Dossier estival : l'extra sportif au CSP

Illustration

Dossier estival (un poil en retard) mais préparé de longue date par l'équipe de Beaublanc.com, voici un coup de projecteur sur la partie immergée de l'iceberg CSP : le secteur extra-sportif ! Tout le monde connait Fred Forté et Éric Girard mais qui sont les petites mains qui évoluent dans l'ombre et qui fabriquent littéralement le quotidien de l'entreprise Limoges CSP ? Des dirigeants aux porteurs d'eau, nous vous proposons un dossier forcément incomplet (nos excuses aux oubliés) tant les bonnes volontés sont essentielles au bon fonctionnement d'une grosse machine du basket français. Alors qui fait quoi ? Où ?... et comment ?! Les réponses ici.

L'organigramme du Limoges CSP SASP

Le Limoges CSP est depuis la fin de la période CSP Élite une Société Anonyme Sportive Professionnelle ce qui implique une organisation interne plus complexe qu'un simple « club sportif » amateur (comme l'est l'association CSP Limoges qui gère les équipes jeunes et amateurs à l'exception des espoirs). C'est le statut de tous les plus grands clubs professionnels, économiquement parlant, toutes disciplines confondues ; les deux autres types de sociétés sont la Société à Responsabilité Limitée, qui repose entièrement sur une personne, et la Société Anonyme à Objet Sportif, qui repose sur plusieurs personnes mais qui ne peut distribuer de dividendes (les dernières législations poussent d'ailleurs les clubs pros à se constituer en SASP à court terme afin d'homogénéiser le paysage sportif professionnel et d'harmoniser les règlementations en particulier fiscales). Derrière les deux figures médiatiques (Frédéric Forte et Éric Girard) que l'on connait se trouvent d'autres personnes moins exposées mais dont le travail est très important. Revue d'effectif.

Commençons par le sommet de cet organigramme avec le président Frédéric Forte, c'est lui qui a repris le CSP à l'été 2004 au moment du dépôt de bilan. Il a réussi son pari de remonter le CSP en ProA même si cela a été plus long que ce qu'il avait promis au départ (la montée dès la 2ème année de ProB) - en partie à cause du fait qu'il ait pris le poste d'entraineur lors de la première saison en ProB jusqu'à la trêve de noël de la seconde saison. Il a réussi à trouver ou faire revenir de gros sponsors (Fagor, Mac Donald's, Adidas…) et de faire venir des coaches ayant fait leurs preuves, même si la mayonnaise n'a pas toujours pris.

Dans l'ombre du président il y a, comme toujours, un vice-président et celui du Limoges CSP s'appelle Antonio Lopez. Même s'il est très discret à son poste, "Tonio" est également 2e vice-président du Comité Départemental et est depuis longtemps une figure du basket régional puisqu'il a présidé le CSP association et qu'il officie régulièrement à la table de marque en sa qualité d'OTM fédéral (officiel de table de marque). Il est également président du directoire de la SASP, organe qui valide les décisions du président du CSP.

Illustration

La SASP compte également un conseil de surveillance (cellule inexistante dans les années 90 et qui aurait été ô combien utile à cette époque !) présidé par Jean Léonard PICOT, un entrepreneur limousin qui a donc un rôle moindre puisqu'il n'intervient pas dans l'exécutif, mais qui a une fonction de validation. Il siège également au directoire de la SASP.

L'organigramme incluait il y a deux ans un Directeur Général qui semblait à l'époque "indispensable au développement d'un club professionnel" mais qui a depuis mystérieusement disparu... tout comme la personne qui l'occupait : Wilfried Duchemin a semble-t-il quitté le club en catimini mais on ne sait sur quel différend ni sur quelle initiative (même si on se doute que les deux parties ne se sont pas quittées bonnes-amies !). Le transfuge d'Évreux a depuis refait surface dans un rôle sensiblement identique à Lille qui souhaite se structurer solidement et s'ancrer dans le paysage du basket français à court terme. Pour le CSP, on suppose que Fred Forté gère cette partie mêlant contacts avec les partenaires et intendance à grande échelle.

