Le signe indien est vaincu.

Illustration

Cinq mois jour pour jour après le premier match de championnat, Limoges décroche enfin son premier succès à l'extérieur face à Antibes au terme d'un match à plusieurs visages. A noter également, comme d'habitude pour le CSP, le côté "paillettes" du match avec un public nombreux et des invités de marque (René Le Goff, pdt de la LNB, Hervé Dubuisson, ex-international…) pour cette rencontre de gala. Retrouvez les réactions d'après match en fin d'analyse et les interviews de nos joueurs américains dans les jours qui viennent. Une vidéo du match sera également en ligne dans la semaine. Bonne lecture.

Ce soir à Antibes, l'élève limougeaud a rendu une copie inégale. S'il s'en sort avec les honneurs et obtient la moyenne (+13), on pourra dire que la qualité n'a pas toujours été présente. L'introduction était fort alléchante et la conclusion enthousiasmante mais l'argumentation ainsi que le plan proposés ont encore matière à s'améliorer.

Les forces (et faiblesses) en présence étaient connues de tous : L'olympique d'Antibes Juan-les-Pins avec son talentueux arrière Yann Mollinari transfuge de l'ASVEL, son intérieur US Trojs Ostlers mobile et adroit… et ses difficultés à domicile. De l'autre côté, le Limoges CSP Elite avec son effectif pléthorique (pour de la ProB) et sa capacité merder un match tout cuit à l'extérieur en quelques minutes. Ce soir un de ces deux clubs historiques du basket français allait vaincre un de ses démons pour cette saison jusque là peu satisfaisante de part et d'autre.

QT 1 : pilonnage intensif près du cercle
C'est Antibes qui se fait remarquer en ce début de match avec son meneur brésilien Arnaldiñho (fraichement débarqué pour palier aux insuffisances de son prédécesseur US) qui enchaîne 3 pertes de balles sur remontée face à la pression limougeaude. Coach Delaby montre déjà le visage de quelqu'un qui va passer une sale soirée. Le jeu est très stéréotypé des deux côtés : Limoges sûr de son avantage de taille harcèle de près le cercle azuréen par Dubos et Dennis et Antibes tente d'enflammer le jeu mais se repose finalement sur la vivacité d'Ostlers 8-10 à la 5e min. Gouez entre en jeu et va alors jouer à la tour de contrôle, en 5 minutes les cerclistes vont d'envoler par un dunk de Wampfler, un 3pts de Thévenon, un beau travail intérieur Dubos-Gouez et un panier primé sur faute de Ragauskas. L'organisation est agréable et les joueurs semblent se trouver facilement. Acculé 10-19 l'OAJLP prend un temps mort à 2'30 du terme suite auquel c'est Limoges qui passe en zone-press pour géner la montée de balle hésitante d' Arnaldiñho puis se replace en zone 2-3 pour tenter de neutraliser Ostlers. C'est alors Yann Mollinari qui se rappelle au bon souvenir des cercliste par un 3pts au bout des 24sec. Peu importe, Limoges repart à l'attaque et malmène la défense antiboise par Dubos à 3pts puis une claquette et Gouez par deux fois dessous montrant ce que l'on attend de lui depuis le début : des paniers de bigman sur la tête d'intérieurs de ProB dépassés et un gros travail coordonné avec Dubos. 17-28 rien à dire, le CSP joue mieux que son adversaire et utilise enfin les forces affichées sur le papier.

QT 2 : Opération portes ouvertes !
Ou comment perdre son avance en une leçon. Retour sur le parquet, Dennis remplace Gouez qui a été efficace et la rapidité d'Ostlers peut reprendre le dessus pour entamer une lente remontée au score malgré un Robinson en réussite. La défense limougeaude montre alors son manque de régularité et le travail azuréen paie à plusieurs reprise sur un schéma ancestral : circulation rapide de la balle en périphérie, cration d'un décallage et crucifiction intérieure par un Ostlers ou un Durham miraculeusement "oubliés" par nos intérieurs. Le retour de Gouez pour Dubos à la 13' n'y fera rien et Antibes va revenir à 23-30 à la 15e min. Limoges tient grâce à Robinson dont le talent éclabousse un Arnaldiñho clairement dépassé par son homologue dans tous les compartiments du jeu. Le travail intérieur aperçu au premier QT a perdu de son efficacité et la réussite fait défaut aux hommes en noir malgré de bonnes situations. A la pause, Limoges conserve 9 unités d'avance mais a perdu le second QT 18-16 et ne doit son salut qu'à des actions individuelles et des lancers-francs.

