Histoire d'Efes

Illustration

Vu la sinistrose régnant en ce moment autour du CSP, il fallait bien un titre comme celui là pour donner envie d'en savoir plus sur ce match et plus généralement notre humeur.
Car il n'y a pas eu de miracle ce soir à Istanbul. Mais le CSP n'a pas lâché (59 à 55 à la 28ème) contre une énorme cylindrée de l'Euroligue mais s'incline 92 à 74. Analyse ou plutôt histoire !

Humeur ...

Pour la première fois, je me suis forcé à regarder un match du CSP. Aucune envie de voir une nouvelle déculottée, de voir que les problèmes ne sont toujours pas réglés sur le terrain et hors du terrain, que personne ne prend ses responsabilités au sein du club et ce à tous les étages.
Et puis, alors là ça me fait mal de le dire, mais hier, j'avais aussi suivi une équipe intelligente, non, plutôt un club intelligent qui semble avoir appris de ses 3 erreurs des dernières saisons. Alors je n'avais pas honte, non, je n'étais pas dépité car vu les événements extérieurs, il y a plus grave dans notre monde. Non, je n'avais juste pas envie de voir ce match.

Du coup, tout en regardant quand même (on est supporter ou on ne l'est pas), j'en ai profité pour revenir sur le début de saison et essayer de voir les différences entre notre club à la dérive actuellement et d'autres.
- Strasbourg déjà : on l'a dit, une équipe complète dès le début (hormis Golubovic), épargnée par les blessés avec un coach faisant le recrutement et ayant le soutien total du président qui lui facilite la vie.
- Nancy, Orléans, Paris : Eux, ils ont eu des blessures et ont su à chaque fois trouver un pigiste immédiatement et on se dit que Nancy va sortir la tête de l'eau alors qu'Orléans est devant le CSP et que le PL recherche déjà un pigiste pour la blessure de 6 semaines de Rich après avoir auparavant virer leur meneur faute de résultat.
- Le Havre, Cholet, Rouen, Le Mans. Auteurs d'un mauvais début de saison ou non conforme à leurs espoirs, ils ont coupé des JNFL, ne les ont pas emmené en déplacement (Damion James). Et à chaque fois, le club a réagit, le président a fait son boulot, le coach a intégré les joueurs en question.

Et nous ?


Et bien, nous, on a été incapable d'avoir ne serait-ce que 75% de l'effectif à 4 semaines du début du championnat.
Et nous ?
On n'est pas capable d'avoir un président qui soutient le coach suite à l'attitude hors terrain d'un de ses joueurs (je ne parle pas de niveau de jeu car il y a des personnes nettement plus compétentes que moi).
Et nous ?
Nous ne sommes pas capable de prendre des mesures concernant des joueurs qui n'apportent pas ce qu'ils devraient sur le terrain.
Et nous ?
Malheureusement et on n'y peut rien, nous sommes touchés par une cascade de blessures sur à peu près tous les joueurs.
Et nous ?
De ce fait, le coach n'a pas pu travailler suffisamment et n'arrive pas à trouver la bonne recette (le bon miracle) pour essayer de mettre les joueurs dans les meilleures conditions (nous avons pourtant vu une qualité de basket comme on avait rarement vu ces dernières années sur 1 ou 2 matchs). Et les joueurs, surement touchés par tout ce que je viens d'évoquer, n'arrivent pas non plus à relever la tête. On a même vu surement le 1er airball dans sa carrière de Schaffartzik au lancer franc et Léo subissant sûrement le poids du capitanat et auteur de dernières prestations très mauvaises.

En résumé, tout le monde a une part de responsabilité, certains une petite, d'autre une très grande (vous avez du comprendre à la lecture de cette article qui, pour moi, a la plus grosse responsabilité). Tout découle de la pré-saison complètement ratée. Sauf que désormais, il faut regarder devant.

Des solutions ?

Elles ne sont pas évidentes, comment redonner confiance à des joueurs, comment redonner du talent à cette équipe ?
On l'a vu lors de la saison 2010-2011, virer un coach en mal de résultat et tenant tête à Forte pour le remplacer par un Zorro yougoslave s'est terminé en pro B (ce ne sera pas la pro B cette saison c'est évident, mais vu le niveau d'Hervé, il faut l'oublier en espérant que le président apprenne de ses erreurs ce qui ne semble pas forcément le cas vu certaines déclarations).
Régler le cas Culpepper : si ce joueur a un talent tel que le président le dit, de nombreux clubs devraient être sur les rangs non ? Et ça libèrerait une très grosse enveloppe (surtout si on inclut Daniels dans le lot pour prendre un vrai 4-5 aspirateur à rebond).

Motifs d'espoir

Alors pour ne pas rester sur une dose de sinistrose car ce n'est que du basket, il y a bien évidemment des motifs d'espoir.
- Camara est revenu de blessure, Payne va revenir et on fera peut être dimanche notre premier match au complet et sans blessé depuis le début de la saison (avec des joueurs dans les tribunes certes mais au complet).
- - On a la force offensive de Traore qui effectue sa meilleure saison en France et est nickel en terme d'envie.
On a également le capitaine de la sélection allemande qui décide de rester à Limoges pour toute la saison. Alors ok, on me parlera du salaire mais même. Le capitaine de l'équipe d'Allemagne veut rester au CSP.
- Nous avons dans l'équipe le MVP des dernières finales LNB, un joueur ayant fait l'Euro, le MVP "honorifique" JNFL de la saison dernière, un des meilleurs ailiers JFL, un ex NBAers ayant montré certaines choses et montrant surtout une dimension physique et une envie impressionnante.
Et tout ça coaché par le coach ayant réussi le redressement du CSP la saison dernière pour l'amener au titre (oui et un président ayant aussi permis d'avoir 2 nouveaux titres de champion)

A venir

De ce match, on peut quand même retenir certains points intéressants :
- Gatens est capable de prendre des tirs à la Jamar Smith en sortie d'écran. Il a scoré alors qu'il y avait match.
- Camara a retrouvé du temps de jeu poste 4 (Daniels décalant en 3 pour combler la blessure de Payne et pour faire souffler Boungou Colo).
- Les joueurs n'ont pas lâché le match, sont avec leur coach, et font ce qu'ils peuvent pour remonter la pente.
- Diawara confirme son envie
- Le CSP a retrouvé de l'adresse à 3 points (même si Daniels fait ses stats quand le match est plié)

Et puis un supporter, il donne son avis, il râle (et puis en France, on est assez fort pour ça, moi le premier) mais aussi, il supporte. Et puis un supporter à Limoges, il a le CSP dans le sang et même quand ca va mal, il se doit d'être présent pour espérer redonner la flamme à cette équipe. Et c'est pour ça que dimanche, le terme "peuple vert" doit prendre toute sa signification. Ce match fait partie des matchs hyper importants (pour la présence à la Leaders Cup pour un trophée - en bois ou non - , pour la confiance de tous) et tout le monde doit être présent derrière l'équipe la soutenir et faire le plus de bruit possible.
Car dimanche, il va falloir TOUT donner et TOUS ENSEMBLE.


Edit : Merci au public turc du basket pour le respect de la minute de silence et pour les pancartes à l'intérieur du stade. C'est là où on s'aperçoit que le public basket n'est pas le même que le public foot (enfin que la petite frange d'imbéciles du foot n'a pas envahi les salles de basket)

  • Autour du match
  • Commentaires (44)