89-66, le suspense est maintenu !

Illustration

Une brindille d'espoir pour Limoges qui revient à un point de ses adversaires du soir au classement... Dans le même temps, l'ennemi palois laisse filer son match à Vichy et rend le bas de tableau encore plus incertain pour cette fin de saison qui pourrait finalement s'avérer haletante. Retour sur cette victoire intéressante.

Le match

Le CSP a pris le match par le bon bout, comptant rapidement jusqu'à 10 points d'avance sur les Parisiens. Le premier quart-temps se terminera sur le score enlevé de 29 à 20 mais attention à ne pas s'enflammer : 20 points encaissés c'est encore trop, et la réussite au shoot peut fuir à tout moment. Il faudra donc durcir la défense pour accrocher la victoire.

Et les paniers faciles marqués par le PL ne vont pas en ce sens lors du QT2. Hamilton et Sommerville trouvent des espaces dans la peinture qui mettent en avant quelques lacunes défensives à effacer au plus vite. On notera également l'apport de Xane D'Almeida, qui a ce soir très bien organisé le jeu - mieux que ses compères américains Wright et Taylor ! L'écart continuera de gonfler (jusqu'à +18) et Limoges gère bien sa course en tête. 53-38 à la pause.

Illustration


A la mi-temps, le CSP, emmené par un excellent Robert Hite, survole les débats à 7/12 à 3 points et mène la bataille du rebond (18-14), malgré une légère baisse de régime dans les dernières minutes.

Le retour des vestiaires est un peu fébrile pour les cerclistes, notamment avec l'association Wright/Taylor qui aiment tous les deux manger du chrono ! On aura donc eu droit à 30 minutes de basket + 10 minutes de hand, mais heureusement Paris n'en profite pas et offre beaucoup de points à l'équipe de Zare Markovski qui n'en demande pas tant (Euh, si, en fait... elle en a bien besoin !).

Quoiqu'il en soit, l'écart fait plaisir à voir, on peut chanter des "ohé ohé Limoges Limoges", des "Mais ils sont où les Parisiens ?", alors on en profite. Pour la deuxième fois de suite à Beaublanc, le CSP joue, se bat en défense (!!), et le travail de l'entraineur macédonien commence peut-être à porter ses fruits maintenant que le printemps arrive.

L'analyse

Alors que retenir de tout ça ? Déjà, une confirmation que quand les joueurs se battent, ils peuvent gagner quelques rencontres et se maintenir. Le CSP peut être largement meilleur que certaines équipes vues à Beaublanc cette année. J'en viens là au niveau de jeu de Paris, très pauvre, avec un Albicy très bien maitrisé notamment par un X.D'Almeida en mode sangsue défensive. A l'intérieur, Sommerville et Hamilton ont du basket, mais leur apport a lui aussi été limité par Ebi et Massie.

Le CSP a fait un match sérieux de bout en bout, des deux côtés du terrain, avec une défense globalement agressive avec de l'envie, et une bonne réussite offensive. Statistiquement aussi, les standards offensifs comme défensifs ont été atteints ce soir.

Le pointaverage est intéressant ! Si l'on reste optimistes et que l'on envisage une égalité à plusieurs en fin de saison pour le maintien, marquer plus de 20 points face à un adversaire direct peut être important, voire décisif. En ce sens il est bon d'avoir tenu le match jusqu'à la dernière minute.

Au niveau individuel, on soulignera plusieurs performances en particulier (même si pour moi, ce succès est avant tout collectif) :
> Chris Massie, 27 d'éval en 26 minutes. 16 points, 14 rebonds (7 offensifs, 7 défensifs), 5 passes décisives. Complet !
> Ndudi Ebi, 26 d'éval avec 16 points (7/7 au shoot !) et 10 rebonds.
> Robert Hite, 25 d'éval, meilleur marqueur avec 22 points (dont 18 en 1ère mi-temps avec un énorme 4/5 à 3 points)

Illustration


Voilà donc un joli big three qui accumule à lui seul 78 d'évaluation (111 d'éval collective au total pour le CSP), et qui montre bien l'alternance extérieur/intérieur proposée ce soir.

En clair, le suspense reste présent en ProA. Pendant ce temps là, on ne remerciera pas Pau qui a laissé filer son match à Vichy (32-8 après 10 minutes, pour vous donner une idée). Donc Limoges reste lanterne rouge, mais à 1 point de Paris. Qui sait ce qu'il peut se passer, sur un malentendu...?

  • Autour du match
  • Commentaires (14)