Alhaji 104 - Aix Maurienne 73

Nous nous demandions récemment si Limoges parviendrait à "se battre lui-même" ce soir et chasser ses vieux démons. Nous avons eu, en partie, des réponses à nos questions. En partie seulement car si le score est flatteur pour les locaux, la prestation reste très légère... Limoges bat Aix-Maurienne sur le score de 104 à 73

Illustration

Pourtant, tout ne fut pas négatif. Limoges a gagné, avec un gros écart de surcroît, mais le CSP n'a fait que confirmer les doutes émis par nombre d'observateurs suite à la défaite de mardi en terre auvergnate. En gros, ce CSP-là n'est pas celui qu'on attendait, il n'a pas d'âme, aucun fond de jeu, aucun système et sa défense devient de moins en moins évidente. A part Mohammed et par moments le duo Emerson-Passave-Ducteil, cette équipe n'a rien. Elle est clairement dépendante d'Alhaji qui la porte à bout de bras. On en vient même à rigoler quand on écoute le grand Scott dire dans "autour du cercle" que la méthode Cousin est de faire déjouer l'adversaire pour le battre. Ce soir, cela n'a pas été la peine, Aix a déjoué tout seul et c'est grâce à cela que le CSP l'a emporté ce soir. Il est vrai que ce discours pourrait valider celui des éternels mécontents des forums qui mettent l'accent sur la faiblesse des adversaires pour justifier les victoires cerclistes mais ce soir, on ne peut qu'aller dans ce sens. Il faut le dire, nous avons été mauvais et les savoyards ont été pires.

Passons le premier quart catastrophique durant lequel Limoges a fait étalage de toutes ses lacunes tant offensives que défensives. Nous pouvons remercier le manque d'adresse des visiteurs qui ne rentraient pas nombreux de leurs shoots ouverts. Cousin avait tenté un coup en changeant son cinq de départ et en alignant directement Salmon et Tensorer en lieu et place des habituels Emerson et Harrington, blessé.

Le deuxième quart a été un poil meilleur sachant que le spectacle était triste à en pleurer. C'est triste à dire mais le CSP n'a pas de systèmes. Le jeu se repose beaucoup sur Mohammed une nouvelle fois qui a toutes ses chances pour être MVP de Pro B cette saison. Si recrutement intelligent il y a eu, Alhaji en est le reflet... Toujours présent, plein d'envie et d'application. On sent le gars humble mais sûr de ses qualités et surtout qui a la bonne mentalité. le problème est que ce joueur, acclamé comme il se doit ce soir, doit sûrement fonctionner à l'affectif. Il nous faut impérativement créer une vraie histoire d'amour entre le public limougeaud et lui pour espérer le conserver dans l'effectif la saison prochaine car j'ai bien peur que le manque de jeu de cette équipe ne l'ennuie à terme. Le score est de 52-42 à la mi-temps.

Illustration

On sait alors que nous allons gagner ce match, d'autant que les coéquipiers de Jermaine Bucknor (toujours aussi habile par contre) collectionnent déjà 13 fautes dont 3 à Sullivan, Tailleman et Joseph. On s'interroge d'ailleurs sur la pertinence de faire jouer Lucas Durand meneur quand on connait l'importance de ce poste et le manque d'expérience de celui-ci. Benjamin Voisin (ex-aspirant au CSP), qui pourrait briller sur un autre parquet que celui du Lady's Night d'ici à quelques mois, appuie d'ailleurs ces propos en précisant dans un entretien ce soir à Beaublanc que, connaissant bien Lucas pour avoir joué de nombreuses années avec lui, celui-ci n'avait jamais joué meneur et qu'il était même intérieur en cadet 1 avant de passer à l'aile.

Le 3ème quart lui donnera tort car , non seulement Lucas l'a joué quasiment dans son intégralité à la baguette du jeu limougeaud mais surtout, c'est lorsqu'il était sur le terrain que le CSP a définitivement créé l'écart suffisant pour ôter tout espoir de retour aux joueurs de la Maurienne. Hasard ou coïncidence? Nous dirons simplement que Lucas s'est bien débrouillé ce soir en prenant peu à peu de l'assurance. Ne nous trompons pas, il ne deviendra pas notre meneur titulaire et ne ferait clairement pas le poids face à Ball et Ingram mais ses 12 minutes passées sur le parquet sont encourageantes et l'ont mis en confiance. Cette parenthèse nous fait quelque peu déplorer le manque de formation au sein du CSP. Rappelons-nous de Benjamin, cité plus haut, qui cumule une vingtaine de points à chacun de ses matches avec Feytiat ou encore Jérémy Sarre qui, avant sa blessure, avait réussi à grapiller de précieuses minutes au duo Thévenon-Lazare. Parlons de Baptiste Cransac qui aurait sûrement sa place dans cette équipe. Limoges ne forme pas et c'est sûrement dommage car si on regarde l'exemple d'autres clubs pas si lointains en kilomètres (au nord !), on constate que la formation maison a du bon.

Le 4ème quart sera celui de la bouillie, d'un côté comme de l'autre. le CSP s'approchant peu à peu de la barre des 100 points que tout le monde a attendu longtemps, très longtemps même car il a fallu 3 minutes pour passer de 98 à 101 sur un panier de la 5ème chance d'Idbihi. Ce panier poussif sera acclamé comme si on battait le Real au buzzer lors d'une finale... Il mettra Beaublanc en transe lorsque nous atteindrons la barre des 103 points toujours sur un panier de Yassin avec que Daniel Oyono mette un dernier lancer pour clôturer la marque à 104-73.

Pour parler chiffres, le CSP a gagné la bataille des rebonds 40 à 20 dont 15 offensifs. La moitié des points ont été marqués dans la raquette (52). Fait peu courant, François Renaux a mis un 3 pts de plus de 8 mètres. Alahji est une nouvelle fois MVP avec une évaluation désormais habituelle de 29. Il parait que des choses vont bouger, attendons de voir, le club devrait communiquer rapidement sur l'état de santé d'Adam Harrington et de son éventuel remplacement (par un meneur ?) luxueux en tous cas compte tenu des émoluments perçus par notre numéro 4...

  • Autour du match
  • Commentaires (11)