Là, faut faire quelque chose... Limoges s'incline une nouvelle fois à domicile

Illustration

Limoges s'est de nouveau incliné dans sa salle 76-71 face à une équipe de Hyères-Toulon pourtant bien prenable mais les cerclistes n'ont pas su tenir l'attaque varoise et en particulier le domaine du rebond offensif. Malgré une fin de match haletante, Limoges a été bien trop médiocre pendant les QT 2 et 3 pour mériter un victoire construite. Le hold up a failli être limougeaud mais le technicien local n'a pas su trouver les systèmes et les mots pour pousser son groupe pourtant talentueux à renverser les bleus et jaunes. Analyse

Comme à son habitude (sauf face à Strasbourg...), le CSP a pourtant bien débuté le match avec un jeu de passes très agréable et de l'intensité défensive. D'ailleurs, les locaux menaient 22-14 après 7 minutes de jeu déclenchant ainsi un temps mort du coach varois, Alain WEISZ stoppant ainsi net une hémorragie naissante. Néanmoins, les limougeauds parviennent à maintenir l'écart grâce à un Guinn (très décrié, rappelons-le au cas où) que j'ai trouvé bien plus impliqué au rebond qu'à l'accoutumée. En revanche, il est déjà temps de mettre un bmol sur l'apport de Mr Adams tant il fait preuve de déchet aux shoots (5/16 ce soir dont 1/8 au delà des 6,75m... pas terrible pour un shooter!). FIN QT1: 29-24

Puis vient le 2nd quart-temps et, à partir de là, je ne peux que stopper le positif tant la prestation proposée est triste à mourir. Très vite, le HTV malmène les limougeauds tant en attaque qu'en défense. De toute façon, la défense limougeaude n'existe pas et j'en veux pour preuve la quantité énormissime (je ne les ai pas compté, j'avoue..) de rebonds offensifs pris par les coéquipiers de Shaun Fein durant cette période de jeu. A ce petit jeu là, les locaux ne résistent pas longtemps et c'est en toute logique que les varois prennent l'avantage 29-30 après 13 minutes de jeu. Guinn sauvera bien l'espoir quelques secondes en redonnant l'avantage aux siens sur un tir longue distance (32-30 après 13'36) mais c'est l'arbre qui cache la forêt. Limoges est mal, très mal. A la seconde même où Souchu pose le pied sur le parquet, il est aussitôt sifflé par Beaublanc. On vous dit qu'on est mals! Rendez-vous bien compte, alors que Karim (dont nous ne contestons pas le trop faible apport et je dis ça en pesant bien mes mots) est en conflit avec le coach, le public de Beaublanc (que je peine de plus en plus à comprendre) choisit de conspuer le joueur local qui rentre en jeu... Comment voulez-vous que ce garçon ne réussisse quoi que ce soit? Pas étonnant qu'il n'ose prendre un shoot ouvert quelques minutes plus tard. Pas étonnant non plus, qu'il ne fasse pas le bon geste en défense et se voit siffler deux fautes coup sur coup. Je ne défends pas Karim qui a frôlé la faute professionnelle en tenant des mauvais propos à l'égard de son coach mais ces propos sont-ils complètement injustifiés? Bref, il est temps que Noël arrive car Adams rate toujours ses shoots, Karim prend des fautes, Guinn a laissé sa place à Salmon et Hyères Toulon profite de tout cela pour enfoncer la clou et nous mettre à 6 longueurs que nous ne rattraperons jamais! (34-40, 16ème) Pourtant Eric Girard se dit qu'en continuant ainsi, c'est la doudoune assurée et prend un temps mort. Sage décision! Mais que leur a-t-il dit? Voilà ma petite idée: "Bon, les gars, on prend cher, mais on va essayer de les prendre par surprise et vu que Chris a droit à sa défense personnalisée, on va quand même tenter de lui donner la balle et si ça marche pas, on passe la balle à nos 4 qui shooteront à 3 points d'accord? Et plus vos passes seront bizarres et risquées, plus on risque de les surprendre.. appliquez-vous bien à faire ça! De toute façon, si ça rentre pas à 3 pts comme ça, on dira à la presse que c'est Guinn qui est nul!". Qui a dit que les joueurs n'écoutaient pas leur coach? C'est exactement ce qu'ils ont fait et, au final, les limougeauds rentrent au vestiaire avec 5 points de retard (40-25, mi-temps) mais 5 fautes d'avance au tableau (une seule sifflée au HTV en une mi-temps... qui a dit "manque de percussion"? qui?)

