Présaison CSP 2018/19

Le CSP envoie Orléans au bûcher et embrase Beaublanc

Illustration

Au terme d'un match maîtrisé par un CSP dominateur, mais qui a tout de même concédé un QT, Limoges balaie l'OLB comme on pouvait l'attendre de la part d'une équipe d'Euroleague opposée à une équipe du ventre-mou de la ProA. Analyse.

Avec un véritable road-trip en perspective (Malaga-Strasbourg-Berlin-Nanterre) et après une véritable bourde au Havre, Limoges n'a qu'une seule façon d'aborder la réception d'Orléans : la victoire et avec la manière ! Il s'agit d'imprimer une nette domination sur la ProA élargie sauce wild-card afin de pouvoir vraiment se concentrer sur l'Euroleague et d'y tenter un coup. On reparle de tout ça dans la conclusion.

QT1 : On creuse le trou... en défendant comme des bêtes !

30 points inscrits en un quart-temps c'est bien, mais 14 encaissés c'est encore mieux. Avec son désormais habituel mais néanmoins singulier 5 majeur 100% JFL (Westermann-Amagou-NBC-Moerman-Zerbo) le CSP prend d'entrée Orléans à la gorge via Moerman pour creuser un premier écart 11-5 avant de se laisser remonter à 13-10... mais ce sera là la seule lueur d'espoir pour les hommes de François Peronnet. Smith et Batista apportent beaucoup d'adresse et renvoient les orléanais à leurs études. Jamar assassine même le moral des visiteurs par un tir du milieu de terrain pour conclure le premier acte. Si on parle beaucoup des marqueurs, la défense est pourtant bien la clé. Kmac est muselé et on sent clairement que les matches d'Euroleague donnent un rythme défensif aux limougeauds à des années lumière des standards de ProA.

QT2 : On garde la cadence

Malgré un "petit" retour autour des 10 unités de retard, Orléans ne voit pas le jour et les partenaires de Drew Viney ne parviennent pas à endiguer la reprise des affaires initiée par Adrien et Nobel avec toujours une adresse à 3pts qui fait tomber la foudre de Beaublanc sur des adversaires embarqués pour une bien mauvaise soirée. Au chapitre des individualités, on notera le manque de confiance de Plaisted, toujours en deçà de sa vraie valeur et un Southerland très actif mais pas assez servi en attaque. 56-33 à l'heure de rejoindre les vestiaires, le contrat est rempli à la mi-temps et des 2 côtés du terrain. Reste à ne pas flancher au QT3 comme bien souvent par le passé et annuler le travail d'une belle première partie.

QT3 : Une domination évidente mais un QT perdu !

Ce qui frappe dans cette 3e période c'est le paradoxe entre l'impression de domination donnée par cette équipe du CSP sur un Orléans dépassé et les erreurs accumulées qui conduisent à un bilan négatif d'un petit point 18-19 (sur les 23 d'avance cela se ressent peu certes mais dans un contexte plus serré, un tel QT aurait pu coûter cher). Malgré l'avance, c'est bien le 5 JFL du départ qui se présente à l'entame de la seconde mi-temps. Nobel produit alors son plus mauvais passage, secondé par des erreurs indignes d'une équipe qui devrait la jouer Euroleague et fautes tactiques au lieu de concéder des and-one à l'image de Batista qui "frottouille" son vis-à-vis juste assez pour se faire siffler mais pas pour l'empêcher de conclure son action. Fort heureusement, Smith a su se montrer régulier derrière l'arc (5/6 au final soit 83% svp) pour garder la tête du CSP largement hors de l'eau bien aidé par un Camara de gala au rebond.

