Analyse d'une belle victoire

Illustration

Beaublanc était plutôt bien rempli ce soir pour soutenir une équipe de Limoges en quête de rachat. Les supporters, en plus de la victoire, attendaient de voir le potentiel de Dawan Robinson, le nouveau meneur-arrière du CSP.
Et du potentiel, ce jeune américain en a comme l'attestent ses statistiques époustouflantes (33pts à 54% aux tirs, 3 rebonds, 4 interceptions, 6 passes et seulement 2 balles perdues!) . Mais le plus important n'est pas là, car ce qui compte, c'est bel est bien le résultat collectif et de ce côté-ci, les limougeauds ont réussi leur pari en s'imposant largement (92-76) face à un ténor de Pro B. Mais si le score peut laisser présager que tout a été facile ce soir, ce n'est pas forcément le cas. Revenons donc sur cette victoire.

Des débuts difficiles, puis Robinson lance la machine…

Le CSP débute plutôt mal sa rencontre en encaissant un 8-3 après à peine une minute de jeu. A ce moment du match, Robinson avait déjà frappé à 3 points, mais avait surtout fait preuve de naïveté et de passivité en défense le tout combiné à une connaissance des règles FIBA plus que limitée (marché sur montée de balle)... Ainsi, c'est son vis-à-vis Arnaud Kerkhof qui allumait la 1ère brèche en inscrivant 8 des 10 premiers points de Châlons.

C'est alors que pouvaient commencer les festivals combinés de Robinson et Dubos qui allaient inscrire 11 des 13 pts suivants du CSP en l'espace de 3 minutes. Limoges en profitait pour mener 18-13, et surtout, retrouvait par là même du liant dans son jeu ainsi que la confiance, abonnée absente depuis quelques temps… La suite du QT voyait ainsi les hommes de Forté dominer des châlonnais à la peine (malgré la sortie pour 2 fautes de Robinson), notamment par l'intermédiaire de Gouez en distributeur de caviars pour Dubos et Storozynski (un vrai battant ce soir malgré une certaine maladresse pour lui).
Ce coup-ci, la machine était bien lancée, Limoges mène déjà à la fin du 1er quart 28-18.

Dans le second QT, le CSP poursuit sur sa lancée et oblige Namyst a prendre un temps mort, le score est alors de 37-24. Mais ce sont bien les limougeauds qui profitent de celui-ci pour en remettre une couche par l'intermédiaire d'un dunk ravageur de Burnett (qui pour une fois réussi un bon match) servi comme sur un plateau par Robinson (42-24).

A 4 minutes de la pause, l'écart était fait, il fallait maintenant essayer de le maintenir jusqu'à celle-ci. Ce fut chose faite malgré un timide réveil des châlonnais. Limoges repart finalement aux vestiaires avec un matelas confortable de 15 points (49-34). Beaublanc était ravi, mais il restait maintenant à confirmer en seconde période…

Un trou noir de 5 minutes et tout est à refaire !

Le début du 3eme acte est plutôt bon pour Limoges grâce à un Fabien Dubos des grands soirs qui aligne 2 trois points de suite. Le score est alors de 55-39 puis 57-41 après 1 minute 30. C'est le moment choisi par Châlons pour se réveiller en inscrivant quatre 3 points coup sur coup, laissant les vieux démons ressurgir côté limougeaud (complètement absents et désordonnés). Ainsi, en l'espace de 5 minutes, le CSP ne marque pas un point et en encaisse 15 par la même occasion. Oui oui, vous avez bien lu, 15-0 en 5 minutes… Tout était à refaire (57-56)!

Heureusement, Limoges relevait la tête collectivement par l'intermédiaire de Dubos (encore) et Lazare, Robinson en profitant pour remettre sa patte sur le match en servant le caviar à un très bon Gouez ce soir (7pts, 7rebs, 3 contres, 3pds). Belle réaction des limougeauds qui concluent le QT sur le score de 67-56, au plus grand plaisir d'un beaublanc soulagé.

Limoges n'allait pas refaire les mêmes erreurs dans le dernier acte grâce à la nouvelle coqueluche des supporters. Robinson inscrivait ainsi 14 de ses 33 points dans ce quart temps, dégoûtant définitivement les châlonnais, et plus particulièrement Romain Malet qui ne voulait même plus rester sur le parquet ! Même si les attaques ne ressemblaient pas à grand-chose côté limougeaud, avec un Robinson dribblant tranquillement 15 à 20 secondes avant de jouer le 1 contre 1 (avec succès) ou de distribuer pour Ragauskas ou Dubos (avec succès également). Cela avait le mérite 1) d'être efficace, 2) de faire s'écouler le chronomètre (90-66 à 2 minutes de la fin)…

Ce coup-ci, Limoges tenait définitivement sa victoire et pouvait laisser filer les 2 dernières minutes pour l'emporter sur le score de 92 à 76.

La victoire est là, la manière est là (même si c'est loin d'être parfait), reste maintenant à confirmer tout ceci la semaine prochaine à Saint-Etienne. Une première victoire à l'extérieur permettrait au CSP d'empocher la confiance nécessaire pour bien entamer l'année 2007 qui verra le retour de Latimore et Thévenon (déchirure aux adducteurs).

  • Autour du match
  • Commentaires (8)