Illustration Illustration

Pour gérer une structure de ce type au niveau financier, il faut un comptable. Ce rôle importantissime est celui de Philippe Clairmonteil. C'est lui qui gère les comptes qui sont étudiés par la Direction Nationale du Conseil et du Contrôle de Gestions et qui ont encore été validés sans réserves pour cette saison. Il s'occupe également de la partie administrative du CSP. Les comptes du CSP semblent sains. Le club passe depuis des années l'étape de la DNCG (Direction Nationale de Contrôle et de Gestion qui encadre les clubs pros dans tous les sports) avec succès et même avec les félicitations du jury certaines années alors que d'autres formations voient leur budget encadré, voire leur masse salariale limitée. L'entreprise Limoges CSP SASP est également considérée comme saine et à évolution peu risquée de par son passé sans évènement comptable (on parle bien de la SASP... le CSP des années 90 en revanche a laissé une sale image que les dirigeants actuels se sont évertués à faire oublier). Cette saison, la LNB a publié un budget de 3,5M d'euros basé sur le dossier présenté en juin. Mais depuis l'accession acquise et le recrutement bouclé, on parle plutôt d'un budget de 4,3M€, ce qui placerait le CSP un peu plus haut dans la hiérarchie française et serait plus en adéquation avec les ambitions (non avouées) du club : les playoffs !

Parlons maintenant d'une personne de l'ombre mais dont l'importance est vitale dans une société, la secrétaire : elle se nomme Karen pour le CSP. Vous l'avez sûrement eue au téléphone si vous avez appelé le club, ou vous l'avez peut être rencontrée si vous avez retiré des places au siège. C'est une de ces personnes aux responsabilités officiellement inexistantes mais sans qui RIEN ne tournerait !

Ancienne gloire du CSP qui s'est mis au service du CSP, Stéphane Ostrowski est revenu pour s'occuper du marketing et de la communication du CSP. Parachuté à ce poste après une formation au Centre d'Économie et du Droit du Sport de l'Université de Limoges, "Ostro" met en œuvre une politique marketing orientée partenaires locaux mais nous y reviendrons dans la suite de l'article. Il est secondé par Antoine Parlon qui se charge des relations avec la presse et les médias. Vous connaissez surement sa voix puisqu'il commente les matches pour le site web du CSP. Les critiques sont parfois nombreuses sur la "communication" du club mais pas mal de supporters oublient bien souvent que le club n'est pas forcément là pour confirmer ou démentir les rumeurs (avérées ou fantaisistes) qui naissent sur les forums. D'autre part les bénévoles qui gèrent le site web (dans ce domaine le club conserve un côté amateur regrettable) doivent aussi obéir à une politique éditoriale dictée par le staff soucieux de maîtriser certains aspects publics de la vie du club. Enfin, Julie Desvilles est l'assistante de Stéphane Ostrowski et gère le quotidien de la cellule marketing et organisation.

Enfin, la logistique du CSP est assurée par Jacky Suidureau. Il a un rôle de confort auprès des joueurs, est de tous les déplacements et assure l'intendance dans des domaines aussi variés que la gestion des équipements Adidas jusqu'aux bouteilles d'eau. Il est avec le staff médical (composé entre autres du Dr Nicolas Gonzalez, joueur de NM1 au CSP et joueur plus qu'honnête à Landouge il y a quelques années en parallèle à son cursus médical) l'essentiel de la fourmilière qui accompagne les joueurs et font partie intégrante de la vie de l'équipe.

Dernier élément en date à intégrer le staff : François Renaux l'ex 10e homme d'Eric Girard met un terme à sa carrière de joueur pour exercer des fonctions à mi-chemin entre les deux dernières catégories. Le mieux coiffé des joueurs sera "coordinateur sportif" un poste créé pour lui... ou qui correspond à un besoin du club jusque là non exploité ?! Il sera en charge du suivi des joueurs dans leur quotidien (voiture, logement etc...) et sera chargé de qualifier les nouveaux joueurs (on ne va pas recommencer la valse hein ?!). En même temps il sera l'interlocuteur de la cellule marketing pour les actions qui concerneront directement les joueurs.

En conclusion, l'organigramme mériterait un bon dépoussiérage et surtout un éclaircissement aux yeux du public car depuis le départ de Wilfried Duchemin et les créations de postes ou modifications de compétences les choses sont moins claires pour les non-initiés. Si une hiérarchie est surement établie en interne, il serait sans doute bienvenue de communiquer sur ce point auprès des supporters qui aiment leur équipe et qui sont curieux de ces rouages.