QT4 : La mise à mort

Les JNFL sont en piste pour finir le travail et la paire Plaisted-Camara fait un sacré ménage dans le secteur intérieur caspérien des orléanais. Southerland prend enfin son envol avec un dunk ravageur et deux flèches à 3pts ovationnées par Beaublanc. Ce QT sent la libération et la prise de confiance pour beaucoup de monde... du côté limougeaud il va de soi ! A noter l'attitude très positive de Nobel debout sur le banc pour encourager ses coéquipiers. 88-57 à 4min de la fin la soirée semble déjà belle, quand Camara fait passer la barre des 100 points dans la dernière minute (pour la 1ère fois en championnat depuis le 12 novembre... 2011 en ProB... et en ProA cela remonte à avant 2004 mais j'ai abdiqué dans les recherches !) le spectacle est alors complet et les nouveaux tableaux d'affichage-LED de Beaublanc inaugurent la 3e colonne au terme d'une soirée euphorique reléguant Orléans à 102-66 avec un malheureux KMac à 8pts à 3/11.

Que nous apprend ce match ?

Difficile de ne pas repenser au Havre et de ne pas se dire que quelques coups de pieds au derch' se sont perdus ce soir là ! D'un autre côté cette bourde fut peut-être bénéfique en terme de prise de conscience. L'avenir le dira et si les limougeauds expédient avec ce sérieux tous les candidats "moyens" de ProA, accéder aux playoffs ne sera qu'une formalité. Les enseignements sont aussi riches à l'échelle de la ligue : l'élargissement voulu par la LNB avec les Wild-cards distribuées à Chalon-Reims et Rouen ont bien hiérarchisé la ProA... mais par le bas ! Et pas forcément pour les deux concernés mais la répartition des joueurs de niveau ProA (JLF comme étrangers) et l'entrée dans l'élite de plusieurs "bons joueurs de ProB" (aussi bien tricolores qu'US un peu cheap) n'a a l'évidence pas augmenté la valeur moyenne de la ProA. On pourra disserter sur le fait que ce mal soit utile et que l'Espagne ou l'Italie fonctionnent sur ce modèle, on dira qu'on s'en fout tant que Limoges reste dans le haut du panier.

On pourrait aussi conclure hâtivement que Kanté est le chat noir du CSP et que son absence a conduit à ce joli résultat mais ce serait plus que taquin, en revanche on peut légitimement se demander si Lamine a un avenir au CSP tant Fred Forte a visiblement tenu a médiatiser la "faute professionnelle" de l'absence à l'entraînement et l'immédiateté de la sanction. Si la sauce interne ne nous intéresse guère, Lamine n'étant pas un rouage essentiel, c'est la cohérence de la démarche de 12 pros qui pourrait se voir remise en cause et par la même la visée à moyen/long-terme de l'usure de l'effectif pour l'hiver qui arrive. Bref, si Kanté doit être viré (un 3e ailier derrière Nobel et Souhterlanf est-il crucial ?) qu'il soit remplacé rapidement et de préférence par un meneur de calibre ProA).

Allez, je me dois de souligner (à la demande générale de la rédac de BBcom) la belle prestation de JP Batista avec 18pts à 9/10 4rbds et 22 d'éval en seulement 15min. J'ajouterais toutefois que ses 4 prises sont défensives et qu'il est définitivement un bon intérieur... de ProA. Le maître à jouer de cette équipe limougeaude demeure toutefois Adrien Moerman, leader moral et statistique avec une nouvelle sortie mastoc à 17pts 9rbds et 3pds pour 25 d'éval en seulement 19min. Léo a une nouvelle fois fait forte impression avec 5pts 6pds 4int et 15 d'éval en 20min.

Un autre point positif réside dans l'utilisation de la longueur de banc de la part de JM Dupraz : personne au dessus de 25min (Jamar) et une circulation de balle couplée à une répartition des tickets-shoot qui envoient 5 joueurs en "double-figure" (Smith 19, Batista 18, Moerman 17, Southerland 11 et Camara 10). Le 139 à 54 d'éval collective vient porter le coup fatal à un OLB qui va devoir bosser sérieusement pour se remettre de cette escapade en Limousin fort douloureuse.

Limoges a maintenant les yeux tournés vers la péninsule ibérique et son tout dernier adversaire européen du siècle dernier : Malaga ! Let's feel devotion!

  • Autour du match
  • Commentaires (52)