Haute-Vienne 87, Rhône 69

Illustration

Belle ironie que ce score symbolique qui vient s'inscrire comme une 5e victoire de la saison pour le CSP ! Avec ce succès, Limoges s'accroche à la queue du bon wagon (13ème à seulement 1 point de la 8ème place) et s'évite une crise profonde. Dans un match qui paraissait compliqué avec de nombreuses absences, tout est bien qui finit bien sur le boulevard de Beaublanc où résonnent les coups de klaxons... Analyse.

On le sait, Eric Girard devait se passer ce soir de ses intérieurs jumeaux Aurélien Salmon et RT Guinn (qui devrait signer son retour sur les parquets contre Gravelines, samedi prochain). Chris Massie lui, était incertain. Alors, info ou intox ? Même après le match il est difficile d'apporter une réponse à cette question.

QT1 (22-18)

Toujours est-il qu'il a été titularisé, aux côtés de Wright, Adams, Biggs et Desroses (et s'en est sacrément bien sorti, vous le verrez).
Dès le début du match, c'est d'ailleurs lui qui lance la machine en se faisant respecter des deux côtés du terrain. Côté ASVEL, ça cale sur la ligne de départ et sur la ligne des lancers-francs (déjà 0/3 pour Kim Tillie). C'est l'inévitable Davon Jefferson qui permet aux siens de se maintenir à flots de façon spectaculaire.
Si Big Chris semble bien en jambes, il est bien aidé par un certain Zack Wright toujours aussi efficace dans le jeu de transition. L'entente entre les deux gaillards est vraiment au top, ils peuvent jouer les yeux fermés tous les deux - pas besoin de l'aide de chiens d'aveugles, comprendra qui voudra comprendre.

Oh tiens, et puisqu'on parle d'hommes du match, si on parlait de nos amis... BRETAGNE / LEPERCQ / BETTON ? Non parce que ces braves gens sont bien mignons, ils ont un sifflet et savent s'en servir, c'est déjà une bonne chose. Mais POURQUOI s'en servir à contre-courant ? Pourquoi offrir des lancers à Jefferson quand il trébuche ? Pourquoi siffler des fautes offensives qu'eux seuls arrivent à voir ? Pourquoi ne pas siffler les marchers villeurbannais ? Sans vouloir m'étaler, sachez que j'ai des copains qui auraient été bien plus sévères à leur encontre (et ils vous envoient le bonjour).

En tout cas, il est à peine plus de 20h et on se dit que le CSP n'a pas besoin de ça pour s'enfoncer, il sait déjà faire tout seul. Mais bon ! Il garde la tête haute pour le moment, et c'est pas désagréable. Desroses et Souchu y vont de leur petit shoot à 3 points et permettent de devancer les Rhodaniens de 4 points au buzzer. 22-18.

QT2 (16-10, 38-28)

Le QT2 commence avec un 5 plus expérimental composé de Biggs, D'Almeida, Weis et Souchu. Jefferson, omniprésent côté lyonnais, se fait plaisir sur un alley-oop que même Beaublanc apprécie (petit coucou à nos amis les espoirs qui nous en ont offert un tout aussi joli, avec Thomas Cornely et Sabri Lontadila).
L'écart se creusera en faveur du CSP avec un shoot à 3 points Ave Maria qui fait se lever Beaublanc dont il a le secret de Tommy Adams ! Adams, dont on se souviendra toujours comme le joueur qui shoote mieux quand il est pressé par 2 joueurs à 1 seconde du buzzer.
Le temps-mort de Nordine Ghrib à 28-20 ne fera rien et l'écart enflera. Notons la sortie de Karim Souchu sous les applaudissements de toute la salle, un fait qui fait tout aussi plaisir que sa très belle prestation du jour.

Dommage que le CSP perde encore tant de balles sur des attaques placées tant il sait se faire plaisir quand il joue à son niveau. Encore une démonstration avec la contre-attaque "interception de Souchu, relais sur D'Almeida avant de s'arracher pour donner à Desroses dans la raquette qui signe un plus one" ! 35-26 à ce moment de la partie.
Si la défense limougeaude est perfectible (là encore j'ai un copain qui saurait vous dire ça autrement !), elle signe un nouveau stop primordial quelques secondes plus tard, permettant au CSP de rentrer aux vestiaires avec un joker de 10 points sous le coude. On passera sous silence la dernière possession juste après un temps-mort demandé par le coach. C'est mieux comme ça.

