Jordi m'a tuer...

Illustration

Même si le CSP est loin de pouvoir de nouveau rêver à sa réintégration au sein du gratin continental, nous pensons important de parler ici des évolutions en Euroleague, compétition où Limoges avait acquis ses lettres de noblesse.
Nous l'abordions il y a quelques semaines avec l'arrivée de Tony Parker à la vice-présidence de l'ASVEL, la voie semblait toute tracée pour une nouvelle formule de qualification dans la compétition phare européenne.

Pour rappel, la France obtenait jusqu'ici 2 places : une pour le champion de France (gagnée sur 1 match sec à Bercy... merci la LNB !) et une au ranking, savant calcul basé sur les résultats sportifs (saison régulière, playoffs, coupe de France) qui garantissait à son heureux bénéficiaire 3 ans d'Euroleague (Pau et Le Mans ont profité de "cadeau"... d'où l'endormissement de Pau pour finir où on le sait aujourd'hui).

Dans la nouvelle formule, la France perdait (logiquement) une place au vu de ses piètres (qui a dit pathétiques ?) résultats en Euroleague ces dernières années -la dernière qualif au TOP16 était le fait de Pau en 2007 et tenait à peu de chose...- mais, les représentants français en Euroleague (la LNB, Le Mans et depuis cette année Nancy) s'étaient vu "offrir" en échange de leurs voix une wildcard permettant de qualifier en Licence A un club de l'hexagone.

Petit lexique :
Une licence A serait un ticket garanti -sans regard sur les résultats sportifs- à un club pendant une durée indéfinie... sous entendue à vie !
Une licence B serait un ticket d'un an au champion du pays en titre.
Une licence B serait également attribuée au vainqueur d'un tour préliminaire réunissant des finalistes ou des 1ers de saison régulière (dont 1 français).
Une licence C serait octroyée au vainqueur de l'Eurocup précédente.

Illustration

Les nouveaux plans de l'Euroleague et de son CEO Jordi BERTOMEU comprenaient donc 1 licence B au champion de France et 1 licence A... qui semblait destinée à l'ASVEL pour de nombreuses raisons (financières, sportives, organisationelles...) sauf que... l'ASVEL ne votait pas !

Querelles de clochers aidant et fierté française de surcroît les représentants tricolores ont fait les beaux : le MSB s'est abstenu, la LNB a voté contre (M. LeGoff, pdt de la LNB et vice-pdt de l'ULEB, étant visiblement vexé de ne pas être consulté pour la création de cette "nouvelle" Euroleague), enfin Nancy, nouveau venu dans la cour des grands a aussi voté contre puisque cette formule ne lui garantissait rien (le système était effectivement risqué quand on a une poisse quasi systématique en finale !). Youpi, on est grand, on est fier on vote contre !

Sauf que... on est grand mais on n'est ni le chef, ni majoritaire... et comme par hasard ! Dans la dernière livrée de l'Euroleague "new look" M. Bertomeu a manifesté son mécontentement (et lui il est chef !). Du coup, les wildcards ont disparu et la France n'aurait plus qu'une place (pour le champion sur un match sec à Bercy rappelons-le... intérêt de la saison régulière de ProA nul !).
Devant cette situation l'ASVEL (dindon de la farce, bien freiné par son rival Nancy) s'offusque, le MSB regrette son silence et la France fait une nouvelle fois rire le basket européen mais sans sortir un short cette fois-ci... le tout en costume cravate et en coulisses !

On vous dira bien que ces décisions ne sont pas encore entérinées (puisque non votées en assemblée générale) mais il semble bien que le basket français paiera cher une attitude alésienne (cf Alésia pas Jean Alési !) de quelques dirigeants qui après avoir réussi à enterrer "le sport de l'an 2000" contre la volonté des médias qui voulaient en diffuser, vont sans doute inhumer les restes et les brûler sur l'autel de la bêtise !

Allez, voyons les bons côtés :
1) Limoges est loiiiiin d'être directement concerné
2) On n'aura plus de duels fratricides en Euroleague (arrêtez de rire svp !)
3) La France sera moins grotesque le jeudi soir...

De là à dire qu'un club au dents longues pourra assurer "pépère" sa saison régulière de ProA (histoire d'être qualifié en playoffs sans trop forcer) puis au printemps, faire péter les dollars et se payer tout ce que les clubs russes (voire NBA... l'exemple Childress a ouvert une brèche) laisseront sur le carreau pour jouer un coup en playoffs et s'offrir l'Euroleague sur un match à Bercy, il n'y a qu'un pas à franchir.

Quand on combine la stupidité de la formule française qui veut du "spectacle" (en exclusivité sur Sport+ ou Canal+), à la punition (quelque peu méritée) des instances européennes... on en arrive à une situation risible qui fait que sur un coup de poker de recrutement un laborieux 8e de ProA pourra jouer l'Euroleague et collectionner une bonne dizaine de branlées face à des équipes ancrées à vie (Olympiacos, Real, Pana, Maccabi...) et qui vont bâtir la future NBA Europe. Merci qui ?

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

6 commentaires

avatar

# 6 - kempt

18/02 - 12h00

Ce qui me fait le plus mal au coeur, se sont surtout certains anciens basketteur ou même certains encore en activité sans citer de noms, qui ne disent rien à:bj: ces cons de dirigeants. Soit ils sont blasés, soit il n'aime plus leur sport.

avatar

# 5 - pointguard

18/02 - 12h00

Je croois que le vainqueur de l'Euroleague est automatiquement qualifié pour l'édition suivante (une sorte de 2e licence C je suppose)

avatar

# 4 - CSP4EV3R

18/02 - 12h00

Mais bon, même le nouveau système Euroleague a ses limites... Que deviendré un club Licence B touché par la grâce, la chance et le reste et remportant l'Euroleague mais pas son championnat national ??

avatar

# 3 - CSP4EV3R

18/02 - 12h00

De toutes facon, rien n'est fait correctement ici. On n'entend même plus parler de la fameuse SuperLigue... Et y'a pas que en Euroleague que les gen rigolent : même dans les autres coupes d'Europe, la France est le bonnet d'âne...

avatar

# 2 - pat17260

18/02 - 12h00

Une NBA EUROPE est une bonne chose pour le basket mais pour la FRANCE j'ai un doute, certes il y a beaucoup de projet concernant des grandes salles' (ORLEANS, LILLE, ROUEN) etc... seulement en FRANCE on a 10 ans de retard, et le BASKET en FRANCE n'est pas asser diffuser et le grand public preferera surement une serie sur la TF1 q'un match de basket sur une chaine payante. Merci à nos dirrigeant qui ont profiter personelement de la medaille d'argent au JO DE sydney, mais le basket en FRANCE lui n'en n'a pas profiter. A qui la faute...:mj:

avatar

# 1 - bigman33

18/02 - 12h00

Il faudra me dire comment une équipe comme l'ASVEL avec à court terme un budget de 8 millions puis 13 ,n'aurait pas sa fameuse licence .
Moretton s'était retiré de la Lnb à cause de l'immobilisme du basket français et maintenant j'attends qu'une chose : que l'Asvel explose tout sur son passage et on verra qui avait raison .