Illustration

Au retour sur le parquet et après avoir assisté à un magnifique défilé d'objets recyclés, on se dit que l'objectif est de repasser en tête le plus rapidement possible. Oui, mais ça c'est pour les équipes normales, pas pour le CSP. Puis vient le Zach Wright show. Avec Massie, ils doivent bien regretter d'avoir signé à limoges l'été dernier... je ne vais pas épiloguer sur les propos de Forté en fin de match ("Le bilan de notre jeu c'est pick n roll Zach Wright/Chris Massie ou alors 1c1 Zach Wright ou 1c1 Chris Massie"). Notre ex-présicoach a raison... le jeu du CSP cuvée 2010/11, c'est ça. Zach Wright rentre en zone offensive. Comme personne ne bouge, il décide d'y aller seul en pénétration. Il se fait plaquer en shootant et se fait mal à la hanche. Il obtiendra deux lancers qu'il ratera... tout un symbole. Mais peut-on vraiment lui en vouloir? Qui est fautif dans l'histoire?

Je ne sais pas si vous connaissez "l'histoire du fou sur le pont" que de nombreux professeurs de français proposent à leurs élèves pour travailler l'argumentation occasionnant de vifs débats. Pour faire bref, ça donne à peu près ça: "Une femme battue par son mari passe de l'autre côté de la rivière pour se réfugier chez un autre homme qui rêve d'être son amant. Elle passe à la casserole et, prise de remords le lendemain matin, décide de repartir chez son mari avant que celui-ci ne se réveille. Seulement voilà, sur le pont, il y a un fou qui la menace de la tuer si elle passe. La seule solution pour revenir chez son mari est de traverser la rivière par la barque du passeur qui lui réclame pour cela de l'argent que son amant refuse de donner, ne voulant pas qu'elle retourne chez son mari. Sans le sou, elle n'a d'autre choix que de passer par le pont sur lequel le fou la tue". Qui est le fautif dans l'histoire? Tout est possible en argumentant. Nous sommes exactement dans le même cas cette saison à Limoges. On est dans la merde et on ne sait pas trop à cause de qui tant chacun apporte sa pierre à l'édifice.

Je lance donc le débat: "Et tout ça, c'est de la faute à qui?" moi je vote pour le préparateur physique car ça fait longtemps qu'on a pas tiré sur eux... (humour bien entendu).

Pour le reste du match dont je ne parle volontairement plus? ben je me suis grave ennuyé; j'ai compris dès la 25ème minute que c'était plié... Le troisième quart s'achève sur le score de 52-65. Entre temps, l'un des arbitres a fait des siennes et s'est pris une bronca par Beaublanc.

Lors du dernier quart, on a cru à un sursaut. Limoges est même revenu à 2 points en intensifiant sa défense avec prises à deux et press tout terrain faisant regretter quelques secondes aux varois leurs paniers ratés par facilité lors des minutes précédentes... Malheureusement, quand on entreprend un remontée comme celle-ci, il faut savoir allier adresse et lucidité et c'est bien là que la bas blesse. Les limougeauds n'ont pas été assez lucides. Guinn rate son shoot. Sur le contre, il fait faute. La pauvre varois ratera ses deux tentatives sous une bronca assourdissante laissant ainsi la balle à Zach qui ratera son lay up alors qu'il ne reste que quelques secondes et Adams fait un magnifique air ball à 3 secondes du buzzer final. Fin du match: 71-76

Alors, soyons clairs, la victoire n'aurait pas été méritée du tout et il ne faudra pas jeter la pierre à Adams pour sa pathétique soirée. Le pauvre ne fait que ce qu'il peut. Je crois qu'il est temps que des choses changent. Qui va partir? qui va arriver? seul Maitre Forte a la réponse... peut-être a-t-il envoyé une jolie lettre au Père Noël, c'est à souhaiter.

  • Autour du match
  • Commentaires (27)