La crise de la quarantaine (84-45)

Illustration

Mes amis, ce soir il s'est passé quelque chose. "Quoiiii doooonccc ?" me répondez-vous, à moitié attentifs... Hé bien je vous répondrai que dans ma boule de cristal, je vois là un très bon Limoges CSP qui n'a pas encore étalé toutes ses cartes ! "C'est touuuut ?" me renverront les plus sceptiques. Heu... bin non, mais la suite est dans l'analyse. Alors bonne lecture !

Bon, pour les plus pressés, tout ça est résumé après le compte-rendu du match. Un match qu'ont débuté côté limougeaud Brent Darby, Karim Souchu, Alhaji Mohammed, John Ford et John McCord. Tout le monde a été applaudi, je précise (ouiii, Brent aussiii), sauf euh... Le monsieur de Bernis dont tout le monde a détesté l'intervention au micro. Mais bref, peu importe.

1er quart-temps (20-13)

Pour ne rien vous cacher, on s'est fait une belle frayeur pour commencer. Parce que c'est avec un 5-0 pour les Périgourdins qu'on a entamé notre route vers ce succès. Une première série qui aura longtemps forcé les Cerclistes à courir après le score, ce qui n'est jamais bon, surtout en début de rencontre. Ainsi il aura fallu que le taulier John McCord vienne au secours de ses ouailles, montrant le chemin à Mohammed et Souchu, toujours aussi complices. Une des grosses lacunes limougeaudes fut tout d'abord cette maladresse à 3 points, dont heureusement les bleus n'ont pas su profiter. Mais après 6 grosses minutes ternes et sans intérêt, la révolte sonne à Beaublanc. Finies les pertes de balles, on revient à égalité et on prend les devants dans la foulée(15-11). Voilà qu'on peut respirer après avoir évité le pire. Philippe Ruivet prend alors son premier TM du match, mais SuperMomo rajoute 4 points tranquilles, sanctionnant des Boulazacois (humm ça se dit ça ?!) qui viennent s'empaler dans notre défense redorée après quelques flottements. +7, on s'en sort bien.

2e quart-temps (19-8, 39-21)

Retour aux choses sérieuses avec Vincent Mouillard qui ajuste la mire de loin (23-13) avant de faire montre d'une grosse envie, bien aidé par Karim Souchu. François Renaux nous fait admirer son désormais habituel 0/2 toujours aussi apprécié dans les travées du Palais des Sports. L'Américain Brent Darby nous confiait en interview cette semaine qu'il était "un bon meneur". Il essaye de nous le prouver ce soir en rajoutant à son tour 3 points dans la musette, poussant Boulazac à demander un nouveau temps-mort. En effet, la défense limougeaude est très solide et oblige les Boulazacois à prendre des shoots difficiles et faire des passes hasardeuses. Grâce à ça, le CSP sale l'addition, peu à peu. Mais on note qu'il aurait pu renverser le sel avec moins de maladresse, et c'est bien dommage. A 32-19, on se demande ce qui peut nous arriver ce soir. Et puis on voit Darby perdre la balle... Et puis on repense à Nanterre. Et puis Aurélien Salmon nous fait oublier tout ça, en apportant sa pierre à l'édifice (5 points en quelques secondes). 39-21, on apprécie grandement.

Enfin bref, pour résumer, une vingtaine de points à la mi-temps, c'est quand même bien et on va pas s'en plaindre. Reste à savoir si Limoges saura, pour une fois, être constant jusqu'au bout (mais bon, vous avez vu le score et comme a priori vous êtes pas trop cons, vous connaissez la réponse).

