Jamais 2 sans 3... Défaite 79-71

Illustration

Comme beaucoup le craignaient, le célèbre dicton a eu raison du CSP pour son 3ème passage à Bercy en 3 ans. Malgré une bonne prestation (contrairement aux deux fois précédentes), les joueurs de Zare Markovski ont d'abord craqué dans le 3ème quart puis dans les toutes dernières minutes. C'est donc la fin d'une saison qu'on essaiera d'oublier rapidement, en espérant que le club apprenne des erreurs commises et change sa ligne directrice.

Pour une 3ème saison à Bercy, le CSP repart une nouvelle fois bredouille. Sauf que cette fois, à notre grande surprise, il y a eu match. Pas un grand match de basket mais un match avec du suspense.

Déjà, sur le parvis de Bercy, les supporters chauffaient bien leur voix. Et ce fut pareil dans Bercy. Si le nombre fut incontestablement Chalonnais (plus d'un quart de Bercy était rouge), on entendait les limougeauds même de l'autre côté des tribunes même si on ne les voyait pas. Et pour essayer d'éteindre un peu Chalon (joueurs et supporters), quoi de mieux qu'un excellent départ (euh pas par le jeu mais par la réussite à 3 points sur des actions ... individuelles). La tactique de ce début (euh non de tout le match d'ailleurs) était simple : on donne la balle à Taylor qui essaye de se retrouver face à un intérieur adversaire pour provoquer ou sinon on donne la balle à Hite qui fait ce qu'il peut (et plutôt pas mal). Avec la réussite, ca donne un petit écart à la fin du premier quart temps. Et pendant que les américains cartonnaient à 3 points, Souchu faisait un boulot monstrueux en défense.

La réussite ne durant jamais tout un match à Bercy, Chalon revient progressivement, Beugnot harangue les supporters Chalonnais et on sent que ça peut mal tourner malgré le petit point d'avance restant à la mi temps.

Au retour des vestiaires, Chalon éteint complètement le CSP et on se retrouve alors avec 3 supermans crevés voulant sauver le club (qui a dit leurs stats ?). Sauf que, en face Chalon et Schilb montent en régime. Et vu que Chalon passe devant, on commence à entendre la masse de Chalonnais présents.
Une petite photo illustrant bien la tactique de Limoges en attaque :

Illustration


Hite prend la balle en tête de raquette, les autres attendent désespérément la balle derrière la ligne avec notre pivot qui fixe dessous dans la raquette (ah non ! Salmon attend lui aussi derrière donc ... on sait comment ça va finir, tir à 3 points et pas de rebond). Cette photo résume la tactique de Limoges en seconde mi temps.
Un dernier sursaut d'orgueil (et une bonne défense d'Ebi 2 fois de suite) a permis d'espérer un peu lors de la dernière minute mais Ndudi a craqué et voulu lui aussi sauver le club tout seul. Alors, on peut lui reprocher beaucoup de choses mais vu le nombre de ratés incroyables de Banks, le nombre de balles perdues de Hite (fatigué), le coup de folie d'Ebi n'est pas ce qui fait perdre le match (s'il avait défendu comme Banks par exemple, on n'aurait pas récupéré la balle).

Un dernier match qui résume donc notre saison : une dernière défaite alors qu'on aurait pu. On aurait pu rester en pro A, on aurait pu gagner la coupe de France. Seulement voilà, on est en pro B avec tout à reconstruire. Et cette fois, ce serait bien de faire des vraies fondations de A à Z sous peine que la saison prochaine ne soit plus tendue encore que cette saison (on ne parle pas de remontée immédiate mais d'un vrai club, d'une vraie équipe pouvant monter ensemble en proA prochainement).

Illustration
  • Autour du match
  • Commentaires (58)