Limoges domine DENAIN... porte où !

Illustration

Le suspens aura été de courte durée dans ce duel des extrêmes. Le déchu de ProA, Limoges, contre le promu de N1, Denain (bis repetita placent). Les forces en présence paraissaient tellement déséquilibrées qu'on se demande encore comment Beaublanc a fait le plein à moins que le public limougeaud ne soit venu au cirque voir la mise à mort des gladiateurs nordistes 106 à 72. Analyse… Morituri te salutant !

Forces en présence

Alors on va faire simple, le CSP devait faire sans ZERBO, pivot de 2m10 ce qui handicaperait n'importe quelle équipe française… mais pas Limoges ! En face, Denain avançait avec pour "seules armes" un arrière US gonflé aux hormones : Juwan JAMES… une espèce de bourrin obligé de passer les portes de profil tant ses épaules ressemblent à l'équipement d'un joueur de foot US ! Et seconde option, Ryan ROSSITER pivot rookie blanc de 2m04 au jeu propre et aux mains valables qui a fait le taf face à MASSIE & co. A côté de ça Frédéric "Bernard" MINET et Renaud BROCHERAY ont tenté de surnager mais il ne restait pas grand chose à faire puisque JAMES bouffait la plupart des ballons (en fonçant tête baissée sur ses vis-à-vis… curieux joueur !) et qu'accessoirement la défense du CSP n'était pas là pour faciliter la tache des visiteurs.

Un QT serré

Le petit jeu aura duré un quart-temps avec un bilan de 23-19… et puis… Kyle MacALARNEY ! Le lutin barbu de Notre Dame (université US dont l'emblème est un lutin barbu !) a ouvert la boîte à claques… enfin la boîte à 3pts avec un petit 4/5 en 1ere mi-temps (dont un missile à 8m). La zone nordiste souffre et lorsqu'elle s'écarte un peu, la sanction arrive par MASSIE, DESROSES, GOMIS ou encore MILBOURNE. Compliqué de défendre sur une équipe dont les 5 joueurs présents sont dangereux… et dont les remplaçants n'ont rien à leur envier !

The MILBOURNE show !

L'écart se creuse, Marc SILVERT concentre ses joueurs sur la menace MacALARNEY mais commence à subir la menace extérieure d'autres joueurs. Commence alors le MILBOURNE show, comme nous le rappelle Jonathan HOYAUX dans son interview vidéo pour Beaublanc.com, Landon est on fire ! L'ailier (et pas intérieur comme s'entête à le catégoriser la presse) tabasse littéralement Denain entre tirs extérieurs, pénétrations voire dunk violent… Les promus prennent une leçon de haut niveau. Beaublanc exulte, les Eagles usent (et abusent) de Tata Yoyo et les rotations en vert s'enchainent sans que le niveau ne s'essoufle. Fred SARRE a la sagesse et l'intelligence de faire tourner ses troupes, de reposer ses cadres (Gomis 21min, Massie 28min d'où ses "maigres" 6rbds) et en profite pour donner des minutes à CURTI(7pds), HOYAUX, TRAORE et MIPOKA. Même le jeune Thomas CORNELY aura le droit de participer à la fête et mettra à profit ses 3min pour inscrire son premier panier en pro qui permettra de passer la barre symbolique des 100pts (on espère que le capitaine paiera la tournée à sa place en grand seigneur !). Les supporters entament une chenille dans les tribunes, Denain sombre face au tsunami vert 106-72 dans un 4e qt sans appel (-18). Le différentiel d'évaluation est également très sévère 134-63, 3 joueurs en éval négative côté Denain 7% de réussite à 3pts (1/14) alors que le CSP affiche plus de 41% à 10/24 et 4 joueurs à plus de 18 d'éval… et tous en éval positive !

Quel bilan d'une telle soirée ?

La fête fut belle, Beaublanc ravi et dans des soirées comme ça il est difficile de trouver des axes de travail. Comme à sa nouvelle habitude le CSP version SARRE a su être patient quand l'adversaire faisait front (en surrégime) en début de rencontre. Puis le rouleau compresseur s'est lentement mis en marche. Le principal danger pour Limoges sera donc… Limoges ! Le seul moyen pour cette équipe clairement au dessus du lot dans sa division pour arriver à se mettre en difficulté serait de faire preuve de suffisance et de se voir trop beau avant le printemps. Le potentiel est là pour réaliser une saison exceptionnelle (un beau parcours en coupe n'est pas à exclure tant cette équipe a les moyens de regarder bon nombre de ProA dans les yeux), le défi de Fred SARRE sera d'arriver à trouver les mots et les moyens pour maintenir son groupe sous pression et concentré. En attendant, on en redemande !

  • Autour du match
  • Commentaires (12)