QT 3 : La révolte antiboise
Au retour des vestiaires le CSP s'agace, Wampfler sidéré prend sa 3e faute sortie de nulle part et est immédiatement remplacé par Renaux, on entend Forté depuis les tribunes "Reste dans le match ! y'a encore 20 minutes !". Notons ensuite la superbe action Dennis-Dubos-Nash à la 21e min (37-46) dernière lueur de basket limougeaud dans ce quart-temps. S'en suit une collection de combinaisons illogiques, de passes ratées, shoots forcés (quelques briques) et d'actions téléphonées… au point que les joueurs d'Antibes se rappellent que le maillot qu'ils ont sur les épaules signifie quelque chose, que les bannières qui flottent au-dessus de leur tête méritent aussi d'être honorées et qu'après tout ils des joueurs professionnels. Mollinari déclenche l'euphorie par quelques actions bien placées, de la réussite et des LF convertis. Durham le suit et le public azuréen fait enfin plus de bruit que sa sono pour pousser les siens. 24' temps mort limougeaud à 44-48. Sur l'action suivante Dennis se fait contrer et enchaine par un 3secondes. Pendant une minute nos 3 US (mettons Dennis dans le lot) vont faire ce que l'on peut craindre d'eux : vouloir apporter la solution seuls mais échouer lamentablement laissant une impression de panique dans le jeu limougeaud. 46-48
Captain Thev' à la rescousse
Fred Forté rappelle sur le banc Robinson et lance un David Thévenon fermement décidé à ne pas enchaîner une défaite de plus selon un scénario trop connu, son regard en dit long. Malheureusement Ostlers égalise sur l'action qui suit face à Dubos, le public pousse "ANTIBES, ANTIBES !!!" et Thévenon joue les pompiers de service à 3pts suivi de Dubos en contre attaque. Dennis toujours "égaré" perd deux balles en attaque et manque de réussite. Ostlers à son tour pose un cake sur Dubos cette fois-ci et maintient la salle sous pression. La tension monte et c'est Dubos, en vrai patron expérimenté, qui place ses coéquipiers en attaque pendant que Thévenon annonce son système tout en résistant à la pression antiboise… pour se faire contrer sur la conclusion. Temps mort pour Antibes, côté limougeaud Gouez remplace enfin Marbue pas au mieux dans ce QT et Ragauskas relève Robinson lui aussi à la peine.
Circulez y'a rien à voir !
Antibes repart euphorique à l'attaque mais sur le rebond Dubos avec 3 joueurs sur le dos "fait le ménage" et bouscule Feckoua qui reste au sol. On assiste alors à une scène digne d'un terrain de foot avec menace du joueur vers Dubos, remplacement par le coach et… comme au foot : compensation imaginaire sur l'action qui suit. Fabien Dubos écope d'une faute (sa 2e) tout droit venue de la 4e dimension. Ostlers ramène les siens à 52-53 sur les LF et enchaine par une crèpe sur Robinson qui remettait à peine les pieds sur le parquet à la 28e… le public exulte !
Vexé notre US enchaine sur une faute offensive, Antibes continue sur sa lancée pour échouer à un point de Limoges en fin de période 56-57. Thévenon aura été précieux en cette fin de QT car il est celui qui a apporté le peu d'organisation entrevu dans cette période pour ne pas sombrer et ses 5 points ont été marqués à des instants décisifs.

