Bordeaux : la bonne adresse !

Illustration


Et dire qu'Éric Girard avait demandé le report de ce match ! Le csp s'est régalé ce soir et n'a laissé aucune chance à son hôte. Les limougeauds craignaient la neige sur la route, mais c'est bien une pluie de grêle qui est tombé sur le nez des Bordelais. Score final : 68-92.

QT1 : on s'observe

C'est un cinq classique qui débute la rencontre, composé de Darby, Mohammed, Souchu, McCord et
Ford. Si ce sont les locaux qui obtiennent la première balle, ils trouvent Ford sur leur route, et c'est Darby qui ouvre les compteurs d'un tir primé. Mohammed esquive ensuite les assauts girondins pour s'élever après que les autres soient retombés. Le 7-0 encaissé d'entrée ne perturbe pas nos hôtes, qui passent devant en quelques instants. Après des premiers instants brouillons, ils trouvent en effet un bon rythme de croisière que Limoges peine à suivre, et qui leur ouvre d'efficaces contre-attaques pour monter à 13-9. Souchu allume de loin la première mèche d'une longue série. Bordeaux joue sur sa défense et Limoges sur son attaque, et les deux équipes s'équilibrent tant bien que mal. Limoges est à portée de canon après 10 minutes : 19-17

QT2 : à table !

Quelques mots bien sentis du tacticien Limougeaud, et les noirs reviennent sur le terrain avec des crocs qui rayent le parquet. Tous les petits s'y mettent et assomment les locaux de loin. 2 minutes et 11 points plus tard, coach Davis réclame quelques instants pour reprendre ses esprits. Mais rien n'y fait. La zone Limougeaude est étanche, et les mains des artilleurs brûlantes. Les rares points glanés par les aquitains le sont de haute lutte. Souchu, Desroses, Mouillard et Mohammed en revanche ne semblent pas se forcer et se régalent, pour rejoindre les vestiaires la panse déjà remplie. QT2 : 35-51. Oui, ca fait bien 34 points en un quart temps. Et 8/10 à 3 points.

QT3 : c'est fin, ca se mange sans faim !

La pause ne change rien à l'affaire. Williams semble même être le seul jaune à jouer. La banda en tribune entonne l'hymne de l'aviron bayonnais, tandis que sur le terrain on est proche de la corrida. Ford est impeccable des deux côtés du terrain, et avec l'aide de Darby, enfonce encore le clou. Les Bordelais balbutient leurs fondamentaux au rebond, et présentent une défense de zone bien pâlotte comparée à celle installée par coach Girard. Mohammed et McCord prennent à leur tour leur part à l'orgie offensive, poussant les locaux à une nouvelle interruption tactique (44-68, 26°min). Le score n'apaise pas les Limousins, et Éric Girard frôle même la faute technique après avoir contesté une nouvelle décision arbitrale. Les Bordelais sentent la tension qui habite leurs visiteurs, et tentent de l'exploiter pour se donner un peu d'air (54-69, 29°). Desroses ne l'entend pas de cette oreille, et clôt la période sur un nouveau missile longue portée. QT3 : 54-72

Illustration

QT4 : là, ça devient de la gourmandise !

Un Desroses, ça ne se rassasie pas comme ça. Et le notre a drôlement faim. Sans pitié, il dévore le moindre ballon et ne laisse même pas de miettes à ses adversaires. Ah, si d'ailleurs, à la 35°, il perd un ballon. Après avoir tellement eu l'impression qu'il ne pouvait rien rater, ca devient un fait marquant. McCord et Mouillard participent à la fête, tandis que le rythme des airs joués par la banda ressemble de plus en plus à une marche funèbre. Sans s'être jamais fait peur, Limoges s'impose finalement 68-92.

Le suspense n'aura pas été l'invité d'honneur de cette soirée... un petit round d'observation et les artilleurs cerclistes ont dévoré tout crus des Bordelais qui n'en méritaient pas tant. On se souvient d'autres matchs ou une confrontation avec les Bordelais avait particulièrement souri aux Limougeauds, et celle d'aujourd'hui n'a pas dérogé à la règle. 24 points à l'extérieur, une adresse hors normes (14/25 à 3 points) et des cerclistes qui prennent visiblement plaisir à jouer ensemble, tous les ingrédients d'une bonne soirée été réunis pour le haut-viennois lâché salle Jean Dauguet. On retiendra aussi le match de Raphaël Desroses, très au dessus de ses performances habituelles, et littéralement inarrêtable ce soir (17 points, 5/7 à 3points).
Limoges enregistrait ce soir sa septième victoire de suite, tandis que Pau décrochait sa neuvième (dans la douleur). Ce qui est sûr , c'est que l'une de ces deux séries prendra fin au plus tard le 29 janvier à Beaublanc. Et si les hommes de Coach Girard sont capables de rééditer ce genre de performance, alors nos meilleurs ennemis rentreront en Béarn les fesses rouges !

  • Autour du match
  • Commentaires (13)