Le Marketing au Limoges CSP

Autant le dire d'entrée : nous ne serons pas tendres dans cette partie tant Limoges est encore au moyen-âge dans ce domaine. La plaquette marketing du CSP (disponible ICI) montre à quel point la cellule dirigée par Stéphane Ostrowski est restée figée dans le fonctionnement « à Papa » des années 80/90. Les supports publicitaires matériels semblent au centre de toutes les attentions et donc principalement tournés vers les partenaires professionnels locaux. Hors, le Limoges CSP a une particularité dans le paysage du basket français : un public (y compris hors Limoges) fidèle à son équipe et avide de porter ses couleurs ! RIEN dans la stratégie du CSP ne vise à exploiter ce filon en partant de la boutique inexistante jusqu'au choix des produits miraculeusement mis à disposition du public. Le simple exemple du tshirt « distribué » pour Bercy (avec une énorme marge) est édifiant : un vilain tshirt blanc (moins cher) entrée de gamme (toujours moins cher) tristement floqué Limoges CSP en monochrome (encore moins cher !). Il ne manquait qu'un beau logo Intermarché pour finir de faire cheap ! Là encore, le choix des partenaires maillots peut laisser dubitatif. La tunique du CSP dans sa version noire a d'ailleurs été élue la plus hideuse de LNB avec ses affreux placards façon autocollant publicitaire (exemple flagrant : logo Intermarché sur fond blanc alors qu'on aurait pu simplement inverser les couleurs), sur ce sujet je vous renvoie vers >> cet article détaillé sur les maillots LNB << dont nous rejoignons TOTALEMENT l'avis et les suggestions (à l'exception du passage sur le logo LNB) en s'appuyant sur ce qui se fait de mieux à l'échelle européenne et mondiale. Au passage Limoges en prend à juste titre pour son grade... même s'il se murmure que le CSP pourrait nous pondre une grosse surprise cette saison en termes de couleurs...

Illustration

Revenons au marketing pur : le CSP ignore effectivement ses fans, ne proposant dans sa maigre boutique que des produits dits « publicitaires » sans jamais considérer ce poste comme une potentielle source de revenus comme c'est pourtant le cas en NBA ou chez les footeux. Saluons au passage l'initiative de la CRIL qui a démarché le CSP avec des visuels accrocheurs au printemps dernier avec le succès commercial que l'on sait.

Illustration

Il a toutefois été difficile de faire comprendre qu'un beau produit même cher, se vendra mieux qu'un vilain bob offert par Intermarché et floqué CSP… quand on vous dit que les mentalités sont encore bloquées dans le passé ! Le reste du merchandising est inexistant et le tarif des maillots vendus aux alentours des 60€ finit de refroidir ceux que la collection de placards n'a pas simplement dégoûtés ! Pas de Réplica abordable, pas de Tshirt « attractif » mis à part l'initiative de la CRIL, pas de produit moderne (housse de netbook, bracelets caoutchouc pour les jeunes, accessoires téléphones portables –iPhone par exemple- etc…) bref, rien pour s'ancrer dans le quotidien des Limougeauds... Ah si ! Si vous voulez un maillot du CSP en dehors d'un soir de match ils sont en vente chez... Feu Vert (ne cherchez pas il n'y a AUCUNE logique... c'est vrai qu'une boutique de sports en centre-ville partenaire du club serait quelque chose d'inconcevable !).

Les supports de communication sont également hors du temps : les panneaux publicitaires de Beaublanc sont certes visibles et reconnus par tous mais à quand une modernisation de ce côté là ? Les panneaux lumineux défilants sont légions dans les enceintes sportives et mis à part ceux imposés par la LNB autour du parquet (face caméras) rien d'autre ne clignote dans Beaublanc ! Pis, la fameuse plaquette marketing considère le site web comme un autre support… un panneau supplémentaire ! Là encore, le moyen-âge revient à la course. Le web est dynamique, un site peut se parer de couleurs dédiées sur une courte période. Vendre un encart sur le site officiel du club revient à poser un autocollant sur la voiture de François Renaux et la garer au parking des halles… alors qu'on pourrait repeindre la voiture et la faire circuler en centre-ville pendant une semaine ! Le potentiel est encore une fois négligé.

Les exemples sont légions et la simple critique ne fera pas avancer le sujet. Le fait est que le CSP doit considérer le marketing comme un domaine à exploiter en y investissant, plutôt qu'une manne fluctuante. Le club peut continuer à démarcher des partenaires, à organiser des tournois de foot (cherchez l'erreur...) pour les sponsors et à déboucher le champagne au club-house (une tente barnum au cul du palais des sports… sans commentaire) mais s'il veut réellement décupler le potentiel (fort) du CSP il devra y consacrer un budget et tenter des choses nouvelles en ciblant son public (et ses deniers). Les rares à avoir osé ont vu leur démarche récompensée, comme Roanne avec ses maillots jacquard d'inspiration North Carolina qui a vendu plus de tuniques malgré un potentiel de population ultra limité. A quand des jerseys CSP abordables ? A quand des tshirts classieux exploitant l'Histoire du CSP que l'on pourra porter tous les jours et pas seulement un soir de match ? A quand des ballons LNB à la boutique ? A quand des posters à faire dédicacer ? A quand des bam-bams à 3€ vendus dans les travées ? A quand le coussin de siège / pancarte en mousse réutilisable logoté CSP ? Les pistes sont infinies, il suffit de creuser et d'investir… M. Ostrowski, nos euros sont prêts !

