La ruée vers l'Orléanais

Illustration

Pour ce premier match de la saison, le Limoges CSP ne reçoit pas l'équipe la plus simple à jouer puisque c'est Orléans Loiret Basket qui arrive à Beaublanc. Présentation de ce match presque comme les autres. 6 ans d'attente ! 6 ans ….. avant de revoir un vrai match de pro A. Alors, certes, Orléans était venu l'an dernier pour un match de coupe de France accroché au score sur le terrain et animé dans les tribunes, mais samedi, ce ne sera pas pareil.

Orléans présente un énorme avantage par rapport au CSP : Orléans a en effet déjà repris les matchs officiels avec un aller retour conclu négativement contre Mariupol un match à la vie à la mort pour se donner le droit d'aller en EuroCup (la coupe d'Europe n°2).

D'un autre côté, on va le voir, Orléans a fait le choix d'un roster réduit (au contraire des 10 joueurs pro limougeauds) avec seulement 8 professionnels mais de grande qualité. Donc une légère fatigue pourrait se faire sentir (on se souvient l'an dernier, avec 9 joueurs pros, qu'Orléans n'arrivait pas à suivre en étant aligné en Europe et en France et que c'est suite à son élimination en Euroleague que son classement en pro A s'était redressé).

Le CSP reçoit donc une équipe en forme, déjà rompue à la compétition mais avec un match dans les jambes le mercredi 6 octobre en Ukraine soit 72h avant le départ de la pro A.

Si c'est toujours le même coach Philippe Hervé, passé maître dans l'art de faire déjouer les adversaires d'Orléans, qui est à la tête de cette équipe, les joueurs eux, ont changé. Il n'en restera que deux qui ont foulé le parquet de Beaublanc (Cedric Banks étant passé du côté CSP). Et leur nombre est passé de 9 à 8 avec une belle complémentarité entre les postes.

Illustration
Aldo Curti :
En pleine évolution (23 ans et 1m80), ce meneur est en train de s'acheter un tir. S'il parvient en plus à arrêter ces pénétrations à la "je pénètre et je verrais bien ce qu'il se passe", il va devenir vite très important à cette équipe. Pré sélectionné en équipe de France (d'un autre coté, qui ne l'est pas vu que notre brique-man préféré, je cite Larrouquis l'a été), ca peut être sa saison cette année.

Illustration
J.R. Reynolds :
Champion de France lors du dernier titre de l'ASVEL (12 points et 4 passes lors de son passage en 25mn), ce meneur/arrière (26 ans et 1m88) vient apporter toute son expérience, son intelligence et son tir. Il est à surveiller comme le lait sur le feu (bien qu'il sorte d'une saison décevante en Italie l'an dernier).

Illustration
Troy Bell :
Lui, c'est du lait sur le feu qui est à ébullition ! Il faut l'éteindre dès le début du match sous peine de gros cartons. 30 ans, 1m86 et un palmares long comme un bras : champion du monde U21 avec les USA en 2001, meilleur joueur de Lega Due Italienne (oui la même que Brent Darby mais c'était pas 10 points par match mais plutôt 20 !) en 2009, c'est du lourd avec un sang froid de crotale !

Les tractions arrières de petite taille passées (complétées par les jeunes William Hervé – oui le fils de- et Maël Lebrun), nous arrivons maintenant aux postes 3-4-5 avec de la taille et du volume de jeu.

Illustration
Maleye N Doye :
30 ans, 2m02, ce travailleur de l'ombre arrive à Orléans après une saison difficile au Mans dans l'ombre de Dee Spencer. Ce bon shooteur ne voyait pas beaucoup de ballons dans la Sarthe et il espère bien pouvoir montrer à Orléans toutes les facettes de son talent.

Illustration
Amara Sy :
C'est LA RECRUE d'Orléans (j'allais dire de l'Entente mais il n'y a pas que les joueurs qui ont valsé cet été mais aussi le nom du club !). Inutile de le présenter, passé par Villeurbane et après des essais infructueux en NBA (pour des raisons de visa) et une saison dernière en Espagne, il veut se relancer en France et montrer qu'il est toujours l'Amara Sy qu'on connaissait (13 points, 5 rebonds et 14 d'éval en 30mn lors de sa saison 2008/2009 à l'ASVEL). Il sera amené à jouer sur les postes 3 et 4. Il aura sans doute quelques automatismes avec Reynolds qu'il a cotoyé dans le Rhône.

Illustration
Jamar Smith :
Lorsque le CSP cherchait son 4, Orléans faisait de même et les deux clubs n'ont pas opté pour le même profil. Si le CSP a recruté un 4 fuyant et adroit de loin, Orléans a pris un joueur de même taille (2m06), technique et mobile mais plus attiré par le cercle. Pouvant jouer 4 et 5, il est complémentaire de l'autre poste 4 à savoir...

Illustration
Adrien Moerman :
2m et 22 ans, c'est le "Salmon" orléanais avec des épaules de déménageur. Capable de s'écarter avec réussite et d'aller également au charbon dessous (j'ai mis des guillemets en parlant de Salmon), il est l'homme en forme des matches de présaison.

Illustration
Zach Moss :
La petite boule de muscle d'Orleans. 2m01, c'est une petite fixation intérieure par la taille, mais grande par sa puissance et sa mobilité. S'il n'est jamais passé par un gros club français ou européen, il aligne chaque saison des statistiques d'un très bon niveau (13 points, 6 rebonds et 14 d'éval en moins de 30 minutes sur les dernières saisons). On va donc pouvoir avoir un aperçu rapide de ce que vaut vraiment notre pivot qui semble être en or massif face à ce joueur habitué de la pro A.

En présaison, Orléans, c'est 9 matches et 0 défaites (dont des victoires sur Nancy et Roanne).
Mais c'est aussi une défaite en prolongation lors du trophée des champions contre Cholet (après un gros match malgré tout) et une élimination contre Mariupol. Et le meilleur marqueur n'est autre qu'Adrien Moerman avec ses13,6 points. Ce qui prouve qu'aucun joueur majeur n'émerge mais qu'il s'agit déjà d'un gros collectif. Lors du match à Orléans contre Mariupol, Troy Bell avait marqué 18 points mais les 7 autres pros tournaient entre 6 et 13 points témoignant que le danger pouvait venir de partout ...

Dernier détail qui ne concerne pas l'effectif actuel mais le staff orléanais. Le club est toujours en conflit juridique avec Ludovic VATY quant au montant du rachat de son contrat. L'intérieur avait été signé cet été par Grenade qui se serait engagé à verser une indemnité au club français mais le joueur n'a pas passé avec succès les tests médicaux. Pendant ce temps, Orléans a constitué son effectif et compte sur la somme promise par Grenade et "prétendument" garantie par le joueur (et/ou son agent). Les deux parties sont aujourd'hui dans l'impasse, Vaty se soigne par infiltration et l'OLB espère qu'un club susceptible de payer ce "buyout" sera intéressé par son ex-joueur rapidement.

Pour corser l'ambiance de ce match d'ouverture, des cars orléannais sont attendus à Beaublanc samedi soir. Tant mieux, plus on est de fou, plus on rit mais entre quelques cars et 5000 limougeauds, il ne devrait pas y avoir photo. En espérant que ca se concrétise sur le terrain pour bien lancer sa saison.

  • Autour du match
  • Commentaires (5)