Encore un Bercy raté

Illustration

Une finale, ça se joue pas, ça se gagne parait-il. Oui, certes, sauf que Limoges et Bercy, ces dernier temps, ça donne pas forcément de bons résultats. Et quand l'affiche est disproportionnée sur le papier, la mission semble plus que difficile. Alors, y-a-t-il un monde entre le top de ProA et le top de ProA (et d'Eurochallenge) ?

Oui, il y a bien un monde

Gomis, McAlarney, Desroses, Traore et Massie entament la rencontre face à Tchicamboud, Delaney, Evtimov, Aminu et Schilb. Limoges souffre un maximum dans le premier quart, accusant très vite le coup (21-10, 5°min). Schilb et Evtimov sont étincelants côté Chalonnais, et les Verts se font totalement bouffer au rebond (9 à 2). Et là, on se dit que la rencontre va être longue et pénible pour qui supporte les leaders de ProB. Après 10 minutes fastes, Chalon domine nettement (28-21).

Quoique... et si c'était jouable?

Les intentions sont bien différentes dans le deuxième quart. Les Limougeauds placent bien mieux leur défense, jouent beaucoup plus vite, Gomis et Massie emmène des contre-attaques ultra-rapides, et Limoges rattrape son retard, revenant à un point (37-36, 17°min). Le petit détail qui fait la différence, c'est que Chalon joue à 6. Sans faire offense au meilleur coach de ProB, le meilleur coach de ProA a le sens du temps-mort efficace et sait relancer ses troupes en fin de période. À la pause, Chalon n'a finalement rien perdu de son avance forgée dans le premier quart (44-38, MT). Ce qu'on sait au moins, c'est que Limoges peut dominer par moment les récents finalistes de l'Eurochallenge.

Le carnage Evtimov

Le troisième quart est à sens unique. Le temps-mort de Sarre au bout de quatre minutes sanctionne déjà un retard de 12 points (58-46). Limoges rate beaucoup, tandis que Schilb et Evtimov restent en mode all-star, inscrivant les deux-tiers des points Chalonnais à eux deux. Les Limougeauds parviennent bien à provoquer quelques fautes, mais le taux de change n'est pas franchement favorable (environ 60 % aux lancers). Dans les tribunes, on voit et on entend surtout du rouge. Les rebonds restent contrôlés essentiellement par les Chalonnais, qui sur une action ont jusqu'à cinq occasions successives pour marquer. La logique de la division d'écart est maintenant parfaitement respectée, Schilb, Delaney et surtout Evtimov (7/14 à 3 points pour l'instant) imposent complètement leur loi à des Limougeauds incapable de suivre ce rythme effréné. L'addition commence a être salée à dix minutes du terme, pour tout dire ça semble même carrément plié (70-52, QT3).

Grosse remontée... mais pas de miracle

La dernière période s'entame sur un drôle de rythme, très lent, contrôlé par des défenses hermétiques. Massie es totalement cadenassé et n'a pas marqué de la deuxième mi-temps. À ce petit jeu de défense étouffante, tout-terrain et allant au bout des 24 secondes, d'interception façon mort de fin, et de jeu en première intention avec un peu de réussite, c'est Limoges qui s'en sort le mieux, faisant leur petit bonhomme de chemin tandis que les Bourguignons restent bloqués à deux petits points dans cette période. Chalon vendange ses contre-attaques, comme tétanisé de toucher le trophée du bout du doigt. Il faut attendre la 38° pour voir Evtimov repasser la marche avant (de loin encore -75-65) et sceller la fin d'un cinglant 13-2 passé par les verts. Cette fois c'est joué, en se ressaisissant juste avant le hold-up, les Chalonnais engrangent leur deuxième trophée de la saison après la semaine des As. Score final : 83-75.

Comme l'année dernière, Chalon bat Limoges en finale de coupe de France. L'Europe attendra donc encore un peu le retour des Limougeauds. La logique a été parfaitement respectée, la division d'écart (au moins) a parlé et Limoges est encore battu. La bonne nouvelle, c'est que Limoges ne s'est pas fait humilier pour autant, et a évité la défaite cuisante qui fait vraiment mal avant d'attaquer les play-offs. Évreux n'a qu'à bien se tenir !
Sur le déroulement du match, Massie et Gomis ont pris beaucoup de place en première mi-temps avant d'être bien mieux cadenassé dans la deuxième moitié du match ; sans en avoir l'air, Desroses et Mipoka ont également été tout à fait présents. Le MVP de la rencontre est incontestable, Evtimov était partout. À vrai dire, il a fait du Kmac à son meilleur niveau, rentrant des tirs imprenables et réussissant un impressionnant 8/16 à 3 points. Dommage que Limoges n'aie pas pu jouer 40 minutes comme il l'a fait en début de quatrième quart. Les Limougeauds étaient injouables et écoeurants pour les Challonnais à ce moment là. Mais il aura fallu une cargaison d'anabolisants pour éléphants pour tenir ce rythme toute une finale.
Place aux play-offs maintenant donc, et à Évreux dès mercredi. Objectif : revenir à Bercy dans moins d'un mois, le 16 juin, et briser le signe indien pour enfin avoir un nouveau fanion à accrocher à Beaublanc après 11 ans de disette.

  • Autour du match
  • Commentaires (48)