82-70 St Quentin punit le CSP

Illustration

Limoges venait en terres St Quentinoises avec la ferme intention de se faire pardonner sa bourde à domicile de la semaine dernière face à Nanterre, mais c'est une nouvelle fois sans le précieux Almonte et, nouveauté, sans Toti blessé lui aussi que le CSP s'alignait ce soir face au 16e de ProB.
Les forces en présence étaient clairement déséquilibrées et tout le monde espérait que Limoges se rassure et ressorte sa défense made in Cousin 2008.
Il n'en fut rien, si par moments les remparts furent efficaces, les armes offensives ont clairement flanché ce soir, le CSP se reposant quasi uniquement sur ses américains ou plutôt sur Tucker (23pts), puis en fin de match sur un Robinson avide de soigner ses stats (12pts). Récit.

QT1 St Quentin plante le décor

C'est un cinq classique qui s'avançait ce soir GOUEZ TUCKER LUKOVSKI ROBINSON SALMON face à MILLS N'DIAYE GOSA MORLENDE et KNEZEVIC pour les joueurs de l'Aisne.
Le SQBB bien décidé à en découdre attaque par un 6-0 entrecoupé par les échecs à 3pts de Tucker et Olivier Cousin prend rapidement un temps mort pour stopper l'hémorragie et passer en zone 2-3 (la même qui a dû bien être étudié en vidéo toute la semaine par St Quentin). Résultat : 10-4 au bout de 5 minutes avec 8pts de l'ami Tucker qui semble être la seule solution de ses partenaires acculés en 24' et qui lui confient quasi-systématiquement la "patate chaude". Le coach limougeaud, comme à son habitude, fait tourner son effectif sans pour autant parvenir à museler l'attaque des "blanc et bleu". Après un petit festival de N'Diaye (retenez bien ce nom) de loin et de près, c'est l'ex-cercliste Branko Sindjelic qui se charge de laisser les limougeauds à 11 longueurs au buzzer (19-8 ).

QT2 Limoges plante… les choux !

On attendait une réaction limougeaude à l'entame de ce deuxième quart-temps afin de remettre un peu d'ordre dans son basket et au tableau d'affichage… que nenni ! Même si Cousin lançait Renaux en comptant sur son dynamisme habituel la greffe ne prit pas. Certes robinson ouvrit son compteur mais Limoges se retrouva à 28-12 (-16 !) après des erreurs de placement qui firent bondir Olivier Cousin (au point que l'arbitre dut le rappeler à l'ordre) permettant aux joueurs de St Quentin de s'illustrer à 3pts (Tillon) ou à mi-distance (Knezevic et Chigard). Notons également que les cerclistes semblent avoir entamé un concours de briques aux lancers-francs et ne ménagent pas leur talent pour "pourrir" cette statistique ce soir). Temps mort pour le CSP à 28-14 (Merci Luko qui prend des responsabilités) qui s'avèrera efficace puisque Limoges pointera à 29-21 grâce à une défense retrouvée, avant que coach Asceric ne dégaine à son tour les 50 secondes tactiques et n'inflige un 10-0 aux hommes en noir (dont 7 de N'Diaye au four et au moulin) en ajustant son organisation offensive. C'est une nouvelle fois Tucker qui va jouer au pompier de service (bien secondé par un Lukovski habile passeur) en dégrippant le compteur limougeaud, provoquant un second temps mort des locaux 39-25 à la 34'. On ne peut malheureusement pas dire que cette "petite embellie" fut le fruit d'un travail collectif tant elle reposait sur les qualités de finisseur de l'ex-havrais. Les six dernières minutes allaient s'avérer particulièrement défensives, infructueuses et décevantes des deux côtés si ce n'est le mini-miracle de Mekdad à 3pts au buzzer qui ramenait Limoges à 9 longueurs (écart immérité au vu du jeu développé) avant de rentrer au vestiaire ou coach Cousin allait sans doute faire des vocalises (fort-méritées !).

QT3 Le CSP touche le fond… mais continue à creuser !

Le début de seconde période partait sur les chapeaux de roues et si les deux équipes n'avaient pas beaucoup usé les filets du palais des sports Pierre Ratte dans la fin du QT précédent, ils se rattrapaient vivement et le panneau affichait rapidement 43-33 après que Morlende et Mills aient rendu coup pour coup à Oyono et Larrouquis. Tucker provoquait alors une nouvelle ire de son coach en commettant une antisportive sur N'Diaye qui se faisait justice aux lancers-francs. Limoges travaille mieux même s'il est souvent nécessaire de s'y reprendre à deux fois pour marquer de dessous (à l'image de Gouez qui se fait contrer du haut de ses 2m18 ) mais les paniers rentrent. Malheureusement l'écart ne se creuse pas, la faute à Gosa qui par deux fois allume des mèches à 3pts et à quelques manqués impardonnables limougeauds (par exemple Oyono qui échoue seul en contre attaque ou encore Larrouquis admirablement servi par Lukovski et qui rate son layup). Limoges alors à -15 prend un temps mort à la 25e minute (55-40). C'est le tournant du match, même s'il tirait déjà dangereusement dans la mauvaise direction. Limoges et Lukovski perdent la première possession d'après temps-mort sur un 24 secondes et voient ensuite St Quentin s'éloigner irrémédiablement jusqu'à un ENORME -18 scellé en contre attaque par un dunk de Gosa. Limoges a tenté de se reposer sur un malheureux Larrouquis qui a "cassé" le cercle à 3pts (encore un "soir sans"… on aimerait un "soir avec" quand même ! 8% pour l'équipe à 3pts à ce moment du match) et s'est totalement laissé dépasser défensivement par un N'Diaye des grands soirs. Les supporters St-Quentinois n'en demandaient pas tant et ne manquaient pas de donner de la voix face aux Eagles peu gâtés pour leur long déplacement.