La rénovation de Beaublanc : l'Arlésienne… hors de propos ?!

Après le moyen âge du marketing on ne peut pas dire que le sujet de la salle soit plus avancé ! Le thème de l'enceinte sportive est particulièrement bouillant en France où l'on vient (enfin !) de prendre conscience de notre retard et où les mentalités sont là aussi difficiles à faire évoluer. Certaines initiatives vont accoucher de structures adéquates mais sur le fond le problème demeure : ces bâtiments sont toujours la propriété des municipalités et dans une évolution à moyen terme, les financements publics ne pourront plus représenter la majeure partie des ressources d'une équipe professionnelle. Le premier de ces chapitre devrait être la salle : un club propriétaire de son enceinte peut l'exploiter et la rentabiliser à volo. Une cathédrale comme Beaublanc pourrait servir à de nombreuses choses en dehors des matches de basket mais nous aborderons ces propositions plus bas. Une structure neuve serait évidemment préférable mais nombre d'améliorations sont d'ores et déjà possible sur l'existant.

Ainsi, à notre sens, avant de parler de rénovation de Beaublanc, il faudrait parler de propriété. La ville de Limoges qui détient et entretient Beaublanc finance par ailleurs le CSP à coups de millions d'euros depuis des années. On pourrait imaginer le CSP, aidé par des partenaires privés, racheter les murs et y installer un véritable complexe business-basket quitte à renommer l'enceinte (Legrand Beaublanc ça aurait de la gueule non ?!).
Parlons architecture : la France (et bien souvent l'Europe) n'a rien compris à la structure physique d'un stade. On pense au terrain forcément et aux tribunes… après c'est du détail. La photo ci dessous est évocatrice.

Illustration

Prenons l'exemple ultime en terme d'optimisation du sol et surtout économique : le Staples Center de Los Angeles. On peut voir là une sorte de Beaublanc Géant (tiens, un autre nom potentiel ?! ;-)) mais où les murs extérieurs ont été tirés droits vers le sol et le vide comblé par des boutiques de restauration, de merchandising, des restaurants, des bars pour regarder le match (on y accède par l'extérieur et on ne peut pas entrer dans l'arène… mais on ressent les vibrations de la salle !) et même un mini musée consacré aux équipes résidentes (basket hommes et femmes ainsi que Hockey).

Illustration

Les loges situées en hauteur sont tout confort (insonorisées, écrans LCD multiples et proposent des services de traiteur – un peu comme la tente VIP du CSP) et dominent la salle. De tels espaces pourraient être créées à la place de l'actuelle buvette et des bureaux du staff. Il n'est pas là question d'être au bord du terrain mais de négocier des contrats ou d'inviter des clients et de pouvoir parler business même pendant le match et ce dans le plus grand confort. Un autre concept…
Le restaurant est carrément une tribune (cf incrustation dans la photo) où les tables rikiki permettent de diner en regardant le match… les tables mal situées viseront les nombreux écrans LCD. Ce qui nous amène au sujet de la verrue de Beaublanc : l'affreuse buvette, siège de bon nombre d'hérésies commerciales.
Que les choses soient claires : les aimables (et très utiles) tenants de la brasserie du palais ne sont aucunement visés mais simplement le lieu ! Une telle surface avec vue panoramique sur le terrain si mal exploitée est un crève cœur dans l'optique d'une rénovation hypothétique de la salle.
Premièrement la concession privée de ce lieu est tout bonnement à supprimer. Le CSP devrait jouir de ce lieu et en faire une sorte de CSP-Café décoré avec d'anciens maillots et des reliques (répliques des coupes européennes etc...) ouvert toute l'année et y organiser des retransmissions des matches à l'extérieur avec écran géant, restauration et présence de membres du staff. Qui profite de la baie vitrée ? Les serveurs ! le comptoir étant adossé à cette dernière ! (Ai-je besoin d'aller plus loin ?). Non seulement une grande tribune devrait être installée sous l'actuelle buvette mais la fenêtre devrait devenir une baie vitrée exploitée pour proposer des loges business dignes de ce nom. Un comptoir avec un angle mort et des écrans LCD contentera autant les supporters (dont Godzip, fan de la serveuse ;D) et des chariots habilement disposés dans les couloirs pourraient éviter les embouteillages à la mi-temps.

