Limoges s'impose à St Quentin 82-74

Illustration

Victoire historique ce soir pour le CSP qui n'avait plus triomphé dans l'Aisne depuis 1991. Le match auquel on s'attendait a eu lieu : Fein et Humbert ont tenu la barraque côté SQBB et les cerclistes ont été solides malgré l'absence d'Harrington. Bonne nouvelle, Emerson sort de sa torpeur avec 24pts, 7rbds et 27 d'éval pendant que Mohammed reste l'homme à tout faire avec 21pts 5rbds 5pds et 3int pour 25 d'éval. Récit du match.

Ce match avait tout du piège. Limoges est sur un début de série. St Quentin galère comme c'est pas permis dans la zone des reléguables. La moitié de l'équipe de l'Aisne est sur le flanc et pépin de dernière minute : Harrington se blesse à deux jours du match.
Rien d'affolant en soi quand on compare les pedigrees des protagonistes, mais quand on connaît la "stabilité" limougeaude et le manque de solidité mentale du groupe face aux "petits pépins" (oui oui, celle là qui commence à nous chauffer quand on voit le gâchis induit…) on avait quand même matière à s'inquiéter.

Les échanges de politesse par presse interposée avant la rencontre nous renvoyaient une fois de plus au point zéro : "Fein est le meilleur shooteur de ProB" selon Cousin, "On va essayer de déstabiliser Limoges" par Castano… un partout balle au centre passons au match.

QT1 – Le CSP prend le large
Le cinq de Limoges : Mouillard, Mohammed, Tensorer, Idbihi et Emerson
Le cinq de St Quentin : Porter, Fein, Morlende, Horace et Humbert

Allez, ne nous mentons pas, côté limougeaud on espérait une balade de santé (ou une lamentable défaite pour les éternels esprits chagrins assoiffés de scalps de coaches pour leur collection perso), une balade disais-je donc avec un bon gros matelas d'une quinzaine de pions (voire mieux) à partir du 2e QT.
Côté St Quentinois on avait disposé amulettes, eau bénite en bombonnes de 40 litres, remplacé l'éclairage réglementaire par des cierges géants et fait venir le professeur M'Bala (exorcismes, prédictions, retour de l'être aimé, votre n° de CB svp).
Dès l'entame, Tensorer bombardé starter en l'absence d'Harrington semble lui avoir piqué ses habitudes puisqu'il crédite le CSP d'un 3pts, imité par Emerson dans la foulée et soutenus par Mohammed envieux de réitérer son carton offensif de la semaine précédente. Ces deux derniers s'en donnent à cœur-joie tant est si bien que le panneau affiche 2 à 17 après seulement 5 minutes. On commence à se poser des questions sur les compétences du professeur M'Bala alors que le fameux coussin de 15 pions est déjà là avec un QT d'avance… c'était sans compter sur Porter, Fein et Humbert qui remettent laborieusement leur équipe sur les rails malgré la réussite insolente des visiteurs (71% à 2pts et 66% à 3pts à la fin du QT1). Les deux formations regagnent le banc sur le score de 16 à 25 et on commence à "se rassurer" derrière nos radios ou écrans.

QT2 – Comme un air de QT3
Le professeur M'Bala définitivement éjecté, c'est le professeur Castano qui a fait la leçon et visiblement il est meilleur pédagogue puisque ses hommes montrent un visage très différent et remontent d'emblée 5 points. D'Almeida et Mohammed redonnent un peu d'air au CSP qui nous fait un début de quart-temps que l'on voyait habituellement au retour des vestiaires (mais après tout si le coussin de 15pts avait un QT d'avance, pourquoi pas le QT foiré aussi ?). Portés par un Fein égal à lui-même, c'est-à-dire adroit, les st quentinois continuent leur remontée faisant fi des efforts intérieurs d'Emerson auxquels répond brillamment Humbert décidé à lui contester la maîtrise de la peinture. Passant de -5 à -2 en l'espace de trois minutes (32-34 à la 18e), il n'en fallait pas plus pour déclencher l'ire d'Olivier COUSIN exprimée à travers un temps mort studieux ! Les limougeauds, joueurs, ne reprennent pas la tête mais au contraire testent la patience de leur coach en laissant les locaux égaliser par le biais de Porter à une minute du buzzer. Les 60 dernières secondes seront stériles et Limoges se consolera avec un LF pour rentrer aux vestiaires "en tête" 34-35… On n'a pas de marabout à Limoges ou quoi ?! Une fois de plus cette équipe tenait un adversaire dans le creux de sa main très tôt mais ne sait pas le tenir à distance, à croire qu'il faut un Poitiers ou un Bourg face à lui pour motiver le groupe limougeaud. Côté supporter, on a été chercher le radio-réveil après avoir décalqué le poste de la cuisine comme on aurait aimé que nos joueurs le fassent avec la défense adverse…

