Le CSP se tape un Kinder Bueno !

Illustration

Grâce à un regain de sérieux défensif, Limoges a solidement défendu Beaublanc et a laissé Rouen, qui ne créera donc pas de (Kinder) surprise ce soir, à 23 longueurs. En passant pour la seconde fois de la saison la barre des 100pts 101 à 78 Limoges s'impose comme une solide défense mais également comme une attaque redoutable. Analyse.

Maitre Traoré, sur son arbre perché...

Si vous pensiez les limougeauds atteints par leur récent échec en terre lilloise, vous vous êtes fourré le doigt dans l'oeil. Ce soir, les coéquipiers de Jo Gomis avaient à coeur de gagner avec la manière et de montrer au prétendu adversaire pour la montée qui était le patron de la Pro B (pour le moment !).
Pourtant, tout n'a pas été si rose et les limougeauds ont d'ailleurs mis quelques temps à faire déjouer la bonne défense de zone imposée par les rouennais. Seulement voilà, être gêné par une défense de zone c'est une chose, mais gêner son adversaire avec une grosse indiv peut être un atout majeur et rapporter gros, ce qui fut le cas. Peu à peu, au fil des minutes, le cadenas haut-normand a fini par sauter et l'écart a vite été créé entre la 8ème et la 10ème minute. (+10; 20-10 Fin Qt1)

Puis, vint Maitre Traoré alias Monsieur propre pour les intimes: 19pts, 14 rebonds, 29 d'évalutaion. En 10 minutes de présence sur le parquet sur ce deuxième acte, Sambou a tout d'abord fait deux interceptions et été l'un des principaux acteurs du 6-0 infligé d'entrée aux visiteurs, avant de prendre un rebond, puis de marquer sous le cercle et par lancers, contrer et provoquer la troisième faute de Siggers. Si on lui ajoute des points qui viennent de partout et une défense toujours aussi efficace, le score est sans appel à la mi-temps : 52-29

Une deuxième fois, ton erreur, tu ne reproduiras pas

Mener à la mi-temps est une chose mais encore faut-il savoir conserver cet écart jusqu'au bout et le récent (et seul) échec de la saison est encore dans toutes les mémoires limougeaudes en ce début de 3ème acte. En effet, malgré l'écart de 23 points, la crainte règne dans les tribunes. Crainte de voir les siens rejoints sur le fil, de voir craquer cet ensemble qui se transforme peu à peu en véritable machine de guerre à l'image d'un Traoré qui se mue en pivot, d'un MacAlarney qui ne fait que briller depuis trois matches, d'un Mipoka qui prend de l'aisance et de l'assurance tant offensivement que défensivement, autant de dangers qui viennent s'ajouter aux cadres du 5 majeur, toujours aussi précieux dans les moments difficiles.
Malgré tout, les limougeauds ne remporteront pas ce troisième quart qui sera peut-être le meilleur des rouennais, même s'il ne sera pas le plus prolifique en terme de points. Alternant les défenses, les rouennais parviennent à écarter les intérieurs limougeauds (Massie et Traoré) de la raquette provoquant une série de shoots extérieurs pour lesquels Milbourne est si précieux. Fred sarre a à peine le temps de réagir que déjà le SPORB est revenu à 16 point, écart qui, sans être réellement alarmant, sonnera le glas des espoirs de la poignée de supporters adverses. Conscient du danger représenté par un Siggers rageur, Landon Milbourne répond à un panier litigieux de Bronchard par un dunk sur la tête de... Bronchard qui a le don de littéralement réveiller Beaublanc et donne 25 points d'avance (68-43, 28ème)
La fin de match sera une affaire gestion du scoring avec un matelas oscillant gentiment autour des 20 points. Le SPORB en profitera pour rectifier sa ligne de stats à 3pts en les enfilant un peu (trop?) comme des perles. Ci-dessous les deux dernières minutes et le panier qui permet de passer la barre des 100 points pour la deuxième fois... en deux matches à domicile.


Rouen, un candidat à la montée ? Vraiment ?

Ce soir, s'il est évident que Rouen a des qualités indéniables avec l'expérience de Poupet, le scoring de Siggers et la rage de vaincre de Bronchard, cette équipe n'a pas non plus été tanscendante et ne fait pas aussi peur que sa réputation de grand rival pour la montée a pu le laisser penser. Peut-être se réveilleront-ils mais, sans virer dans le triomphalisme, jamais les joueurs de Michel Veyronnet n'ont été en mesure de d'inquiéter des limougeauds agressifs et adroits.

Alors que conclure ?

Pour moi, il faut simplement être satisfait de la prestation du soir et notamment de l'apport du banc (41 points marqués par le banc sur 101 dont 19 pour Traoré). Il faut également se satisfaire du mental de ce groupe qui a, comme nous l'espérions tous, rectifié le tir après le revers lillois. Habitués malheureusement aux déceptions ces dernières saisons et les cicatrices étant non encore fermées, nous craignions tous au fond de nous que l'équipe ne perde confiance en elle suite à cette première défaite. Heureusement pour nous, en basket, si le score peut virer à notre désavantage, les qualités techniques de ces joueurs ne peuvent disparaitre pas du jour au lendemain. les limougeauds avaient à coeur de redresser la barre, ils l'ont fait avec brio face à un des prétendus ténors du championnat. Soyons satisfaits de cela et laissons-les désormais se pencher sur les prochaines échéances qui ne seront pas les plus faciles à honorer de la saison. Ayons confiance en ces joueurs et ce coach, le CSP version 2011-2012 est taillé dans le roc et est promis à de grandes choses. Perdre à Lille a peut-être été une bonne chose, elle aura permis de montrer à ces hommes qu'ils ne sont pas invincibles mais justes très forts et capables de nous ramener là où nous devrions être... en Pro A.

  • Autour du match
  • Commentaires (28)