Illustration

Une alternance de petits stands boissons/merchandising seraient d'ailleurs propices à générer plus de chiffre d'affaire (quel parent résistera à son chérubin qui veut le maillot réplica à seulement 30€ de son joueur préféré qui a dunké au buzzer ?!). Des stands de partenaires pourraient également générer des espaces publicitaires supplémentaires à l'image de ce stand de jeux vidéos présent dans les travées de Bercy.

Illustration

Un CSP propriétaire des lieux pourrait organiser des clinics d'entraineurs, des stages pendant les vacances scolaires "sur le vrai terrain des pros", il pourrait également louer l'espace à des partenaires pour leurs évènements. Un club house en dur modernisé pourrait également être une salle de réunions/réceptions potentiellement à disposition des partenaires ou des particuliers (un mariage ou une communion à Beaublanc ?! Ce ne sera pas pire qu'une vilaine salle des fêtes !). Un CSP-Café pourrait également être privatisé ponctuellement pour accueillir des évènements privés (anniversaires, réveillons etc...) avec des prestations tarifées telles que présence de joueurs, animation sur le parquet etc...). Beaublanc pourrait VIVRE 365 jours par an et générer des revenus au CSP ! Nos anciens joueurs (ou joueurs actuels d'ailleurs ;-)) investissent dans des commerces en ville... pourquoi pas à Beaublanc même ?!

Les idées présentées ici sont multiples et certaines sont sans doute utopiques mais il vaut mieux viser haut. Notre objectif est de ne surtout pas nous cantonner à critiquer sans proposer de solutions. Certes nous ne détenons pas LA vérité mais nous espérons que cet article fera avancer le débat et, pourquoi pas, inspirera nos dirigeants dans l'optique d'une optimisation de notre enceinte chérie.

Pour prolonger la réflexion sur le futur des salles de ProA, nous vous suggérons la lecture de >> cet article << fort bien documenté.
Allez, un dernier rêve pour la route : une vision de notre Beaublanc agrandi et modernisé...

Illustration


PS : Article corrigé suite à des messages de visiteurs, merci aux intéressés.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

25 commentaires

avatar

# 25 - Ze Dac

23/08 - 12h00

Merci pour cet article qui présente l'avantage d'écrire ce que chaque supporter du cSp pense, notamment sur l'aspect marketing :mj:

Quel parcours du combattant pour effectivement arriver à trouver un maillot réplique que l'on va avoir la fierté de porter sur les parquets de sa ville d'adoption!!!

Puisse les dirigeants s'inspirer de ce que les footeux ont mis en place, toute proportion gardée bien entendu ;): à titre d'info, l'Olympique Lyonnais, qui trône pourtant bien loin Marseille (300.000 maillots à 55 ou 75 € vendus chaque année... gloups...) et le PSG, a récolté l'année dernière 28 M€ des produits dérivés et le maillot (pourtant pas bien joli) de cette nouvelle devrait rapporter 16 M€...
Si nous pouvions en récupérer que le 1/10...:rolleyes:

A part ça, je signe la pétition, of course ;)

avatar

# 24 - pointguard

23/08 - 12h00

@CSP4ev3r : on a bien dit dans l'article que tant qu'à comparer et pomper des idées autant aller chercher chez les meilleurs... Beaublanc ne sera jamais le Staples Center mais il vaut mieux s'en inspirer que de la halle André Vacheresse à Roanne !
@Beaucoup : La com' faite par des bénévoles ne rendra jamais aussi bien que quand les gens y consacrent leur temps légitimement... ils font avec leurs moyens (bien souvent leur propre matériel) pour produire ce qu'on les autorise à publier.

avatar

# 23 - CSP4EV3R

23/08 - 12h00

ouais, jtrouve sa dommage, sa serait un excellent + pour le club d avoir un com' de top niveau, come poitier par exemple et leur super site et tout ! nous, on ne sait rien sur nos joueurs, etc...

avatar

# 22 - pat17260

22/08 - 12h00

je suis d'accord avec toi mais pas à 100%. Le site du club ne dévoilera que des infos off et non des y parait ou autres affabulation. Maintenant c'est vrai que le site off et pas tres réactif ou plutôt tres lent. Mais bon ça sens bon la reprise et tant mieux.

avatar

# 21 - CSP4EV3R

22/08 - 12h00

excellent article, ceci di, comparer beaublanc au staples center, c comme comparé une 4L a une porsche, rien n a voir... Beaublanc ne sera jamais le Madison Square Garden... le probleme du CSP, c son aura... Aucun autre clib de basket na la meme sauf que mank de pot, elle seffrite petit a petit dc il fo vraiment faire remonter Limoges au top pour que tout redevienne dans lordre...