QT3 – Un bon QT3 des familles
Allez, si on garde la logique du début de rencontre, les périodes étant toutes décalées on devrait voir le CSP mettre laborieusement 10pts ou plus à St Quentin comme il le fait régulièrement au QT4 laissant dans les pages de résultats une impression flatteuse souvent éloignée de la réalité du parquet.
Quand on voit Germain CASTANO prendre son premier temps-mort de la seconde période après à peine une minute mais un 6-0 dans la musette on se dit que ça va bien se passer. Comment dire… NON ! Fein arrose à tout va et non content de rattraper le CSP, il le dépasse deux minutes plus tard (43-42, Castano en est à son cinquième verre d'eau bénite). Les deux équipes se rendent alors coup pour coup, le CSP insistant à l'intérieur avec Emerson et Idbihi pendant que le SQBB se repose sur ses extérieurs américains pour alimenter la marque. Fin de QT avec un avantage minime pour Limoges 58-55. Finalement, le CSP en quête de régularité y parvient : il a été aussi mauvais au QT3 qu'au QT2 (même s'il a eu le bon goût de ne pas le perdre, se contentant de faire jeu égal… avec le 17e de ProB !).

QT2 – La décision dans la douleur et sans convaincre
Allez on s'installe avec une doudoune dans la voiture pour le QT4 (le radio réveil n'a pas survécu au dernier 3pts de Fein… ne vous demandez pourquoi un des principaux sponsors du CSP est une magasin d'électroménager !). C'est Tenso (25min pour lui ce soir) qui remet le feu aux poudres à 3pts (j'arrête avec mes parallèles de QT décalés même si ça ressemble furieusement au QT1…) et on se dit que le CSP va peut être tuer ce match mais Fein continue son festival derrière l'arc (25pts à 50% à 3pts et 60% à mi-distance au final) et maintien l'écart sous la barre des 6pts (soit 2 possessions), c'est vrai qu'on ne pouvait pas se douter qu'il allait prendre des shoots… Fort heureusement c'est dans ces 5 dernières minutes que Mouillard puis Mohammed se décident (enfin) à tuer ce match faisant gonfler l'avance à +9 à quelques poignées de secondes du terme. La fin de match sera comme d'habitude hachée par les fautes et les interminables séries de LF (il fait froid dans la voiture !) desquelles Limoges sortira vainqueur sans gloire 74-82.

Bilan : Un marabout au chômage, deux postes radios HS, une sale excuse pour expliquer mon retard au boulot lundi et une soirée de samedi gachée par un match aussi médiocre que poussif. Alors certes on gagne mais sans la manière. Je ne comprends pas pourquoi Passave-Ducteil et Emerson n'ont pas représenté 95% des balles limougeaudes en 1ere période histoire de "casser" du Humbert en attaque. Je ne comprends pas non plus comment Fein s'est sorti du traitement de faveur défensif que tout le monde attendait sur lui. Enfin, je ne comprends pas pourquoi le GGRRRRAAAANNNDD CSP Limoges galère 30 minutes pour mettre huit malheureux points à une équipe en grande difficultés, qui joue à 6 ½ et dont le meilleur élément était sur le banc en civil, non-qualifié et en pré-dépression (y'a un agent qui a du se prendre une ramée des familles sur le coup des 22h !!!). Alors oui youpi, Emerson fait un bon match et stoppe net sa série négative. Youpi (bis) on a un vrai clutch, Mohammed, qui sait scorer, passer, rebonder… ce sera utile en mai ! Mais après, je suis désolé mais je ne vois que de l'inquiétude. Je sais bien qu'au basket on se met souvent au niveau de son adversaire mais les matches avec une grosse équipe qui met une trempe à une plus faible ça existe aussi (demandez aux clubs français engagés en Euroleague !), alors pourquoi n'arrive-t-on pas à s'imposer avec maestria quand on a un effectif pléthorique (et qu'on ne me parle pas de l'absence d'Harrington, même sans lui on a de quoi jouer toute la ProB), une organisation plus pro que tous les autres et de l'ambition à revendre poussée par un public qui n'en peut plus des Charleville-Mézières et St Vallier (sans leur faire offense !). On veut de l'ASVEL, on veut du Nancy, on veut du Pau-Orthez (on va sans doute l'avoir d'ailleurs)… mais pitié on ne veut plus du -8 sur le QT2 contre St Quentin, ce n'est pas avec ça qu'on pourra monter en ProA ! On sait que nos joueurs sont bons, on sait (n'en déplaise à certains) que notre coach est bon, on sait qu'ils bénéficient des meilleures conditions de travail qui soient (salle, déplacements, hotels etc…) alors que leur manque-t-il ? L'envie ? La gnac ? La foi ? Le feu sacré ?

On ne le saura peut être jamais mais en attendant le CSP est 5e ex-aequo de ProB alors que Bourg a fait un pas de plus vers la 2e place aux dépends de Poitiers et que Paris a tranquillement mis 14pts à St Vallier (comme quoi c'est faisable même en ProB) et continue son bonhomme de chemin vers la montée…

  • Autour du match
  • Commentaires (12)