Évreux : Chronique d'une défaite annoncée

En jouant plus mal de semaine en semaine, Limoges subit une nouvelle défaite logique sur le parquet d'Évreux. Seul Salmon tire son épingle du jeu au milieu d'un collectif inexistant. score final d'une soirée de cauchemar pour le Csp : 95-77

Almonte n'ayant pas obtenu le feu vert du staff médical pour jouer ce soir, ce sont finalement Niakate, Larrouquis, Hayes, Salmon et Roberts qui entament la rencontre côté Limougeaud. Comme souvent, Limoges fait plutôt une belle entame : Niakate score deux fois, Larrouquis se chargeant de distiller les bons ballons, et le CSP prend un premier avantage (0-7, 2° min). Le duo d'américains d'Évreux se charge alors de rectifier la donne. Très efficaces en défense (bloquant par exemple Niakate sur une prise à deux), ils ne sont pas en reste et inscrivent chacun deux paniers de suite. Limoges fait plutôt confiance à Salmon pour faire front. L'ex-Nancéien se montre en effet impeccable, inscrivant 9 points de suite. Limoges tient bien, et le tir lointain de Larrouquis ne fait pas de mal (13-19, 7° min). Monnet lui répond toutefois immédiatement, avant que Downey ne s'enflamme littéralement à la même distance. Il permet à Évreux de retourner la situation et d'emporter le premier quart-temps sans contestation, avec déjà 15 points à son compteur personnel (24-19, QT1)

Comme souvent, après une bonne entame, Limoges se trouve donc déjà étouffé (et mené). Le temps que l'équipe adverse trouve comment bloquer l'attaque, et percer la défense des noirs, et Limoges ne sait plus à quel saint se vouer. Le deuxième quart-temps confirme bien ce scénario classique, avec l'incontestable domination Ébroïcienne qui se poursuit. Hayes et Roberts tentent bien de faire de la résistance, mais Lombahe-Kahudi ne rate rien, de près comme de loin. Depuis la 6° minute, le coach des locaux s'offre le luxe de se passer de Mathis l'américain et Micoud le shooter, sans le moindre impact négatif sur le jeu Ébroïcien (38-27, 14° min). Les esprits s'échauffent au sein même de l'équipe Limougeaude, comme lorsque Salmon explique à Niakate l'erreur qu'il vient de commettre. Au milieu d'une série de changements, un court passage de Renaux sur le terrain ne change rien aux affaires Limougeaudes, décidément mal embarquées. Hormis un panier de Roberts à la 16° minute (sur rebond offensif après un lancer raté de Renaux), les deux équipes ne scorent plus que sur la ligne de réparation pendant 3 minutes. Niakate perd bêtement un nouveau ballon que Menama ne laisse pas trainer, et on se demande clairement si le temps-mort demandé par Forte a encore une chance de renverser la vapeur (48-35, 17°min). L'interruption aura en tout cas le mérite de relancer Larrouquis qui nous gratifie d'une action à 4 points (3pts + faute). Hayes le suit et inscrit son premier tir lointain, et on commencerait presque à y croire (50-42, 18° min). La 4° faute de Gouez (qui vaut une technique au banc Limougeaud en exhibant ses majeurs au public local après son retour sur le banc) après seulement 6 minutes sur le parquet tempère toutefois l'optimisme des supporters ; ce même optimisme retombe complètement à plat avec un nouveau 3points de Downey. Un dernier shoot lointain de Niakate permet à Limoges de n'accuser « que » 10 points de retard à la pause (55-45).
On savait qu'il serait dur pour Limoges de faire un coup à Évreux, on est pour l'instant pas déçus ! Le scénario classique d'un match de Limoges se déroule tranquillement, avec une très bonne entame, puis un effacement complet des Limougeauds, qui subissent tout le reste de la rencontre. Le pire c'est que Limoges est pour l'instant très adroit (61% à 2pts, 60% à 3pts, 83% aux lancers). Mais Évreux avec des stats comparables, et un Downey qui livre un vrai match de mammouth (déjà 23 points, 4 interceptions et 3 passes...) joue un basket très efficace, contrairement à Limoges ou seul Salmon (14 points et 2 interceptions) tire véritablement son épingle du jeu pour l'instant.