PS : je me permet aussi de pourrir le service marketing et communication du club qui est nul a c****...

avatar

# 20 - stephanedu87

22/08 - 12h00

dossier trés intéréssant et trés bien fait.En révant que tout cela ce fasse un jour,une question a laquelle personne ne pense.De tel travaux durerai probablement plusieurs mois.Ou jourai notre équipe favorite durant ces travaux???

avatar

# 19 - chipmunk

21/08 - 12h00

au sujet du Palais des Sports, un petit truc qui pour commencer ne couterait pas une fortune je suppose, et apporterait une belle amélioration : METTRE UNE SONO CORRECTE. La sono actuelle est tellement merdique qu'on ne comprend rien à ce qui est dit au micro, où qu'on soit. Quand il y a eu la Fed Cup, il ont mis une sono pas hyper puissante mais de bonne qualité et ça changeait tout. C'est même une pitié pour les parrains des matches qui préparent un beau discours à prononcer avant le coup d'envoi et que personne ne comprend ni n'écoute !

Allez Limoges allez

avatar

# 18 - nature87

21/08 - 12h00

bonsoir,
tres interessant cet article mise a par sur le palais des sport!!!touche pas a l'architecture de ce monument....j'y ai tellement vibre que rien que de pensée que certain prefere les palais barbie de las vegas me font fremir..lol
moi je suis pret a acheter des produit csp...et d'un:)

avatar

# 17 - O7

21/08 - 12h00

Excellent dossier qui offre de nombreuses perspectives de développement
J'espère que Monsieur le maire à Beaublanc.com dans ses favoris.
Cela pourrait l'aider dans son projet de construction d'un stade de plein air de 20 000 places... en y ajoutant un toit rétractable, utilisable pour le basket, les sports de salle, l'athlétisme (piste retractable d'un coté /tribune rétractable de l'autre)...
Le CSP sera capable de remplir "Le.grand Beaublanc" pour les matches de gala et même plus si la mayonnaise monte. Et pendant de longues années vu la passion effervescente avec laquelle Limoges vit le basket et le CSP.
Si le budget ne le permet pas, pour optimiser Beaublanc :
- votre idée : "comme à L.A.les murs extérieurs sont tirés droits vers le sol. Le vide est comblé par des bureaux, des boutiques de restauration, de merchandising, des restaurants, des bars pour regarder le match (on y accède par l’extérieur et on peut ou pas entrer dans l’arène… tout en ressentant les vibrations de la salle !) est géniale.
- les espaces actuels dévolus à la restauration et aux bureaux peuvent alors devenir places supplémentaires, loges partenaires ...
Merci Beaub !
Ps : si qq à l'adresse mail d'Alain Rodet, envoyez lui Beaublanc.com en lien vers la page, on sait jamais ...
;)

avatar

# 16 - creusois

21/08 - 12h00

très bon article avec beaucoup de bonnes idées marketing!

juste un truc : christine villeret n'est plus la secrétaire du CSP depuis le début de l'année à peu pret

avatar

# 15 - Dado870

20/08 - 12h00

Pour Mr. Duchemin il est entré en fonction lorsque Forte s'est autoproclamé entraineur parce que Forte ne pouvait pas assumer les deux fonctions à temps plein.

Une fois Forte redevenu Président à part entière il n'y avait plus de raison de garder Duchemin. J'avais même râlé parce que cette décision mettait du temps à venir. Son poste n'avait plus de raison valable d'exister ou alors on nous avait mentit dès le départ.

Après qu'il y ait eu brouille ou pas entre les deux hommes ça ne nous regarde pas, mais pas de quoi en faire un scandale...

Pour le reste pas loin d'être d'accord sur la totalité de l'article.

avatar

# 14 - Cineplus

20/08 - 12h00

Excellent article ! Mais, je ne sais pas si cela sera réalisable un jour sauf peut-être si Limoges redevient un grand club d'Europe et encore ... Et à ne pas oublier que tout cela sera répercuté sur le prix des abonnements, mais on s'en fiche pour l'instant puisque ce n'est pas le cas ! xD

avatar

# 13 - superscipion

20/08 - 12h00

Beau job, dommage que la deuxième partie ne tienne pas compte de la place réelle du basket en France.

avatar

# 12 - mickecsp

20/08 - 12h00

beu boulot !!

