Défaite à beaublanc

Illustration

Et une de plus... Espérons que Braswell sera à la hauteur, car ce soir, en jouant avec un seul meneur (Darby n'est pas rentré en jeu), Limoges ne faisait une nouvelle fois pas le poids. Au terme d'un match serré d'un bout à l'autre et pas franchement beau à voir, Lille a pu arracher la prolongation pour s'imposer au final 79-81.

Pour débuter la rencontre, Darby est donc sur un banc qu'il ne quittera pas, et le cinq Limougeaud est emmené par Mouillard, mohammed, Souchu, Ford et McCord. Mohammed se rappelle au bon souvenir de Beaublanc dès les premiers instants, et tient Limoges face aux assauts de Petrovic. Aucune des deux équipes ne parvient à prendre une avance supérieure à une possession jusqu'à un coup d'accélerateur Lillois dans les derniers instants, et ce premier acte s'achève sur un trois points de Mohammed. QT1 : 15-18.

Le deuxième quart démarre sur les mêmes bases que le premier. Les extérieurs Lillois font le boulot, Gouez inscrit ses deux points de la rencontre (aux lancers), et Mohammed tient la barraque, avec parfois un léger soutient des autres shooteurs Limougeauds.Les deux équipes livrent un jeu haché, les ratés s'enchainent de part et d'autre, et les spectateurs commencent à regretter d'avoir délaissé un canapé confortable pour voir ca. Le quart s'achève à l'inverse du premier : un dernier assaut Limougeaud, limité par un dernier panier Lillois, et un infime avantage pour les locaux à la pause. MT : 32-30.

Le troisième quart se poursuit sur le même rythme : pas éxaltant pour un sou (doux oephémisme), et un petit air de trois contre un à peine déséquilibré (Mohammed contenant tant bien que mal Taccoen, Petrovic et Siggers). Fautes et ratés s'enchainent toujours, Lille emmène la danse, et c'est (pour une fois) Desroses qui ramène l'équilibre à 10 minutes du terme. QT3 : 48-49

Raphaël ne s'arrête pas là. Il emmène et inspire ensuite ses troupes dans le dernier quart, bien aidé par Souchu. Mais avec une défense aléatoire, impossible de faire le trou. Chaque fois que Limoges a l'occasion de creuser un début d'écart, Stanford ou l'un de ses équipiers ont là pour le boucher. Et quand McCord et Mohammed offrent trois petits points d'avance à Limoges à la 39° minute, le vétéran Lillois (38 ans) ne se laisse pas démonter. Il arrache la prolongation, personne d'autre ne parvenant à valoriser la gonfle dans la dernière minute. QT4 : 69-69.

Limoges entame bien la prolongation. Toujours pas de trou, mais après tout on se dit qu'un tout petit point pourrait suffire, et McCord ou Mohammed font leur possible pour preserver ce tout petit point. Siggers et les siens ont bien évidemment les mêmes vélléités... et la première équipe parvenant à enchainer des paniers aura posé une sérieuse option sur le match ! Et cette équipe est... ouaip bon vous connaissez déjà le score. Mallet enchaine derrière un trois points de Siggers, et 4 points d'avance c'est presque un record dans cette rencontre. Le dernier panier de Mohammed ne suffit pas, et Limoges s'incline une nouvelle fois en 2010, 79-81.

Allez, tachons de trouver quelques points positifs dans cette soirée. Ouaip, c'est pas facile.
- Point positif n°1 : Evreux, Le portel et Aix-Maurienne ont perdu également. Limoges reste second, à égalité de points avec Bourg-en-Bresse. On va pas sauter de joie, mais ca aurait pu être pire.
- Point positif n°2 : On a retrouvé Momo ! (même si on aurait aimé ne pas perdre les autres en même temps) Après une très mauvaise série, voire même un très mauvais début d'année 2010, notre maître artilleur est de retour. Jugez plutôt : 30 points, 11/24 aux tirs, 8 fautes provoquées, 4 rebonds, 3 interceptions... 36 minutes d'indispensabilité (et tant pis pour le barbarisme). L'absence de Darby joue bien sûr sur cette omniprésence, mais si l'association avec Braswell fonctionne, cela pourrait bien faire des étincelles.
Avec 2 points en 10 minutes, Olivier Gouez fait en revanche un tout petit match pour son retour à Beaublanc. Mais les Lillois n'avaient pas besoin d'un Gouez de gala pour dominer des Limougeauds clairement à la peine à l'intérieur
Avec en tout et pour tout quelques secondes sur le parquet, la qualité de jeu a elle aussi fait un tout petit match. L'évolution du score aurait pu laisser supposer un match haletant, mais en fait non. 1h30 à s'enfoncer des clous sous les ongles n'auraient en fait pas été beaucoup plus désagréable. Si encore la victoire avait été au bout...

Prochaine rencontre samedi prochain, où les Nanterriens auront la primeur des premiers pas de Braswell en ProB. Espérons qu'ils s'en souviennent longtemps !

  • Autour du match
  • Commentaires (15)