QT4 Un écart flatteur pour un CSP mineur

Gouez entamait l'acte final de la meilleure des façons et on se prenait à rêver à un rôle moteur comme dans la remontée fantastique face à Nanterre, 61-46 dès la 2e minute mais un marché venait vite éteindre la lueur d'espoir. Quelques échanges plus tard Gosa portait l'écart symbolique à -20 sur un 3pts rageur et les 2pts de Robinson en contre-attaque donnait l'occasion au coach St Quentinois de prendre un temps mort dès la 35e minute afin d'organiser la gestion de cet écart confortable. Mal lui en prit puisque dans la minute qui suivit Oyono par deux fois et Mekdad une nouvelle fois à 3 points ramenaient Limoges à un inespéré 71-60 (37') coach Cousin ayant profité de cette pause pour demander une zone-press. Ce score était donc synonyme de money-time alors que tout le monde s'attendait à un garbage-time des familles. Mais ce soir il était dit que Limoges ne brillerait pas et l'écart avoisinera les 10 points, N'Diaye effaçant le 3 point d'un Robinson opportuniste qui osait enfin shooter au lieu d'envoyer Tucker au charbon à 5" du buzzer. Une 5e faute plus tard N'Diaye sortait sous les hourras du public régalé de sa prestation et le CSP finissait de creuser sa ligne de stat aux LF. Coach Cousin poussait même le vice jusqu'à demander un temps mort "Fortéen" à 25 secondes de la mise à mort (80-70)… St Quentin scellant la rencontre 82 à 70 loin, très loin des records défensifs établis par le CSP du mois de janvier.

Quels sont donc les enseignements de cette nouvelle journée de championnat ? Et bien Limoges est définitivement Almonte-dépendant et nous ne pouvons que presser St Pierre et St Martial (et St Nifluril d'ailleurs) pour son retour rapide ! On ne comprend pas comment cette équipe peut se montrer aussi séduisante et conquérante puis pathétique et impuissante en si peu de temps. Un jour barrière infranchissable le lendemain petite bosse juste bonne à prendre de l'élan (sans mauvais jeu de mot !). Ce soir les hommes d'Olivier Cousin n'ont pas montré leur solidarité habituelle en défense si ce n'est un court passage au second QT et surtout ils n'ont pas assumé leurs responsabilités en attaque se reposant quasi intégralement sur les épaules d'un Tucker heureusement en verve (qu'en aurait-il été s'il avait connu lui aussi un "jour sans" ?!). Lukovski soulève lui aussi pas mal d'interrogations. Cramé ? Pas encore prêt ? Si certains caviars (5 ce soir sans compter les occasions vendangées par des finisseurs aux abonnés absents) laissent penser qu'il a toujours "le truc", d'autres pertes de balles, marchés ou manques de lucidité permettent l'inquiétude. Espérons que Limoges ne sera pas sa saison de trop (à l'image de Fabien Dubos un autre ex-palois). Olivier Cousin : ses colères sont plutôt bon signe : les joueurs ne font pas ce qu'il demande. Ouf ! il ne leur a donc pas demandé ce gâchis ! Les joueurs enfin, Messieurs, vous savez lire une feuille de stats… et bien 103 à 53 d'évaluation chez moi ça a un nom simple : C'EST NUL ! Vous avez déjà boudé un joujou-coach et vous en avez eu un nouveau à Noël alors maintenant sortez vous les doigts du… et montrez nous ce que vous valez et ce pour quoi vous êtes payés par le plus gros budget de ProB qui, accessoirement, végète à la 7e place du classement à la mi-saison !

Un dernier mot sur ce classement et sur LE mauvais coup réalisé ce soir tant l'occasion était belle de rejoindre ou distancer nombre de concurrents directs : 7e avec 31 points alors que Poitiers 32pts ce soir a chuté à Besançon, St Etienne 32 pts également s'est incliné à Quimper, et Bourg 34pts a été battu à domicile par Aix-Maurienne ! Nous pouvions ce soir être 4e ex-aequo avec St Etienne et Poitiers… Nous aurons au moins aidé St Quentin à sortir de la zone rouge.

  • Autour du match
  • Commentaires (7)