avatar

# 11 - Mab

20/08 - 12h00

Génial, mais faudrait penser à contacter Mme Bettancourt :rolleyes:

avatar

# 10 - jackpot

20/08 - 12h00

super article !ben sur BB.C c est pas nouveau pour le marketing trop N1 pourquoi ne pas faire appel a un pro comme PASCAL BIOJOUT moi j ai kiffé sur la synthèse de ce qui pourrait-etre le nouvelle salle de BEAUBLANC on peut rever c est gratuit!

avatar

# 9 - clemsdef

20/08 - 12h00

Je trouve que c'est une trés bonne idée. Tout ce qu'on demande c'est que M. Forté nous écoute, alors si c'est le seul moyen autant le faire.

avatar

# 8 - miel19

20/08 - 12h00

Comme beaucoup de lecteur le disent, les produits dérivés sont inexistant pour le CSP. C'est un point noir et en plus, souvent les boutique comme celle du stade Toulousin sont de très bon centre de profit pour le club.
Certes c'est un investissement lourd, mais il faut savoir semer pour récolter.

Maintenant Stéphane Ostro devrait se mettre au travail (je ne dit pas qu'il ne fait rien de ses journée, loin de là), mais c'est vraiment un club qui mérite d'avoir une partie Merchandising au top. Si on veut que Limoges redevienne un grand club, il faut que tout suive et cette partie est vitale pour le club.

Alors M. forté, prenez les décisions necessaires pour que notre club est ce qu'il faut pour contenter tous ses supporters.

Je propose que tous les supporters qui sont prêt à acheter des articles CSP se manifeste sur BB.com, je pense que nous pourrons faire suivre vos doléances auprès de Forté.

Un petit coupon à l'entrée du stade lors des match qui demanderait ce qu'attendent les supporters comme produits dérivés serait pas mal, avec comme gain (pour assurer les retours), un maillot du CSP dédicacé par tous les joueurs.

Là on serait dans le concret et Forté serait ce qu'attende les suporters et il pourrait voir l'attente de ceux ci.

Qu'en pensez vous?

avatar

# 7 - nico4000

20/08 - 12h00

Salut à tous !

Article riche et qui apporte en plus des exemples concrets !
Dirigeants du CSP inspirez vous !

Expatrié sur Paris, les supporters de Limouges sont toujours là quand le CSP se déplace en région parisienne, les supporters eux ont sû se trouver hors du périmètre limousin ! Alors messieurs du marketing, du nerf !

Inspirez-vous de girondins, la marque le "scapulaire" propose à la fois du sportwear mais aussi des vêtements classiques chemises, polos, pulls, sweat plutôt classe avec logo présent mais discret, de quoi de vêtir au quotidien pour aller bosser sans avoir la "BOF attitude" mais en ayant un coup de coeur pour son club de coeur !
Et ce qui ne gache rien, la qualité des vêtements du scapulaire est excellente ! (pour preuve une chemise qui a 12ans !)

Alors je crois qu'une chose à la mode est : LE BENCHMARKING !
Messieurs du Marketting, partez à la rencontre des dirigeants du club bordelais, c'est juste à côté ! Prenez conseil, inspirez vous, créez nous des points de vente et du shop en ligne !
Le principal est là : DES FANS, UN PUBLIC !

Juste un exemple un peu navrant qui donne une mauvaise image de cet aspect marketing: le communication de ce service avec les supporters...

Ok, le marketing n'est pas là pour répondre au rumeur ou procéder à une discussion potache sur le basket avec les supporters...Mais répondre à des questions simples sur des déplacements où autres, questions constructives sur le marketing serait déjà même pas sympa... mais poli !

Cet article n'a pour l'instant archivé que 7 commentaires mais croyez moi, on parle beaucoup de ces aspects entre supporters lors des rencontres !

UTILISONS CETTE FORCE, CET EXISTANT !

bravo pour l'article !
Nico.

avatar

# 6 - clemsdef

20/08 - 12h00

Je me pose tout de même une question! Il y a t'il des personnes au CSP capable de mettre au point ce travail de marketing qui reste quand même un domaine où l'on part de zéro?

avatar

# 5 - boulet1er

20/08 - 12h00

Excellent article, très instructif.