QT3 (26-21, 64-49)

La seconde période commencera elle avec une belle passe volleyée de la "pile" Zack Wright en contre, qui se transforme en véritable offrande pour Raph Desroses (40-30). Karim Souchu, décidément très en vue et de nouveau en confiance, rajoute trois fois 3 points (dont 2 au buzzer) en l'espace de 2 minutes. On préfère le voir comme ça le garçon !
Mais Limoges ne se repose pas seulement sur son adresse extérieure comme cela avait pu être le cas par le passé, en témoigne la superbe passe de Wright pour Massie (on en revient à cette super entente : il FAUT garder ces types sur le long terme même si ça sera difficile, il faut leur proposer un vrai projet en béton armé !).

En face, l'ASVEL se repose encore et toujours sur son intérieur fétiche, Jefferson, qui surnage seul (22 points et 7 rebonds) au milieu de ses coéquipiers (0pt pour Paul Lacombe et Jackson, 1pt pour Zizic... même Gelabale fut assez timide avec 13 d'éval).
Tiens, si, j'ai noté une jolie petite "spéciale Gadou" de Kim Tillie, certainement déboussolé par les 3 points de Zaaaack Wriiiiight ! 62-45, Beaublanc n'ose pas chambrer, mais à +17, il commence à bien monter en température et en décibels... Le QT se termine à 64-49.

QT4 (23-20, 87-69)

15 points pour 10 minutes restantes, effectivement c'est bien, mais on en a tellement vu avec cette équipe qu'on reste sereins et attentifs à tout ce qui se passe. On ne veut PAS de prolongations ce soir ! Notre jeune papa ZW continue son show et pousse l'écart encore un peu plus loin suite à une accumulation de rebonds offensifs et d'interceptions : belle phase limougeaude, ça nous plait vraiment tout ça.
L'écart se stabilise alors autour des 20 points, et à 5 minutes de la fin on commence à se lâcher, au point de mettre la paille dans le cul de nos visiteurs - avec respect et délicatesse, bien évidemment. Stanley Dubois fait sa première apparition en pro à 3 minutes du terme (et 21 points d'avance), tandis que Zack Wright reçoit une belle ovation bien méritée.

La fin de match n'est plus que délectation (depuis Pau, on n'a pas vécu une fin de QT4 sans pression, alors on en profite...), les secondes s'égrainent et on ne panique pas à chaque possession, on sait que c'est fait. Et là, le score est de 85-69, et on se prend à prier pour que la dernière balle permette à Limoges de marquer 2 points. Surtout pas 3, mais bien 2. Histoire d'avoir un titre tout trouvé, et une belle histoire à raconter. L'histoire d'un match entre Limougeauds et Lyonnais qui se termine à 87-69 (nan, ça vous donne pas envie de raconter ça à vos petits-enfants un jour ? :)). Et Raph Desroses réalise notre rêve.

Bon. En tout cas, que retenir ?

Les joueurs Limougeauds se sont sortis les doigts d'entre les fesses. On sait leurs capacités, et on se doutait bien que sous la pression ils étaient capables de se révolter et de signer un exploit (souvenez vous, ma petite piécette dans l'avant match ;)).

En face, Villeurbanne a peiné, il faut bien avouer que pour une équipe d'Euroligue, l'opposition a été relativement modeste.

Mais on ne boudera pas notre plaisir, comme après chaque victoire cette saison, qu'on savoure autant qu'on peut. On a non seulement deux joueurs américains d'exception avec Chris Massie (31 d'éval, 9 rebonds et 21 points à 11/14 au shoot !), et Zack Wright (30 d'éval, 21 points, 8 rebonds (!), 3 interceptions, 7 passes)... Mais aussi des frenchies capables de BEAUCOUP quand ils le veulent. Je pense là à la persévérance de K.Souchu (17 d'éval et 15 points pour lui ce soir), mais aussi à Raphaël Desroses qui a une fois de plus apporté sa pierre (lui aussi 15 points).

Voilà ce qu'on veut tous les weekends, même quand tout n'est pas parfait : des leaders qui assument leur rôle, et des coéquipiers modèles qui donnent leurs tripes sur le terrain pour tirer 10 ou 15 d'éval.

Autre petite note, le CSP a gagné TOUS les quarts-temps, signe d'un début de régularité ! Aucun trou d'air à signaler !

La suite des événements

La semaine prochaine s'annonce chargée et compliquée (réception de Roanne en coupe, et déplacement à Gravelines). Dans 2 semaines en revanche, la venue de Vichy sera DÉTERMINANTE et Limoges pourrait en profiter pour s'enlever une aiguille du pied... D'ici là, le CSP remonte au classement et se donne de l'air grâce aux défaites de ses adversaires directs (Vichy, Poitiers, Pau, Le Havre), c'est pas du luxe !

  • Autour du match
  • Commentaires (41)