QT4 : Tiens ?! Limoges sait faire ça ??
Je dois avouer du bout de mon clavier que j'étais assez résigné à l'entrée du 4e QT tnat je pensais que Limoges allait une nouvelle fois sombrer dans les 10 dernières minutes face à une équipe qu'elle avait écœuré en début de match et qui lui était de toute évidence inférieure. C'était sans compter sur la détermination des joueurs qui, quoi qu'on puisse lire à droite ou à gauche ont montré une véritable envie de passer un cap.
C'est un cinq expérimenté que Forté remet sur le parquet avec Thévenon, Dubos, Wampfler, Ragauskas et Dennis. Et Mister Dubos n'attend pas longtemps pour annoncer la couleur : 3pts d'entrée. La mise à mort peut commencer. Antibes est littéralement cueilli et enchaine par un airball suivi d'une faute grossière sur Wampfler qui convertit un LF. 56-61. Ostlers commet une faute offensive, sur l'action qui suit Marbue trouve Wampfler qui ajoute 2 points en déséquilibre sous le cercle. 56-63 après seulement 1'05 de jeu.
Après un échange de bonnes manières Dubos-Dennis/Ostlers et 2LF de chaque côté, c'est Arnaldiñho qui se réveille tente de contenir l'embellie cercliste mais rien n'y fait (60-65 au mieux). A la 35emin Limoges affiche 63-70 grâce à Dubos des 6m25 au terme d'un travail collectif de 20" et Varnie qui se rattrape de dessous de son 3 secondes précédent.
Arnaldiñho crucifie une dernière fois Limoges d'un 3 pts malgré une bonne séquence défensive en zone et ramène les siens à 66-70 alors qu'il reste 4'24 à jouer et que Mr T sort en se tenant la cuisse gauche. Robinson entre et commet sa 4e faute. Mais Wampfler sur contre attaque puis Robinson, habilement décalé par un mouvement collectif, qui ajuste à 3pts (68-76 à la 37e) portent un sérieux coup au moral des azuréens.
Temps-mort pour Antibes, il reste 3 minutes à jouer. Limoges va-t-il tenir ?
Dès la reprise, Marbue enchaine un panier + faute et porte l'avance à 11 unités (68-79). Limoges défend en individuelle stricte mais Mollinari plante une banderille de loin sur un véritable exploit individuel signe de son talent (71-79… 2'15 à jouer). Wampfler et Marbue enchainent face à un secteur intérieur aux abonnés absents pendant qu'Arnaldiñho et Ostlers échouent dans leurs tentatives. Temps mort pour Antibes 1'10 à jouer 72-83, le banc limougeaud est plus concentré que jamais et les regards déterminés, St Etienne doit repasser dans certains esprits. De retour sur le terrain, c'est un Dawan Robinson méconnaissable qui patiente et fait tourner le jeu sans faire de And1 et Pierrick Lazare écœure toute la salle par un 3pts à 8 mètres à la limite des 24 secondes. Durham ajoute 2pts sur un flottement défensif et Antibes presse mais le CSP gère le ballon avec sérénité et même si l'action offensive échoue Fabien Dubos prend un rebond énorme avec autorité au milieu d'une forêt de bras et offre à Dawan Robinson une gonfle précieuse que ce dernier cale sous son bras et laisse s'égrener les dernières secondes. 74-87. Ca y est, ils l'ont fait. On a l'impression que les joueurs viennent de gagner un titre, le banc limougeaud exulte, tout le monde se tape dans les mains et les sourires des joueurs sont à la mesure de la bête noire dont ils viennent de se débarrasser.

Réactions d'après-match.
Illustration Joël DELABY (coach d'Antibes) :
"On a l'habitude de dire que les matches ne se gagnent pas en 1ere mi-temps mais qu'ils s'y perdent et bien ce soir nous en avons la démonstration. Je ne comprends pas comment mon groupe peut montrer des visages aussi différents en un seul match, une déroute collective puis de l'orgueil, une belle réaction mais qui leur demande tellement d'efforts. Nous essayons de casser la routine pour solutionner nos problèmes à domicile de changer le rituel d'avant match mais rien n'y fait. C'est décevant."

Illustration Fred Forté :
"Je tiens à tirer mon chapeau ce soir à David Thévenon qui nous sort son plus gros match depuis 3 ans et dont la volonté et l'état d'esprit nous ont permis de tenir le coup, ainsi quà Dawan (NDLR Robinson) qui a fait un travail défensif hors du commun sur Mollinari qui finit à 3/6 aux shoots alors qu'habituellement il en prend 15. Dawan a compris ce qu'on attend de lui et il a su faire l'impasse sur ses stats persos pour en faire bénéficier le groupe."

[couleur=#ff00ff]CARNET ROSE[/couleur] : Beaublanc.com adresse toutes ses félicitations à la famille Lazare qui a du s'agrandir pendant la nuit avec l'arrivée du petit Jolan. :bj:

Beaublanc.com remercie tout le staff Antibois et spécialement le service presse pour leur accueil très pro et leur gentillesse.

  • Autour du match
  • Commentaires (4)