Effectivement je ne peux que partager le sentiment général sur le marchandising catastrophique du CSP. Alors que beaucoup d'expat' comme moi (je vis à Clermont) aimeraient porter les couleurs de leur club de coeur, il est quasi impossible de trouver ne serait-ce qu'un TShirt. Le seul que je possède d'ailleurs est celui du Dac de 93, mais que je n'ose plus mettre parce qu'un TShirt jaune canari avec un gros rond rouge marqué Geant dessus, à 15 ans ça allait mais maintenant comment dire.... ;)

Bref, aussi bien sur l'habillage du stade que sur le merchandising, quand je compare le monde du basket avec celui que j'ai sous les yeux tous les jours, à savoir le rugby, il est clair qu'on n'est pas au niveau : visuel sur la facade du stade, espace VIP, 2 boutiques (une au stade et une en centre-ville), affichages sur les facades des sponsors, bref, ici toute la ville vit avec l'ASM et le montre. A Limoges toute la ville vibre pour le CSP, mais en 20 ans je n'ai jamais vu un drapeau accroché sur un balcon ou un rebord de fenêtre. Ici le soir de la dernière finale du TOP 14 il y en avait partout....

Bref, il est clair que le basket a encore un grand pas à franchir pour entrer dans le monde du sport moderne et du marketing qui y est associé, s'il veut rattrapper son handicap d'image par rapport au football et au rugby.

avatar

# 4 - CSP4EV3R

20/08 - 12h00

Excellent article !

avatar

# 3 - smithers

20/08 - 12h00

Excellent article. Les critiques et propositions ne concernent d'ailleurs pas que Limoges et le CSP mais plein d'autres clubs en France. La différence effectivement c'est que le CSP a une aura que les autres n'ont pas, et donc un potentiel marketing supérieur. Moi qui suis sur Paris, je désespère toujours d'avoir des t-shirts cool à mettre pour aller bosser...
Certains clubs, comme Roanne, mais aussi l'ASVEL, BCM, Roanne, etc. ont commencé à bosser pour améliorer leur situation. Le problème c'est que c'est long, que tout est lié et qu'il faut commencer sans se planter sinon c'est foutu en terme d'images.
A mon sens, le plus important c'est l'image, donc le maillot hideux qui doit voir disparaitre toutes ses pancartes pub (on a un bon logo, pourquoi ne pas plus l'utiliser ?). De là, doit découler un bon marketing, avec une
boutique en ligne proposant des produits de type CRIL en nombre et à tous les prix, et de toute sorte.
Ensuite, c'est la salle. Le naming c'est bien, mais qui va vouloir investir à Limoges ?? Legrand ?? Tout Limoges en rêve depuis 30 ans mais jamais rien...Géant ? ce n'est plus un sponsor principal. En plus, c'est la crise. Moi, je crois que le club, avec l'aide de la ville, devrait un peu plus s'intéresser à la ville avec laquelle Limoges est jumelée depuis fort longtemps, Charlotte aux USA, qui dispose d'une équipe NBA, du capitaine de l'équipe de France dans ses rangs et d'un coach qui "assiste" le sélectionneur des bleus. Ne serait-il pas possible de créer quelque chose ?
Sur le site internet officiel, c'est pas encore parfait mais beaucoup mieux que beaucoup d'autres. Ne pas lâcher ce moyen de communication très important et le développer.
Bref, il y a beaucoup à faire, et c'est ça qui est intéressant. Le CSP mérite de redevenir à la pointe, non seulement sur les résultats sportifs mais également sur l'image.
Vivement la rentrée !!

avatar

# 2 - clemsdef

20/08 - 12h00

Je trouve le dossier trés intéressant et instructif. C'est vrais, qu'aprés cette lecture, on se rend compte à quel point le CSP est en retard sur certains points (marketing, infrastructure...)! Cette vue de Beaublanc fait rêver mais cela me parait tellement loin des préocupations des dirigeants!

J'espére que certains de ces dirigeants liront ce dossier et se poseront quelques questions pour entammer quelque chose dans les 2-3 ans à venir. Mais ce n'est sans doute qu'un rêve... :rolleyes:

avatar

# 1 - Bonporteau

19/08 - 12h00

Merci bien pour cette analyse et ce point de vue corroboré d'exemples concrets.
C'est quand même impressionnant la manière dont le club s'enrichit structurellement depuis le renouveau et l'ère Forté, même si les installations et les équipements (sono, lumières...) deviennent archaïques.
Par contre c'est clair que les carences au niveau du marketing sont indécentes par rapport au potentiel du club, mais on peut espérer que ce potentiel soit exploité à moyen terme.
De même comment expliquer la non commercialisation de produits dérivés dans les commerces de distribution. D'ailleurs, du temps de la N1 on pouvait acheter des produits à Intersport au centre ville...
Qu'est-ce qui pose problème en fait : la production des produits ou leur commercialisation ?

Sinon, quelqu'un connaît-il l'origine de la rumeur portant la modernisation des couleurs des maillots? en tout cas, l'habillage du parquet reste le même...