3e quart-temps (21-11, 60-32)

Vincent Mouillard, plutôt en réussite, rentre 3 nouveaux points, avant de nous faire un 0/3 sur d'excellentes passes de Magic SuperMomo. Mais bon, 44-28, rien d'alarmant. Et là, Brent Darby devient excellent. Esseulé dans le corner, il se met lui aussi à shooter de loin. Bim, tout le monde exulte. Très bon dans le jeu, il s'isole encore dans le corner. L'autre cette fois. Bim. Tout le monde exulte. Bin voilà, c'est pas plus compliqué que ça ! Comme quoi, notre meneur n'a peut-être pas dit son dernier mot en Limousin. 54-30, le CSP creuse, et plutôt pas mal. Et Darby continue à bien se battre en défense, tout comme Passave-Ducteil qui se bat tellement qu'il s'en jette sur les pom-pom girls. Et on le comprend. Humm, pardon. Toujours est-il que cet état d'esprit tire tout le monde vers le haut. Euh ouais, sauf François Renaux qui prend une technique après avoir râlé un peu fort. Il sera remplacé par Lucas Durand, ovationné. Sinon, que dire d'Aurélien Salmon, tout simplement impérial sous la raquette ? Auteur de 7 rebonds défensifs ce soir, on peut le féliciter pour ce match de bonne, très bonne, allez soyons fous, très très bonne facture (14 points, 20 d'éval en 18 minutes). 60-32, le CSP compte 28 points d'avance et semble beaucoup plus serein que contre Nanterre.

4e quart-temps (24-13, 84-45)

Le suspens est d'ores et déjà mort, et ça sent la fête.
Raphaël Desroses pâle (ah ah ah) ce soir parvient enfin à ouvrir son compteur points, tandis que Salmon se gave sous le cercle, gobant tous les ballons tel un Pacman affamé de pixels. Alors par contre, petit coup de gueule contre Jonathan Aka. Le Périgourdin a tout fait pour se faire détester par le public de Beaublanc et aura réussi, après s'être énervé à moult reprises contre ses adversaires. Hué à sa sortie, il n'a pas aidé son équipe à garder la tête au dessus de l'eau. Salmon et Mohammed s'amusent à slalomer et à shooter, tout en gardant une imperméabilité défensive, parée à toute épreuve. Un scénario qui va permettre à Rodrigue Maza de faire ses grands débuts en Pro B (73-34). Maza et Durand sur le parquet, voilà qui était pour le moins inattendu, mais ça fait bien plaisir ! Lucas Durand justement qui aura pris cette fin de match à son compte, menant le CSP avec brio, et terminant son match par un gros contre. Tout un symbole... 84-45, une jolie partie de plaisir pour ce derby.

Pourquoi il s'est passé quelque chose ce soir

- Brent Darby a été bon. Avec 15 d'éval, il se rapproche de ce qu'on est en droit d'attendre de lui. Bon point, à confirmer !
- Alhaji Mohammed a fait des passes décisives avec les mains, et on lui a rien dit (Thierry, si tu nous regardes...)
- C'est déjà Noël à Beaublanc. On peut désormais apprécier de jolies guirlandes rouges sur les panneaux. Ça fait très NBA. Ouh yeah. Rien que pour ça, faudrait faire des stops plus souvent.
- Le CSP a été constant ! Après 5 minutes délicates, les 35 suivantes ont été très pleines, malgré un turnover assez poussé d'Eric Girard. Satisfaisant !
- Souchu auteur d'un petit 5, Desroses d'une négative... Mais c'est bien le signe qu'on a affaire à un groupe très complet, et ou tout le monde peut apporter sa plus-value (114 d'éval collective !)
- Autre point négatif et améliorable. Ce déplorable 15/29 aux lancers-francs !!
- Parce que la fête a été totale. On a presque fait la ola, Durand et Maza ont été sur le parquet en même temps pendant 4 minutes, et ont su maintenir l'écart (11-11 sur cette période).
- C'est là aussi le signe que le CSP peut encore progresser. Personne n'a joué plus de 24 minutes ce soir (Mohammed 24, Darby 22, Ford, McCord, Souchu etPassave-Ducteil 20...). La force du banc commence à se faire sentir. Tant mieux...
- Le Limoges CSP est seul en tête, grâce à la défaite de Lille à St Vallier !

Bon, je pense avoir fait le tour. En tout cas on a passé une bien bonne soirée à Beaublanc malgré l'opposition limitée offerte par Boulazac, et on espère bien remettre le couvert face à Brest, dans une semaine.

  • Autour du match
  • Commentaires (9)