décidemént VIP.

QT1 26-19 : Diaw porte les siens.

A Limoges, on a mis Zerbo dans le 5 et visiblement on souhaite le mettre en confiance puiqsu'il obtient les deux premières balles… sans succès pendant que de l'autre côté les bordelais enquillent un 7-0. Malgré cela Fréjus provoque rapidement (en 2min pour être précis) les 2 premières fautes d'un Cunningham en mode Al-Quaida (mode lancée par Charles Henri Bronchart) qui regagne le (tali)banc mécontent. Rapidement imité (5emin) par un Milbourne malheureux d'avoir du retirer sa coquette coudière assez peu du goût des arbitres. Comme d'hab' c'est Captain Raph qui joue les pompiers de service bien épaulé par Massie renvoyé au charbon par Fred SARRE. Malgré tout, Bordeaux en veut et c'est le capitaine de l'Equipe de France millionaire en dollars qui montre l'exemple et se jette au sol pour récupérer les ballons qui traînent… et à 18-10 le technicien vert convoque son premier temps-mort avec 3'27 à jouer. Pleins de culot BASSET et DARRIGAND continuent à prendre leurs responsabilités et crucifient action après action une défense limougeaude bien passive (22-13 à 2'30 du buzzer). L'entrée de Traoé et MacAlarney resserre les boulons et les JSA perdent enfin des balles grâce au bon positionnement des limougeauds sur les lignes de passes. Kyle bonifie sa présence d'une contre-attaque à 3pts mais Massie qui a oublié son joueur offre un dunk sur le repli… heureusement Raph gomme cet oubli par un buzzer beater classieux.

QT2 36-34 Bordeaux se décante…

Claude BERGEAUD a bien visionné ses DVD et a compris que 40 minutes de zone seraient du pur suicide. Malgré tout, la belle indiv opposée aux talents limougeauds ne tarde pas à subir les assauts d'un Gomis très en jambes qui sait propulser Traoré (26-21). Raph prend sa 3e faute sur un passage très contestable (puisque son défenseur était dans l'ar de cercle et que Raph n'avait plus les pieds au sol) ce qui permet à Jonathan HOYAUX de faire son entrée. Dans le dur en attaque car bien contenu, le CSP resserre sa défense et Bordeaux qui était jusque là en surrégime déjoue (27-24). La press tout terrain s'enchaine avec l'indiv' stricte et seules les précipitations limougeaudes gâchent les précieux ballons glanés en défense. MacAlarney qui avait décidé de refaire un petit fastbreak à 6m75 se prend une bâche d'enfer de Doubal et derrière Curti et Hoyaux éjectent Doubal du terrain mais Jonathan écope de la faute ainsi que de la suivante au retour d'un nouveau temps mort cercliste mais il score les 2pts suivants en pénétration. A 3'38 du repos, BASSET (touché au dos) s'écroule alors que MacAlarney enfile un 3pts qui ramène le CSP à 30-29. Temps mort de Claude BERGEAUD mais les JSA buttent sur les 24sec avec un ballon dans les mains de Boris DIAW… tout un symbole ! Les limougeauds déploient une énergie impressionante en défense, les aides et les prises à deux créent la panique dans une attaque bordelaise où seul DIAW semble serein. 33-32 et Bergeaud reconvoque ses ouailles, 1'23 à jouer et devinez qui place un 3pts qui fait du bien aux locaux ? Et oui… El Presidente lui même comme dirait l'ami Monclar ! Au comble du stress les deux équipes regagnent les vestiaires avec un tout petit écart 36-34 mais la machine limougeaude semble en confiance alors qu'aux JSA c'est Boris qui gère le scoring, qui défend sur Massie et Traoré et qui coache… Est ce que ça va tenir encore 20 minutes ? Et surtout le reste de la saison sans Babak ?!

QT3 57-54 Du déchet mais le Limoges reste serein

Reprise sous tension puisqu'après seulement 3 minutes Fred SARRE écope d'une technique pour avoir à juste titre rappelé à l'arbitre que Boris DIAW venait de commettre un passage en force sur Aldo Curti… mais un titulaire NBA ça se protège ! En plus Babak continue son opération Sauvez Bordeaux en gardant les siens à flots avec talent. Les vert continuent à serrer le goulot bordelais… et Massie envoie Milbourne au dunk 46-46 Bergeaud a besoin de crier ! Temps-mort qui ne change rien aux velléités défensive des limousins… à un tel point qu'on a parfois l'impression que les coups de sifflets intempestifs ne sont là que pour s'assurer de ne pas gâcher la fête… Bon juste derrière Diaw prend une offensive histoire de me faire mentir et le score évolue lentement jusqu'au temps mort demandé par Fred SARRE (50-48 à 2'02). Fini de jouer… Raph met Massie sur orbite, MacAlarney ajuste de 7m puis Massie remet une louche en claquette. 52-55, les Eagles aussi prennent le dessus sur la malheureuse banda…. Petit cours de latin par Raph Desroses : BIS REPETITA PLACENT où comment remettre un buzzer beater en déséquilibre pour dégoûter les girondins ? 54-57 et merci d'être venus !

