Le hold up était tout proche

Illustration

On y a cru... Nouvelle défaite à l'extérieur, avec un scénario très différent de d'habitude : Limoges a cette fois été mené pendant 40 minutes, mais a pu arracher in extrémis la prolongation. Celle ci fut bien entamée, voyant enfin Limoges passer devant au score, menant même de 5 points à 37 secondes de la fin. 37 secondes suffisantes aux Stéphanois pour infliger un 7-0 aux cerclistes, et par là même une nouvelle défaite. Score final : 101-99, avec encore de grosses lignes de stats pour Storozynski et Robinson (27 et 26 points).

Limoges rentre mal dans son match, et se voit immédiatement dominé. Les rebonds lachés offrent des contres attaques aux stéphanois qui mènent rapidement 9-2. Limoges rectifie le tir aux rebonds, et revient 14-10 après 5 minutes. Robinson cherche à prendre le jeu à son compte, mais en fait trop, et éprouve de grosses difficultés face à Dixon, le meneur américain de Saint Étienne, qui se montre intraitable en défense. Les joueurs de la Loire accroissent alors leur écart à 12 points (25-13, 9° min). Sur un sursaut d'orgueuil, les Limougeauds achèvent le quart temps 25-18. Robinson a déja pris 11 shoots (pour 5 petits points), soit la moitié des tirs de son équipe.

Benjamin Rey s'enflamme en 2° période, et inscrit trois paniers consécutifs, mais en l'absence de Robinson, les limougeauds parviennent à jouer collectif et ne se laissent pas distancer (29-26, 13° min). Limoges tient par sa défense de zone efficace, et recolle à chaque fois que les Stéphanois tentent de creuser l'écart (35-28, 14° puis 38-35, 17° min). En fin de période, Staelens est partout et offre aux siens une avance franche (47-37, 20° min). Robinson est à 8 points (à 3/12), Storozynski à 9, Dubos à 7 et Ragauskas à 6. Limoges domine la bataille des rebonds, 25 à 17.

Les deux équipes se neutralisent complètement au 3° quart temps, et l'écart n'évolue pas le moins du monde. Il reste 10 points de retard aux cerclistes à l'entame des dix dernières minutes (66-56, 30° min).

Cette dernière période voit les Limougeauds afficher de meilleures intentions, et revenir à plusieurs reprises à 6 points de leurs hôtes qui se font un plaisir de les repousser à la dizaine. Dubos franchit un cap à la 36° et ramène son équipe à deux petits shoots, 4 points (75-71, 36° min). Dixon et Melody les repoussent à 9 points, mais les limougeauds reviennent par Dubos (de loin) et Robinson (80-76, 37° min). Les deux équipes sont euphoriques, les points s'enchainent à toute vitesse, tout rentre. Storozynski, Melody, Wampfler... chacun y va alors de sa faute, et le jeu des lancers francs profite plutôt au csp qui revient à 2 petits points sur un shoot de Dubos (84-82, 39° min). On avait pas vu un écart aussi faible depuis les premiers instants du match. Dixon rentre un shoot invraissemblable, Storozynski fait faute, et le csp est repoussé à 6 points dans la dernière minute. Storozynski répare les dégats aux lancers sur une faute de Philips puis au shoot (88-86, reste 35 secs). Dixon rate son shoot, Ragauskas obtient la cinquième faute de Passave, et ne tremble pas sur la ligne des lancers pour arracher l'égalisation (88-88) ! Il reste 9 secondes à jouer, Dixon rate le shoot de la dernière chance... Fin du temps réglementaire, Limoges n'a jamais mené mais obtient in extrémis la première prolongation de sa saison.

Robinson se montre alors omniprésent, il inscrit deux paniers puis fixe 3 adversaires, laissant le champ libre à Dubos pour scorer à son tour. Limoges n'aurait pas pu mieux entamer cette prolongation et prend un avantage interessant (92-97, 43° min). Les meneurs américains se neutralisent, et l'écart est le même quand Fred Forté prend un temps mort à 40 secondes du terme. Dixon n'a hélas besoin que de 20 secondes pour combler l'écart et ramener les deux équipes à égalité. Storozynski, très bon tout au long du match, devient fébrile : il rate ses lancers, puis en offre deux à Coombs en commettant sa cinquième faute. Heureusement, le Stéphanois n'est pas plus adroit. À 18 secondes de la fin, les deux équipes sont dos à dos (99-99). Robinson va alors commettre sa plus grosse erreur du match, et perdre le ballon qu'il ne fallait pas perdre. Staelens ne se fait pas prier pour partir en contre-attaque, et inscrire les deux points de la victoire. Bien qu'ayant mené de 5 points à 40 secondes de la fin, Limoges encaisse pour finir un 7-0 fatal, et ne parvient toujours pas à s'imposer à l'extérieur. 101-99, Limoges est passé tout près du hold up.

Côté Limougeaud, on retiendra le nouveau très bon match (individuel) de Robinson (26 pts, 12 rbds, 6 passes) et celui de Storozynski (27 pts, 8 rbds), même s'ils ont fini par craquer dans les derniers instants. Dubos a comme d'habitude rendu lui aussi une excellente copie (18 pts, 9rbds) et pour son dernier match en noir, Burnett s'est montré plus utile que d'habitude (8 rbds, 3 pts en 20 min). Thévenon n'a pas joué, toujours blessé, Lazare et Robinson se sont donc partagé la mène face à un Dixon excellent (29 pts, 3rbds, 4 passes) ; Robinson a fait jeu égal avec son compatriote, mais reste bien trop individualiste, tandis que Lazare malgré de petites stats arrivait mieux à répartir le jeu. Pour une fois, la fin de match (4° quart temps) a été bien gérée, avec une belle remontée dans les derniers instants, même si plusieurs fois au cours du match, certaines stratégies semblaient un peu obscures...
Les limougeauds disposent désormais de trois semaines pour digérer cette défaite avant un match ou tout faux pas sera interdit : Beaublanc recevra la lanterne rouge du championnat, l'ancienne équipe de Thévenon et Ragauskas, Angers.

  • Autour du match
  • Commentaires (23)