Le retour des vestiaires ne change pas grand chose à la donne. Roberts alterne le bon (premier panier Limougeaud de la mi-temps) et le moins bon (attaque ratée malgré 3 rebonds offensifs de suite). Salmon décidément très seul enchaine deux tirs lointains, mais en vain, ses efforts étant instantanément effacés par l'attaque des locaux. Même lorsque la défense Limougeaude est à peu près en place, elle ne parvient pas à inhiber Menama et les siens (66-53, 24° min). Roberts, toujours sur courant alternatif dans son ancienne salle, enchaine lui un panier et sa 4° faute, avant de rater un dunk offert. Le public local ne boude pas son plaisir, et se régale en voyant son équipe dominer aussi nettement la rencontre. Monnet marque aussi bien de loin que de près, ne se prive pas d'attraper les rebonds offensifs qui passent à sa portée, et permet à son équipe de flirter avec la barre des 20 points d'avance (74-55, 27° min). À 12 minutes du terme, l'issue ne fait déjà plus de doute, il reste seulement à savoir de combien de points Limoges pourra bien perdre ce soir. Gouez revient sur le terrain et joue mieux que lors de son précédent passage, en poussant Monnet à la faute pour réduire l'écart, et faire le métier au rebond. Il reste toutefois à espérer un miracle... (76-60, QT3).

Limoges tient tant bien que mal la distance en début de quart, avant une nouvelle fois de se faire marcher dessus par Lombahe-Kahudi qui inscrit son 19° point de la mi-temps et amène son équipe aux 20 longueurs d'avance (82-62, 33° min). Micoud, jusqu'ici très en dessous de son niveau, trouve à son tour la mire de loin, suivi de près par Mathis, et la débâcle s'amplifie. Quelques Limougeauds assurent encore le minimum syndical, cherchant à éviter un goal-average trop monstrueux, mais doivent se contenter de tourner autour des -20. Menama et Niakate alimentent la marque en fin de rencontre, avec un dernier shoot du Franco-Malien qui permet à Limoges de sceller sa 4° défaite sur le score de 95-77.

Encore une défaite tout à fait logique vu la qualité de jeu présentée. Limoges pêche à la mène, où Niakate malgré des stats correctes commet encore des erreurs, et Toti reste transparent jusqu'aux derniers instants. Limoges pêche dans la raquette, où Gouez réalise un de ses plus mauvais matches et où l'absence d'Almonte pèse encore très lourd. Mais surtout Limoges se montre une nouvelle fois incapable de réagir dès que ses adversaires commencent à rentrer dans leur match. Comme souvent, Limoges tient tant bien que mal sur quelques exploits individuel, mais sombre collectivement. Pas de mouvement, aucun joueur qui se propose pour trouver des solutions en attaque, et une défense toujours plus indigente... Évaluation collective : 114 à 71.
Avec un effectif théoriquement pléthorique et construit autour d'un champion du monde, Limoges se retrouve à jouer à 8 (+ 1 minute pour Storozynski), avec une mène manquant d'expérience et une raquette très pauvre, et Limoges savait dès le départ que ses chances de gagner à Évreux étaient minces... C'est le monde à l'envers !
Seuls Salmon (20pts, 4 rebonds, 3 interceptions pour 19 déval) et Larrouquis (11pts, 3/4 à 3pts, 6 passes, 13 d'éval) donnent véritablement satisfaction.
La question du changement peut se poser dans cette équipe ; le staff Limougeaud devrait il chercher un remplacer à Lukovski, dont l'équipe est désespérément orpheline, où... trouver une autre solution ?

Le match de samedi prochain, qui opposera Limoges (3 victoires - 4 défaites), à Reims, relégué de ProA en situation plus que délicate (1 victoire 6 défaites), se présente dores et déjà comme un véritable « match de la peur », ou Limoges aura beaucoup plus à perdre qu'à gagner.

  • Autour du match
  • Commentaires (3)