QT4 72-71 : Bordeaux jusqu'à la dernière goutte…

Gomis sort de son marasme offensif en décochant à 3pts d'entrée, Basset lui répond. Nos amis en gris enchaînent ensuite 2 offensives (Gomis puis Driss). Suite à un superbe mouvement collectif Boris DIAW enquille un flotteur sur la tête de Massie mais pêche au lancer suite à la faute obtenue 59-60. Basset se charge de remettre les JSA en tête 61-60 mais Traoré lui répond. On se masse abondamment les côtes en défense et le CSP repart en jeu rapide avec Massie la conclusion. Un certain Boris D. redonne une nouvelle fois l'espoir en assurant à 6m 63-64 et 5 minutes pile à jouer. Raph choisit alors de crucifier de loin et Massie écrase un tomar d'école faisant s'abattre la foudre sur les locaux 63-69. Un horto part des supporters verts et Bergeaud panique sur sa tablette au temps mort en demandant de servir… oui vous avez compris ! Cafouillage sur le rebond défensif et Curti offre un caviar à… Diaw ! Traoré enchaine avec un marché… et Diaw inscrit son 20e point après une bévue défensive ! 67-69 et 2'29 à jouer. Si Limoges veut tuer le match c'est maintenant ! Sur l'action suivante Traoré éjecte son vis-à-vis et conteste : faute offensive et technique. Quand je parlais de tuer le match c'était pour le gagner hein ?! Doubal convertit les deux lancers et remet les deux équipes à égalité. Bordeaux fait du Diaw et enchaine 7 passes magnifiques mais improductives puisque chacun met sur orbite quelqu'un qui passe ! Raph se fait contrer sous le cercle alors que Milbourne l'avait servi sur un plateau et Curti est sanctionné sur la contre attaque. 56" à jouer et Darrigand fait ½ aux lancers. Limoges mène 71-70. Massie échappe un ballon crucial et Darrigand se fait charcuter par Gomis alors qu'il partait au layup. Antisportive incontestable, JoGo n'est décidément pas dans un bon soir ! Darrigand sort touché à la cuisse et c'est Driss qui redonne un point d'avance (à froid, en sortant du banc chapeau !) aux JSA qui reviennent de l'enfer ! 34 secondes à jouer. Diaw force son talent pour la première fois… et rate ! Sur l'attaque suivante Gomis a la victoire en main mais croque et échappe la balle en montant au layup (d'aucuns diront qu'il a bouffé la feuille à cet instant précis) mais selon l'homme en gris Limoges garde la dernière balle avec 1"02 à jouer… TEMPS MORT bien sûr ! Quelle solution ?Raph ?... Do or die ! La salle est debout pendant tout le temps mort…. Mais trève de paroles…


Bilan ?

Que dire de cette rencontre ? Qu'elle opposait deux très bonnes équipes ? Ca on le savait déjà ! Que Boris Diaw a été essentiel ? Idem. En revanche on ne pourra pas dire que les décisions arbitrales étaient imméritées : Gomis commet un véritable attentat sur Darrigand, Traoré n'a qu'à se taire quand l'arbitre l'a prévenu et Fred SARRE même s'il était dans son bon droit devait se douter que Boris Diaw serait protégé. Si l'on ajoute à cela des arbitres tatillons (M. El Faiz se montrant particulièrement casse-bonbons en faisant enlever les coudières de Milbourne et Gomis… s'il veut jouer à cela, l'arbitre officiel doit porter une ceinture –de préférence FFBB- ce qui n'était pas son cas !) on obtient des points perdus bêtement. Qu'on se le tienne pour dit, l'arbitrage s'il n'a pas été transcendant n'a pas été pire d'un côté que de l'autre. On pourrait reprocher à Jo Gomis d'avoir été dans un jour sans (comme en témoigne son petit 4 d'éval) mais après tout il a le droit de passer à travers une fois de temps en temps. Honnêtement, cette rencontre s'est jouée sur des détails, des ballons frôlés pas contrôlés, des fautes bêtes, des lancers ratés… Un ensemble de choses difficiles à pointer du doigt. La tâche eut été plus facile si un joueur avait arrosé à la Banks dans le money time sans succès ou si un autre avait redonné plusieurs ballons à l'adversaire… Il aurait fallu un grand Limoges pour gagner ce soir à Bordeaux et nous n'avons vu "qu'un bon Limoges" qui a tenu la dragée haute toute la rencontre à 9 bons joueurs de ProB et un extra-terrestre. Au moins la fête aura été belle pour le capitaine de l'équipe de France, espérons ne pas avoir à regretter cette défaite en mai.

Retrouvez dans les prochains jours nos interviews de Boris DIAW et Claude BERGEAUD.

  • Autour du match
  • Commentaires (73)